LINC n°30 – Lettre d’information No Corrida – 1er juillet 2019

Lettre d’information mensuelle de l’association No Corrida – N°30 – 1er juillet 2019

No Corrida est une association 1901, membre de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC), du Réseau International Antitauromachie (RIA), du Collectif Animal Politique, du collectif Tauromaquia Es Violencia et de Convergences Animaux Politique

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à : contact@nocorrida.com

_______________________________________

A la une

Abolition à l’unanimité des corridas et combats de coqs au Quintana (Mexique)

C’est officiel :  la corrida et les combats de coqs sont désormais interdits dans l’Etat mexicain de Quintana Roo (péninsule du Yucatan). Le Congrès a annoncé le 26 juin 2019 la modification de l’article 40, de façon à interdire les combats de coqs et les corridas au Quintana Roo. En séance plénière du Congrès de la XVe législature, l’initiative a été approuvée par 19 voix pour, 0 contre et 6 abstentions.

Pour plus de détails, cliquer ici.

Campagne contre la propagande de l’UVTF 

Suite au lancement en avril dernier de notre cyberaction contre l’affichage procorrida organisé par l’UVTF d’un splendide taureau au corps ne montrant aucune blessure, nous avons eu le plaisir de voir notre campagne prendre de l’ampleur, au fur et à mesure que les affichages apparaissaient dans de nouvelles villes taurines. C’est ainsi qu’en plus du relais immédiat de notre fédération avec diverses interventions du président de la FLAC, Thierry Hély, nous avons reçu le soutien très apprécié d’EELV.

Les écologistes de l’antenne de Toulouse ont ainsi demandé dans un communiqué que cette campagne de communication de l’Union des villes taurines de France (UVTF) cesse. “Cette campagne de communication vise à faire croire que la tradition des corridas est indissociable de l’identité culturelle de notre Région et que l’image de notre Ville doit être associée aux corridas“, déplore EELV. “Pourtant la Ville de Toulouse a tourné le dos aux corridas il y a 43 ans. Les Arènes du soleil d’Or n’ont accueilli des spectacles de tauromachie que de 1953 à 1976, soit pendant 23 ans“, précisent les écologistes pour qui « il est urgent que l’UVTF retire au plus vite ces affiches qui nuisent à l’image de notre ville et introduisent le doute sur la relation que la Ville de Toulouse entretient avec la tauromachie.” EELV a rappellé son opposition aux corridas et en a profité pour demander “l’abolition de ces pratiques de spectacle de cruauté envers les animaux“.

Il en a été de même avec les élus écologistes de Bordeaux, qui ont émis un communiqué intitulé “Non, la tauromachie ne fait pas partie de notre culture locale !” Quelques extraits : “L’Union des villes taurines françaises (UVTF) […] prétend parler de « notre culture » alors même que Bordeaux n’est pas ville adhérente à cette union. La corrida n’est ni de l’art, ni de la culture, c’est de la torture. A l’heure où 74% des Français réclament l’interdiction de la corrida (sondage IFOP / 30 Millions d’Amis, février 2018), il est urgent que l’UVTF cesse de nuire à l’image de notre ville et d’introduire le doute sur la relation que la Ville de Bordeaux entretient avec la tauromachie. De même que nous nous battons pour obtenir des avancées visant l’arrêt de l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et spectacles, nous nous positionnons résolument contre la corrida.

Deux mois après le lancement de sa campagne, l’UVTF a réussi au moins sur un point, mais pas de la façon dont elle l’escomptait : elle claironnait « envahissez les réseaux ». C’est ce que nous avons fait, mais contre elle. Un graphiste dont nous sommes proches, Bertrand Monboisset, a créé une variation de l’affiche qui a le mérite de montrer la réalité, celle que subit le taureau sans aucune chance d’en réchapper : un supplice effroyable, une torture, pas une culture. Et quoi qu’il en soit, la tauromachie espagnole, importée illégalement en France il y a un peu plus d’un siècle, ne relève d’aucune tradition culturelle française.

_______________________________________

Actions en France

No Corrida agit en partenariat avec d’autres structures anticorrida, soit en tant que co-organisateur, soit en relayant des actions de collectifs ou associations qui se mobilisent dans leurs régions. Ces informations sont rassemblées dans la section nommée Actions, qui est accessible directement sur la page d’accueil ou en allant dans le menu Agir.

Calendrier et comptes-rendus des actions annoncées sur le site

En raison à nouveau du très grand nombre d’actions dans la présente édition de notre lettre d’information, vous en trouverez la plupart des comptes-rendus détaillés en cliquant sur les liens indiqués dans le tableau ci-dessous.

Stand No Corrida au Festiveg, Besançon, 8/6/19

No Corrida et Défense Animal Belfort ont tenu un stand commun au Festiveg le 8 juin 2019, de 14 h à 20 h au Scènacle à Besançon. Cet événement est organisé par Humanimo. Le stand était tenu par Chantal Girot, référente No Corrida pour la région Bourgogne-Franche-Comté.

Stand mensuel d’Arles, 15/6/19

Notre stand mensuel d’Arles du 15 juin 2019 a commencé sous une pluie fine, mais vers 10 h, le temps est redevenu sec et on a pu déployer notre stand habituel au coeur du marché. La météo n’avait pas découragé les Arlésiens et les touristes venus faire leurs courses ou se promener. Nous avons eu, comme à chaque fois, beaucoup de monde et de nombreuses signatures à nos pétitions réclamant l’abolition des corridas.

Brocante avec vide-grenier aux Arcs-sur-Argens, 15/6/19

Une brocante avec vide-grenier a été organisée le samedi 15 juin 2019 de 8 h à 13 h aux Arcs-sur-Argens (83). Nous avons été bien accueillies par des personnes de tout âge, dont certaines sont venues spontanément signer notre pétition. De très jeunes gens ont tenu à signer. Une belle jeunesse qui porte nos valeurs de respect pour les animaux et la nature. De nombreux vacanciers étrangers sont venus vers nous.

Landes Anti Corrida, Aire sur Adour, 16/6/19

Le collectif Landes Anti Corrida a organisé une action de protestation contre la tenue d’une corrida à Aire sur Adour le 16 juin 2019. Tout notre soutien accompagne les militants et militantes qui y ont participé.

Stand No Corrida à Planète en fête, Gassin (83), 22/6/19

No Corrida a participé comme l’an dernier à Planète en fête, lors de sa seconde édition, le 22 juin 2019. Le village d’associations s’est tenu au Domaine Tropez, à Gassin (83), au milieu des vignes. L’organisation a été supervisée par NALA 83.

Sensibilisation anticorrida, pont de Vitrolles, 22/6/19

Une nouvelle action de sensibilisation anticorrida a eu lieu sur le pont de Vitrolles le 22 juin 2019. Action organisée par le collectif France Anti Corrida en partenariat avec No Corrida.

Rassemblement unitaire anticorrida à Boujan, 29/6/19

Aux portes de Béziers, Boujan-sur-Libron fait partie des communes de l’Hérault qui torturent et tuent par plaisir des animaux en public. Elle le fait en toute tranquillité… Cela suffit ! Un rassemblement unitaire organisé par le COLBAC a eu lieu pour dire notre opposition. No Corrida et la FLAC y participaient.

Marche unitaire contre la captivité, Nice, 7/7/19

Pour la quatrième année consécutive, le collectif Sans Voix PACA organisera une marche unitaire contre la captivité à Nice. No Corrida y participera.

Stand anticorrida, Arles, 13/7/19

Notre prochain stand mensuel d’information anticorrida à Arles aura lieu le 13 juillet 2019. Distribution de tracts, signatures de pétitions, vente d’objets militants et discussions à volonté.

Grand happening et stand en pleine féria, Arles, 07/09/19

A l’occasion de la féria d’Arles, No Corrida organise une journée d’action anticorrida en deux parties : stand d’information le matin, rassemblement et grand happening l’après-midi sur le trajet des aficionados. Mobilisation maximale souhaitée.

Animal’s Pride, Bordeaux, 28-29/9/19

La 3ème édition de l’Animals Pride est programmée cette année les 28 et 29 Septembre 2019 à Bordeaux. Cette année encore, un village associatif organisé par l’association Vénus avec des stands pour les partenaires et les associations qui le désirent sera mis en place. Un stand No Corrida / FLAC sera tenu par Rosy Gonzalez.

Corrida, l’art de la perversité (un article de Daniel Lambeaux)

La corrida n’est pas de la Culture car elle a été retirée de la liste du Patrimoine Culturel Immatériel, PCI. Faire passer la torture à mort d’un animal pour de la Culture, trahit une volonté de soumettre par sidération, par viol émotionnel de la conscience, qui annihile l’esprit critique. Les femmes et les enfants violés en savent quelque chose. Il y a fourberie perverse. Le mot corrida signifie courir, et non pas torturer. Il y a tromperie sur le sens des mots.

Cette pratique indigne emprunte une langue qui n’est pas le français, mais l’espagnol. Cette pratique n’est pas de France, mais d’Espagne. Donc l’article possessif “notre” est un mensonge. Une tradition étant censée transmettre le meilleur et non le pire. Employer ce terme pour désigner cette pratique barbare, sadique et perverse montre que la société a perdu le sens des valeurs, refuse de l’admettre et d’évoluer.

Article à lire sur notre site en cliquant ici.

Honte à ce curé 

Honte à ce curé nîmois, l’odieux Jacques Teissier ! Tout prêtre qu’il est, il est fier de bafouer une bulle papale publiquement, posant pour les medias en train d’embrigader des très jeunes enfants aux gestes qui mènent à l’agonie d’animaux en spectacle. La bulle De salute gregis dominici de 1567 pose une condamnation morale intemporelle sur ces “spectacles dignes des démons et non des hommes”, assortie d’une peine d’excommunication.

Les aficionados n’en ont rien à faire mais les prêtres, serviteurs de l’Eglise catholique, eux, n’ont aucune excuse pour bafouer leurs propres règles religieuses et morales. Ces considérations élémentaires n’en retiennent pas certains – tous ceux qui “bénissent” des corridas ou autres spectacles de torture animale, comme à Béziers ou dans d’autres communes de sang du sud de la France. Dieu est amour selon les catholiques, mais visiblement pas pour tous ses croyants, pas même pour tous ses prêtres.

Ils préparent la relève en conditionnant les enfants (un article de Dominique Arizmendi)

Selon l’article de La Provence du 23 juin 2019, “les voyages forment la jeunesse”… ou bien la conditionnent. Le directeur de l’école du Sambuc (Arles) M. Martinez a emmené, une semaine durant, 32 élèves en Andalousie pour étudier… le flamant rose et le cheval Camargue, qui rappelons-le courent les marais en Camargue.

Au cours de ce séjour financé à hauteur de 21 000 euros par des subventions, les élèves ont visité un “élevage de chevaux de pure race espagnole” Cartujino, cheval excellent au dressage, particulièrement apte à l’art équestre et à la Haute Ecole, et également très apprécié à l’attelage, dans les spectacles équestres, la corrida et les ferias. “Grâce à J.B. Jalabert et J. Caparros, nous avons pu rencontrer un cavalier et dresseur de chevaux extraordinaire : Diego Ventura, l’un des rejoneadors les plus reconnus. Il nous a parlé de son amour, de son respect absolu pour le cheval. Si on n’a pas confiance à 100% dans son cheval, on ne rentre pas dans l’arène, car le taureau ne fait pas de cadeau“.

Donc, ce voyage ayant soi-disant pour but l’étude du flamant rose et du cheval Camargue (en Andalousie ?) a reçu l’aide du matador arlésien tueur de taureaux et du Président du club taurin Paul Ricard d’Arles.

Article complet à lire en cliquant ici.

La gestion des arènes d’Arles par Jalabert annulée par le tribunal administratif

A force de vouloir tout le temps ignorer la loi et la réglementation en vigueur, on finit par se faire baffer par un juge. Car oui, même à Arles, même dans le sacro-saint sanctuaire organisé autour de Jean-Baptiste Jalabert par la municipalité et les aficionados locaux au point que tout le monde avait fini par penser qu’il suffisait de s’arranger en petit comité pour le plus grand profit de l’héritier Jalabert, hé bien oui, le droit s’applique. Ce qui veut dire que ceux qui trichent se font remonter les bretelles et se couvrent de ridicule aux yeux de leurs concitoyens jusque là béats de dégoulinante adoration pour leur demi-dieu qui se croyait intouchable. Et qui trébuche comme un vulgaire justiciable.

Petit rappel des faits : à Arles, les corridas sont organisées en délégation de service public (DSP), autrement dit confiées à une entreprise privée. Par délibération du 28 novembre 2018, le conseil municipal s’était prononcé pour confier la concession sur l’exploitation des arènes à Jean-Baptiste Jalabert, seul candidat à remplir toutes les conditions requises, taillées sur mesure pour lui. Problème : d’autres organisateurs de corridas ont saisi le tribunal administratif (TA), estimant que la commune d’Arles a manqué à ses obligations de mise en concurrence (traduction : les dés étaient pipés).

Remarquez, il est quand même possible que ce soit Jalabert qui l’emporte en bout de course. Les personnes qui vont voter pour départager les concurrents sont exactement les mêmes que lorsqu’il n’y avait qu’un seul candidat. On prend les paris ?

Gérard Jugnot, le père Noël est une ordure

Parmi les spectateurs de la corrida du 9 juin 2019 à Nîmes figurait Gérard Jugnot. Visiblement très heureux d’assister à la torture et l’agonie des taureaux envoyés à la mort ce jour-là, il est même descendu derrière le callejon pour faire deux bises au torero de service.

Après avoir rencontré la gloire en jouant “Le père Noël est une ordure”, il a probablement pris trop à coeur son rôle en conservant dans la vraie vie les attributs détestables de son personnage, comme l’a fait remarquer, entre autres, Guillaume Meurice sur Twitter.

Trophée argent pour la vidéo du raptor aux Deauville Green Awards

Le 13 juin 2019,  le film “Renvoyons la corrida à l’ère des dinosaures” réalisé par Jean-Michel Dreschler (Unit Image / BETC) pour la FLAC a obtenu un trophée d’argent lors des Deauville Green Awards. A cette occasion, de nombreux contacts ont été pris et notre cause a été mise à l’honneur. Encore bravo, Jean-Michel !

_______________________________________

Actions internationales

Campagne pour l’abolition des corridas et combats de coqs au Pérou

Une pétition a été adressée à la Cour Constitutionnelle du Pérou pour demander l’abolition des spectacles cruels. Fuerza Toros Peru a lancé cette demande à Ernesto Blume Fortini, président de la Cour constitutionnelle du Pérou et à huit autres. La campagne Fuerza Toros, à laquelle No Corrida participe, a pour seul objectif d’abolir les spectacles sanglants telles que les corridas et les combats de coq au Pérou. La pétition demande que la Cour constitutionnelle du Pérou se prononce en faveur de la demande d’inconstitutionnalité visant à abolir les divertissements sanglants utilisant des animaux au Pérou.

Signez, que vous soyez au Pérou ou dans d’autres pays. Nous pouvons tous demander l’abolition des spectacles avec des animaux. Cela ne peut être toléré dans aucun pays civilisé. Nous en voulons l’abolition. Déjà plus de 83 000 signatures à la date d’envoi de cette lettre d’information.

Article détaillé en cliquant ici.

Becerrada à Cordoue, des bébés veaux torturés par des enfants humains

La plateforme La Tortura No Es Cultura, membre de la FLAC, avec le soutien d’Animal Guardians vient de rendre publique une vidéo montrant la réalités des becerradas de plus en plus controversées qui ont lieu chaque année à en l’honneur de la Mère de Cordoue (Mujer Cordobesa).

La vidéo montre des veaux de moins de deux ans soumis à une terrible agonie entre les mains de très jeunes étudiants d’écoles de tauromachie andalouses. Attirons l’attention sur le nombre de mineurs qui y assistent et sont des témoins actifs de cette violence à l’égard des jeunes animaux, contrairement à ce que recommande le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, qui a enjoint en 2018 à l’Espagne d’interdire la participation des moins de 18 ans en tant que toreros ou spectateurs d’événements taurins afin de prévenir les effets néfastes d’une telle violence sur eux et de les insensibiliser à la souffrance des animaux, provoquée ici dans le seul but de se divertir.

L’agonie des animaux est indescriptible car les apprentis tortionnaires tuent de façon inexpérimentée et maladroite. Les animaux subissent des coups d’épée infructueux qui, malgré la traversée de leurs organes internes, ne parviennent pas à les tuer, prolongeant ainsi leurs souffrances.

Recul historique des corridas au Portugal

En 2018, 173 corridas ont eu lieu au Portugal, ce qui constitue un nouveau minimum historique, deux fois moins qu’en 2010. Dans la ville de Povoa, autrefois très prisée par les aficionados, le conseil municipal a annoncé lundi que dans quelques mois, l’arène serait démolie. A sa place, un centre municipal polyvalent sera construit avec des installations qui, selon la société, intéresseront davantage les résidents locaux.

Les arènes de Campo Pequeno à Lisbonne – l’équivalent portugais de Las Ventas à Madrid – ont été partiellement convertie en centre commercial et accueillent actuellement plus de concerts et de conventions que de corridas.

Les parlementaires ne veulent toujours pas voter l’abolition, mais refusent désormais de subventionner les corridas. Le président d’un lobby taurin résume la situation avec fatalisme (ce qui nous réjouit) : “Il y a déjà beaucoup de gens qui ne portent aucun intérêt aux corridas. Si une ville veut avoir des corridas, elle paie pour les avoir. Et si non, alors elle n’en a pas.

Article détaillé en cliquant ici.

Les arènes de Bilbao doivent être fermées d’urgence

Nous avons dénoncé en avril dernier avec nos partenaires du Collectif Antitaurin et Animaliste de Biscaye (CAAB) le scandaleux prosélytisme des arènes de Bilbao visant des collégiens français. Il se trouve que, de plus, les arènes nécessitent des réparations urgentes qui devraient imposer leur fermeture selon un rapport d’architecte, mais qu’un second rapport falsifié affirme le contraire. Face à ces faits graves, le CAAB a interjeté appel le 21 juin devant la Direction des jeux et spectacles du gouvernement basque.

Le CAAB considère qu’en raison des conditions de sécurité et de solidité des arènes de Vista Alegre pouvant causer des dommages impossibles ou difficiles à réparer, il demande de déclarer sa fermeture immédiate et de refuser toute autorisation de tenir des activités culturelles ou de spectacles dans son état actuel.

Article détaillé en cliquant ici.

Non à l’horreur à Benavente

Le parti animaliste espagnol PACMA a lancé une campagne contre l’horreur que subissent des taureaux tous les ans à Benavente. Coincé, saignant, le taureau est traîné avec une corde jusqu’à l’abattoir. Cela se produit année après année à Benavente. Arrêtons cette folie ! Arrêtons le taureau de Benavente !

_______________________________________

Autres événements marquants

Plusieurs autres sujets ont également été traités sur notre site ou nos pages sur les réseaux sociaux dans le mois qui vient de s’écouler :

    • Un happening anticorrida très réussi a été organisé par le collectif ACTA Gironde à Bordeaux le 31 mai 2019. Des Italiens, des Allemands, des touristes bien sûr, mais aussi beaucoup de Bordelais favorables à l’abolition de ces infamies. Cela fait un bien fou. Beaucoup de retours positifs, des demandes d’adhésion, de bénévolat.
    • Contre l’impunité des violences des circassiens, un collectif d’associations dont No Corrida appelle à signer une pétition adressée à Madame Nicole Belloubet ministre de la Justice, Monsieur Christophe Castaner ministre de l’Intérieur, Monsieur le procureur de la République auprès du tribunal de grande instance de Paris, pour que la justice fasse son travail. Nous exigeons que les autorités mettent un terme à l’impunité du circassien qui harcèle et menace de mort depuis des semaines Amandine Sanvisens, présidente de l’association Paris Animaux Zoopolis.
    • Honte  à l’hôpital d’Arles qui vient d’accepter 4000 € du Collectif Corrida France grâce à une tombola où étaient mis en jeu des objets “gracieusement offerts” par des toreros, appelés par Juan Bautista, de son vrai nom Jean-Baptiste Jalabert. L’argent de la souffrance n’a pas d’odeur.
    • Une militante de notre équipe a reçu ce message le 25 juin 2019 : “Bonjour je suis éducateur avec des adultes en situation de handicap mental, et ce matin en ouvrant un catalogue de vacances adaptées, proposé à nos résidents, je tombe sur un séjour corrida et tauromachie !!! Je vous laisse leurs coordonnées afin que nous partagions avec eux notre façon de penser”. Voici les coordonnées de cet organisme aux dérives scandaleuses :
        • Vacances et Dépendances
          vacancesetdependances@gmail.com
          04 77 69 88 06

Merci de leur faire savoir ce que vous en pensez, de façon courtoise mais ferme.

_______________________________________

Tous nos articles

Vous pouvez retrouver tous nos articles, rassemblés par thèmes, en suivant les liens ci-dessous :

Merci pour vos dons et adhésions, ainsi que pour les achats faits dans notre boutique, vous êtes notre seule source de financement et c’est ce qui nous permettra de poursuivre et de déployer de nouvelles actions dans les mois qui viennent.

Notre site vient de dépasser 1 000 000 de visites depuis son lancement en octobre 2016. Au nom de toute l’équipe de No Corrida, merci à toutes et à tous pour votre soutien et l’intérêt que vous portez dans les infos que nous diffusons.

L’équipe de No Corrida

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à contact@nocorrida.com

Facebook : No Corrida
Twitter : @no_corrida
Site officiel : http://nocorrida.com