Corrida et religions

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

Catholicisme et corrida

pie-5
Pie V

 Extrait de De salute Gregis dominici, bulle du pape Pie V, 1er novembre 1567.

« Pour Nous donc, 

Considérant que ces spectacles où taureaux et bêtes sauvages sont poursuivis dans l’arène ou sur la place publique sont contraires à la piété et à la charité chrétienneset désireux d’abolir ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes et d’assurer avec l’aide divine, dans la mesure du possible, le salut des âmes : à tous et à chacun de princes chrétiens, revêtus de n’importe quelle dignité aussi bien ecclésiastique que profane, même impériale ou royale, quels que soient leurs titres ou quelles que soient la communauté ou république auxquelles ils appartiennent.

Nous défendons et interdisons, en vertu de la présente constitution à jamais valable, sous peine d’excommunication ou d’anathème encourus ipso facto, de permettre qu’aient lieu dans leurs provinces, cités, terres, châteaux forts et localités, des spectacles de ce genre où l’on donne la chasse à des taureaux et à d’autres bêtes sauvages.

Nous interdisons également aux soldats et aux autres personnes de se mesurer, à pied ou à cheval, dans ce genre de spectacle, avec les taureaux et les bêtes sauvages. (…)

Nous interdisons également sous peine d’excommunication aux clercs, aussi bien réguliers que séculiers, pourvus de bénéfices ecclésiastiques ou engagés dans les Ordres sacrés, d’assister aux dits spectacles. (…) »

La bulle est téléchargeable à l’adresse suivante : De Salute Gregis 

Islam et corrida

La corrida est strictement interdite.

Question

Quel est l’avis de l’islam sur la corrida ?

ibn_baz
Cheikh Ibn Baz

Réponse :

La corrida est considérée comme interdite à cause des souffrances inutiles pour l’animal.

La corrida telle qu’elle est pratiquée dans quelques pays, et qui conduit à la mise à mort du taureau par une personne entraînée en utilisant habilement des armes, est interdite.

Elle conduit à la mise à mort de l’animal dans des conditions de souffrance atroces pour l’animal, en lui plantant une multitude de flèches (banderilles) dans le corps. Parfois, ces combats peuvent conduire à la mort du toréador lui-même.

Cette corrida est donc un acte bestial que la législation islamique rejette car son Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, rapporte dans un hadith authentique : « Une femme a été tourmentée en Enfer à cause d’une chatte qu’elle avait enfermée. Elle ne l’a pas nourrie ni abreuvée et ne l’a pas laissée en liberté pour qu’elle se procure elle-même sa nourriture. »

Si l’emprisonnement de cette chatte mène en Enfer le Jour du Jugement Dernier, que serait la punition de celui qui fait souffrir avec une arme le taureau jusqu’à ce que mort s’ensuive ?

Fatwa du Cheikh Ibn Baz

Recueil de Fatwas, page 410.

Source : http://www.hanut-ul-muslim.com/corrida-strictement-interdite-y-555.htm

Judaïsme et corrida

Question

Est-il permis selon la Hala’ha d’assister à une corrida, ou bien y a-t-il un interdit à cela ?

ovadya_yosef
Rav Ovadia Yosef

Réponse

Il y a de nombreuses années, notre maître le Rav Ovadia Yosef Chlita fut consulté sur cette question, et sa réponse constitue un véritable fondement dans le domaine de l’interdiction de faire souffrir des animaux, et représente la véritable définition de la pitié avec laquelle nous devons nous comporter dans notre relationnel.

Il ne fait aucun doute que la corrida où l’on affronte un taureau pour ensuite le mettre à mort, est en totale opposition avec l’esprit de notre sainte Torah, car cet usage émane de la culture de gens dépravés, fauteurs et de la plus grande cruauté, et il ne reflète pas l’héritage de Ya’akov.

Nous savons que l’interdiction de faire souffrir un animal est un interdit de la Torah, puisque c’est pour cette raison que la Torah ordonne de décharger la charge portée par l’âne de son prochain, lorsque l’âne s’affaisse par le poids de la charge. C’est à partir de cette loi que nos maîtres apprennent dans la Guémara (Bava Métsi’a 31a) que l’interdiction de faire souffrir un animal est un interdit de la Torah.

La corrida consiste à affamer et à martyriser le taureau avant son entrée dans l’arène, pour ensuite l’affronter et le transpercer avec des objets de destruction, dans le but de l’exciter et de l’inciter à faire des bonds et d’encorner. Alors que nos maîtres nous ont interdit de manger avant de donner à manger à nos animaux, comme nous l’avons expliqué antérieurement.

Dans son livre Or Ha-H’aïm, Rabbenou H’aïm Ben ‘Attar écrit qu’il nous est interdit de mettre à mort un animal domestique ou sauvage, car seule la Chéh’ita (abattage rituel) pour nous nourrir nous a été autorisée.

Selon cela, on comprend facilement que la personne qui pénètre dans un stade afin d’y assister à une corrida en payant le prix de l’entrée, est complice de gens pervers et porte main forte à ceux qui commettent des transgressions.

À partir de là, notre maître le Rav Chlita en conclut sur le plan pratique qu’il est inconcevable de permettre la fréquentation de lieux où l’on se distrait cruellement par la souffrance des animaux, et la personne qui y participe détruit son âme, et ne reflète pas l’héritage de Ya’akov.

Par conséquent et de façon évidente, il est une Mitsva d’informer le public qu’il est formellement interdit de se rendre dans de tels endroits.

Source : http://www.halachayomit.co.il/ 

Bouddhisme et corrida

bouddha
Bouddha

Le premier précepte du bouddhisme est de s’efforcer de ne pas nuire aux êtres vivants ni de prendre la vie. Il s’agit de l’ahimsa (non-violence).

Ceci s’applique à tous les êtres sensibles, c’est-à-dire aussi bien les humains que les animaux non-humains.

La corrida est donc totalement incompatible avec le bouddhisme, de même que toutes les autres activités génératrices de souffrance.

Pour plus d’information, on peut consulter le chapitre important consacré à la corrida par le moine bouddhiste Matthieu Ricard dans son Plaidoyer pour les animaux – Vers une bienveillance pour tous. Allary Editions, 2014. Pages 226-252.

 

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit