Recul historique des corridas au Portugal

En 2018, seulement 173 corridas ont eu lieu au Portugal, un nouveau minimum historique. Il fut un temps où la ville portugaise de Póvoa de Varzim était connue pour son aficion. Au XVIIIe siècle, des corridas eurent lieu sur la place principale de la forteresse de la ville et, dans les années 40 du siècle dernier, les habitants de la localité étaient nombreux à réclamer la construction d’une grande arène au centre-ville.

Soixante-dix ans plus tard, cependant, les taureaux n’émeuvent plus les citoyens de Póvoa et l’arène a ses jours comptés. Cela fait des années que ce haut-lieu de la corrida, qui attirait autrefois des toreros réputés,  est à moitié déserté. Afin de mieux utiliser son patrimoine foncier, le conseil municipal a annoncé lundi que dans quelques mois, l’arène serait démolie. A sa place, un centre municipal polyvalent sera construit avec des installations qui, selon la société, intéresseront davantage les résidents locaux.

Deux fois moins de spectateurs depuis 2010

Le sort des arènes de Póvoa est identique à celui de beaucoup d’autres qui ont disparu ces dernières années au Portugal, où la corrida semble menacée de disparaître. Selon le dernier rapport de l’Inspection générale des activités culturelles (IGAC), organisme public chargé de superviser la tauromachie sur les terres portugaises, les événements taurins ont perdu près de la moitié de leur public portugais, depuis 2010. Il ne est de même pour le nombre de corridas.

Les arènes de Campo Pequeno à Lisbonne – l’équivalent portugais de Las Ventas à Madrid – ont été partiellement convertie en centre commercial et accueillent actuellement plus de concerts et de conventions que de corridas.

Au niveau du Parlement, les députés rejettent l’interdiction de la corrida – il y a un an, la grande majorité avait voté contre une proposition qui aurait aboli la lutte sur les terres portugaises – mais ils ne la maintiennent pas non plus avec des subventions. Au niveau local, moins de 10% des municipalités portugaises consacrent des fonds à la célébration de spectacles taurins.

Ainsi, l’avenir du secteur est décidé par la loi du marché et le désintérêt du public joue un rôle déterminant dans l’évolution de la situation. Bien que la corrida portugaise ne disparaisse pas complètement demain, il est de moins en moins possible d’organiser des corridas chaque année, avec des arènes souvent à moitié vides.

Bien que procorrida, le sociologue Luís Capucha, président de l’Association des Tauromachies Tertulias de Portugal (ATTP), souligne que “l’avenir d’un événement populaire est entre les mains du peuple” et non entre les mains des hommes politiques. “Je suis désolé que cela disparaisse […] Cependant, il n’est pas nécessaire que le Parlement, ni un maire, interdisent la tauromachie. Il y a déjà beaucoup de gens qui ne portent aucun intérêt aux corridas. Si une ville veut avoir des corridas, elle paie pour les avoir. Et si non, alors elle n’en a pas.

Source : Cadenaser.com (en espagnol)
Adaptation en français : RL