LINC n°27 – Lettre d’information, No Corrida – 1er avril 2019

Lettre d’information mensuelle de l’association No Corrida – N°27 – 1er avril 2019

No Corrida est une association 1901, membre de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC), du Réseau International Antitauromachie (RIA), du Collectif Animal Politique, du collectif Tauromaquia Es Violencia et de Convergences Animaux Politique

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à : contact@nocorrida.com

_______________________________________

A la une

En France, les apprentis toreros tuent des veaux dès l’âge de 13 ans dans des arènes privées

Lorsqu’on demande aux responsables des écoles taurines française si leurs élèves sont exposés à des vrais animaux qu’ils s’entraînent à tuer, la réponse est unanime : non, cela n’arrive jamais. Et quand on soupçonne, parce que c’est simplement logique, que ces apprentis tortionnaires se font la main dans des arènes privées, même dénégation. De fait, il n’existe aucune preuve filmée de tels agissements dans le domaine public.

Pourtant, il suffit de quelques secondes pour apporter la preuve que tout cela est bien vrai. C’est ce que nous avons fait en recherchant des informations publiques sur la carrière d’Andy Younès, né le 30 mai 1997. Pourquoi lui ? Parce qu’il était l’un des novilleros dans l’arène de Rions-des-Landes le jour où un peu plus d’une cetaine de militants anticorrida l’ont envahie, puis encerclée pendant des heures malgré les violences policières à leur encontre. A l’époque de ces faits, nous avions eu accès à son contrat, qui faisait figurer aussi bien sa date de naissance que celle de la novillada où il allait tuer un veau âgé de 3 ans environ.

Il se trouve qu’Andy Younès a ensuite poursuivi sa carrière en devenant officiellement matador de taureaux fin 2017. Et donc, que sa biographie est facilement accessible sur internet. Nous avons donc vérifié s’il avait bien toréé et tué des veaux avant cette novillada de Rions où il avait 16 ans à peine révolus.

Les informations qu’il donne lui-même sont sans aucune équivoque :

  • Il a bien été exposé à des animaux vivants et non des mannequins sur roulettes dès l’âge de 13 ans
  • Il a mis à mort son premier jeune veau alors qu’il avait 13 ou 14 ans (becerro = veau âgé de 1 à 2 ans, une pratique qui soi-disant n’existe pas en France selon les aficionados)
  • Il a tué au moins quatre autre veaux à l’âge de 15 ans dans une arène privée
  • Il a bien sûr continué et multiplié les séances avec mise à mort quand il avait 15 ans
  • Et il a suivi de nombreuses “préparations” avant d’avoir 16 ans avec entre autres Juan Bautista et Sébastien Castella

Article complet en cliquant ici.

Le directeur local d’une entreprise du CAC 40 fait la promotion de la corrida à Alès

Arnaud Imatte est le directeur d’une usine Schneider Electric, entreprise du CAC 40, à Alès dans le Gard. Il est de plus directement impliqué dans la gestion des arènes de cette ville qui organise des corridas tous les ans. Si sa passion pour la corrida restait dans la sphère privée, il n’y aurait pas lieu de citer le groupe industriel qui l’emploie.

Or, au sein de l’entreprise à Alès, de nombreux événements sont en lien direct avec la tauromachie : séminaire de cadres dans un élevage de taureaux aux Saintes-Maries-de-la-Mer, etc. Ces célébrations ont aussi un aspect financier, puisque les fonds Schneider qui y sont alloués par Arnaud Imatte soutiennent directement la corrida dans la région. Plus grave si cela devait être avéré, le bruit court en interne que le personnel non favorable aux corridas fait l’objet de pressions, de harcèlements, de plaisanteries vulgaires, d’injures et de menaces.

Le vice-président des ressources humaines de Schneider Electric a été prévenu que nous allions rendre cette affaire publique, faute de réponse satisfaisante de sa part. Nous diffusons donc l’ensemble des informations dont nous disposons dans un communiqué en trois langues envoyé aux agences de presse de différents pays où le groupe est présent, en particulier en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique Latine, au Japon et en Inde, grâce entre autres à nos partenaires du Réseau International Antitauromachie (plus de 100 associations anticorrida dans le monde). Nous demandons que tout prosélytisme pour la corrida soit désormais strictement interdit au sein des installations de ce groupe industriel, à commencer par celles dirigées par Arnaud Imatte à Alès. Ces communiqués ont connu d’ores et déjà une très large diffusion sur les réseaux sociaux dans divers pays du monde, avec plusieurs centaines partages.

Communiqué de presse en cliquant ici Press release in English – Comunicado de prensa en español

_______________________________________

Actions en France

No Corrida agit en partenariat avec d’autres structures anticorrida, soit en tant que co-organisateur, soit en relayant des actions de collectifs ou associations qui se mobilisent dans leurs régions. Ces informations sont rassemblées dans la section nommée Actions, qui est accessible directement sur la page d’accueil ou en allant dans le menu Agir.

Calendrier et comptes-rendus des actions annoncées sur le site

Compte-rendu du stand d’information de Nice, 16/3/19

Les militants du 06 et de ses environs se se retrouvés à Nice le 16 mars de 10 h à 16 h pour un nouveau stand d’information anticorrida, place Masséna. Distribution de tracts, signatures de pétitions, vente d’objets militants.

Compte-rendu du stand d’information d’Arles, 16/3/19

Le stand mensuel d’information anticorrida à Arles du16 mars a connu une grande affluence, avec l’aide de militants venus de loin pour nous prêter main forte. Tractage, signatures de pétitions abolitionnistes, vente d’objets militants.

51811965_285776308770357_7824355035105460224_n

Sensibilisation, affichage pont de Caucadis (Vitrolles), 6/4/19

Le collectif France Anti Corrida organisera un nouveau déploiement de banderoles et de drapeaux anticorrida le 6 avril sur le ont de Caucadis (Vitrolles) le 6 avril 2019.

DSC08998p

Grand happening et stand anticorrida lors de la feria d’Arles, 20/4/19

Samedi 20 avril, le matin nous tiendrons notre stand mensuel d’information pour l’abolition de la corrida et l’après-midi, ce sera le grand happening avec haie de déshonneur sur le passage du public se rendant aux arènes. Rejoignez-nous nombreux. L’action est déclarée.

Manifestation et stand à Vesoul, 4 mai 2019

Le samedi 4 mai 2019 à Vesoul (70), l’association Combactive organise une grande manifestation unitaire face à l’élevage de visons de Montarlot les Rioz. A cette occasion, Chantal Girot, référente de No Corrida et présidente de Défense Animale Belfort, tiendra un stand pour les deux associations.

Stand FLAC-No Corrida au VeggieWorld, Paris, 18-19/5/19

ATTENTION CHANGEMENT DE DATE ET DE LIEU – Il s’agit de la première participation d’organisations anticorrida à ce salon prestigieux qui attire chaque année des milliers de visiteurs. Une conférence sur les dessous de la tauromachie sera, de plus, donnée par Roger Lahana.

Stand No Corrida à Planète en fête, Gassin (83), 22/6/19

No Corrida participera comme l’an dernier à Planète en fête, lors de sa seconde édition, le 22 juin 2019. Le village d’associations se tiendra au Domaine Tropez, à Gassin (83), aux milieux des vignes. L’organisation est supervisée par NALA 83. Le stand sera tenu par un petit groupe de militantes anticorrida de la région.

Appel d’offres caricatural pour l’organisation des corridas d’Arles

La technique est bien connue et elle est pratiquée depuis aussi longtemps qu’il existe des appels d’offres : indiquer des critères de sélection tels qu’une seule candidature puisse concourir. C’est ce qui vient de se produire à Arles pour “choisir” l’entreprise qui organisera les corridas durant les quatre prochaines années. Il s’agit en effet d’une délégation de service public, une procédure soumise à appel d’offres.

Comme la mairie a déjà décidé depuis longtemps que les corridas à Arles resteraient sous le contrôle de la famille Jalabert, il lui suffisait donc d’établir des conditions requises telles que seule Ludi, l’entreprise du fils Jalabert digne successeur de son père, pouvait candidater. Il a bien sûr été élu avec 100% des voix. Quel triomphe ! Même le journal La Provence n’hésite pas à affirmer que la procédure est grossièrement pipée. Article complet en cliquant ici.

La mairie de Nîmes fait la promo des corridas qui n’intéressent plus personne au lieu d’y mettre fin

La feria de Nîmes attire, selon les chiffres officiels, un peu plus d’un million de personnes par an, parmi lesquels 94% ne portent aucun intérêt aux corridas qui se tiennent en même temps. Les retombées économiques de la feria sont évaluées à 65 millions d’euros, quasiment intégralement apportés par les animations de rues (bars, bodegas, restauration, etc.). La partie corrida, on le sait, a un bilan au mieux neutre mais le plus souvent négatif et constitue donc un boulet pour les résultats financiers des ferias.

Si la mairie était une entreprise, la solution logique face à un tel tableau serait de supprimer les corridas et de développer encore plus les secteurs d’activité qui marchent. Hé bien, c’est tout le contraire qui vient d’être décidé : faire la promo de ce qui n’intéresse plus personne ou presque parmi la foule nombreuse qui converge sur Nîmes durant les ferias.

Article complet en cliquant ici.

“Un constat d’échec pour l’aficion” (et c’est un aficionado qui le dit)

De très bonnes nouvelles ont été publiées par Sud Ouest, un quotidien qu’on ne peut pas soupçonner de militer contre la corrida, au même titre d’ailleurs que les autres grands médias de la zone infectée par la torturomachie (Midi Libre, La Provence, L’Indépendant). Dans son numéro du 5 mars 2019, il annonce d’emblée la couleur avec ce titre sans équivoque : “Mont-de-Marsan : la corrida de septembre n’aura pas lieu”.

La corrida en question, qui devait se tenir en septembre prochain, a été annulée “pour des raisons de coût”. Voilà qui ne nous surprend pas, cela fait des années que nous répétons sur tous les tons que les corridas sans subventions finissent toujours par s’écrouler puisque le public ringardisé et vieillissant est toujours moins nombreux à payer pour venir se gorger de souffrance animale sur les gradins des arènes, au son d’ignobles pasos dobles qui veulent faire croire que chaque nouvelle blessure infligée aux taureaux est une occasion d’éclater de joie sadique et d’applaudir. Même dans les Landes. Même à Mont-de-Marsan. L’organisateur du rituel mortifère précise : “ce n’est plus jouable. On ne peut plus y arriver, c’est un constat d’échec pour l’aficion. Et ça ne me rend pas optimiste pour l’avenir de la corrida.

Article complet en cliquant ici.

Béziers : 13 000 places, 410 spectateurs (un article de Robert Clavijo, COLBAC)

La grande saison taurine 2019 s’est ouverte à Béziers dimanche 24 mars 2019 avec un « grand gala taurin » organisé par le grand club taurin Paul Ricard biterrois. Curieux de connaître le grand nombre des spectateurs, je me suis posté vers 15 h près de la grande entrée des arènes et j’ai attendu que s’ouvre la porte du public. Entre l’ouverture de l’arène au public et la fin du « paseo » (défilé des toreros faisant le tour de la piste accompagnés par la célèbre musique de Bizet), j’ai compté 410 entrées, dans une arène qui offre environ 13 000 places.

Tel est l’état réel de l’aficion biterroise. Sans le soutien politique et financier de la mairie, il y a longtemps que la corrida aurait disparu à Béziers.

Article complet en cliquant ici.

Embrigadement d’enfants pour les écoles de torture avec le soutien de la mairie d’Arles (un article de Dominique Arizmendi)

Une honte, encore une fois. Pendant le weekend du 9-10 mars 2019, l’école taurine du Pays d’Arles organise et anime la “Capea du Forum”, dont l’objectif affiché et revendiqué est la promotion de la corrida. La participation est entièrement gratuite, histoire de tenter de rameuter le plus de gamins possible à cette opération scandaleuse de prosélytisme.

Tous les détails en cliquant ici.

_______________________________________

Actions internationales

Non aux corridas pendant les fêtes de Las Fallas (Valence, Espagne)

Pendant les festivités de Las Fallas à Valence (Espagne), des courses ont lieu tous les jours, torturant à mort près de cent taureaux. Un véritable massacre. Nous ne pouvons pas permettre que des fêtes comme celles de Las Fallas, déclarées “patrimoine mondial” par l’Unesco, soient souillées de sang, année après année.

Action organisée le 17 mars 2019 à Valence par Gladiadores por la PazValencia Antitaurina et Anima Naturalis.

Soutien à la demande d’organisations péruviennes en faveur de l’inconstitutionnalité de l’exception culturelle pour les taureaux et les coqs

No Corrida a participé à une campagne internationale aux côtés de nos partenaires péruviens pour demander l’inconstitutionnalité de l’exception culturelle pour les taureaux et les coqs. Extrait :

De : No Corrida, France
À : Magistrats du Tribunal Constitutionnel du Pérou
Objet : Soutien au  dossier Nº 0022-2018-AI pour la demande de l’abolition de spectacles sanglants avec des animaux au Pérou

Nous, soussignés, No Corrida, association pour la défense de droits des animaux en France, nous réjouissons de la Loi de Protection et Bien-être Animal Nº 3040 approuvée récemment dans votre pays.  Cependant, nous estimons que l’exception au champ d’application de cette loi n’a aucune justification rationnelle. Dès lors qu’elle reconnaît le caractère d’êtres sensibles aux animaux, ce qui est un fait biologique scientifiquement établi depuis longtemps, rien ne justifie que des taureaux ou des coqs (ou toute autre espèce animale) continuent à être exposés à des actes de cruauté ou à des sévices de quelques nature que ce soit sous le prétexte que leur souffrance donnée en spectacle serait légale parce que considérée comme culturelle.

Texte intégral en cliquant ici.

Le torero Padilla a rencontré le pape François (une pétition lancée par Marta Esteban)

Le 20 mars 2019, à l’issue de son audience générale, le pape François a montré une attention particulière au torero Juan José Padilla, qui lui a parlé de son métier de tortionnaire en lui montrant des photos de lui en pleine action. Le pape François ne s’est pas prononcé sur le fait que la profession de Padilla est de torturer des animaux à mort et de mettre leur vie en danger pour de l’argent.

Dans une pétition lancée par Marta Esteban, nous demandons que le pape François honore son nom et le souvenir de saint François d’Assise, ainsi que la bulle susmentionnée, avec la condamnation sans réserve de la corrida et tout autre spectacle dans lequel des animaux sont maltraités, torturés ou exécutés.

Une campagne de tweets lancée de façon concertée au sein des 110 organisations du Réseau International Antitauromachie (RIA, dont No Corrida est membre) le 24 mars a atteint environ un million de personnes en quelques heures. Article détaillé en cliquant ici.

Colombie : le projet de loi d’abolition toujours d’actualité après la décision récente de la Cour constitutionnelle

La Cour constitutionnelle de Colombie a rendu le 27 mars une décision selon laquelle elle affirme que la corrida et les combats de coqs ne peuvent être sanctionnés en tant que pratiques de maltraitance envers les animaux si elles se déroulent dans le cadre d’une tradition culturelle enracinée. Elle confirme en cela que rien n’a changé par rapport à ce qui avait été déclaré dans l’arrêt C-666 de 2010, laissant ainsi la voie à la réglementation ou à la suppression des exceptions au Congrès de la République. Cela ne modifie en rien le processus législatif en cours, visant à obtenir l’abolition des corridas et des combats de coqs.

La coalition Colombia Sin Toreo, conformément au décret C-666 de 2010, continue de promouvoir le projet de loi 064 de 2018, visant à abolir la corrida dans le pays, qui fait actuellement partie de la septième commission de la Chambre des représentants, qui sont prêts à en débattre.

Plus de détails en cliquant ici.

_______________________________________

Autres événements marquants

Plusieurs autres sujets ont également été traités sur notre site ou nos pages sur les réseaux sociaux dans le mois qui vient de s’écouler :

  • Encore un mensonge typique d’aficionado… En septembre dernier, nous étions les premiers (et les seuls) à venir protester à Lunel contre l’utilisation probable des nouvelles arènes pour y tenir des corridas espagnoles (voir en particulier nos articles ici et ici). A l’époque, les habitants avec qui nous avions parlé nous avaient tous assuré qu’aucune corrida n’aurait lieu chez eux, que cela n’intéressait personne à Lunel. Résultat : contrairement à ce qu’avait affirmé le maire, il y aura bien des corridas l’été prochain à Lunel.
  • Du 25 février au 28 mars 2019, les citoyens de Bogota ont pu profiter, dans le parc du Bicentenaire, d’une exposition socioculturelle et d’inspiration humaniste, “Toros si, toreros no”,animée par plus d’une douzaine d’artistes du dessin et de l’illustration, afin de susciter une réflexion sur la cruauté et la torture des arènes.
  • Toro de la vega : la Cour suprême espagnole rejette l’ultime recours déposé par la mairie de Tordesillas. Le nouveau jugement confirme la légalité du décret du gouvernement de Castilla y León qui interdit l’utilisation de lances et la mort en public du taureau.

Dessin fait par Eliz quand elle était une fillette, il y a 30 ans

_______________________________________

Tous nos articles

Vous pouvez retrouver tous nos articles, rassemblés par thèmes, en suivant les liens ci-dessous :

Merci pour vos dons et adhésions, ainsi que pour les achats faits dans notre boutique, vous êtes notre seule source de financement et c’est ce qui nous permettra de poursuivre et de déployer de nouvelles actions dans les mois qui viennent.

L’équipe de No Corrida

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à contact@nocorrida.com

Facebook : No Corrida
Twitter : @no_corrida
Site officiel : http://nocorrida.com