LINC n°31 – Lettre d’information No Corrida – 1er août 2019

Lettre d’information mensuelle de l’association No Corrida – N°31 – 1er août 2019

No Corrida est une association 1901, membre de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC), du Réseau International Antitauromachie (RIA), du Collectif Animal Politique, du collectif Tauromaquia Es Violencia et de Convergences Animaux Politique

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à : contact@nocorrida.com

_______________________________________

A la une

Campagne internationale contre les becerradas

No Corrida s’est joint à La Tortura No Es Cultura et à Animal Guardians dans sa campagne pour la fin des becerradas (corridas sur de très jeunes veaux). Bien entendu, notre objectif commun est et reste l’abolition de toutes les formes de corridas, mais cela n’empêche pas d’agir pour faire disparaître pan après pan toutes les émanations morbides de cette barbarie. La campagne a été lancée depuis l’Espagne mais a pris rapidement une ampleur internationale.

A l’heure actuelle, No Corrida est la seule organisation française à participer à cette campagne, nommée sur les réseaux sociaux #BastaBecerradas, qui a rassemblé en quelques semaines plusieurs dizaines d’associations, tant en Espagne que dans d’autres pays. Il est toujours possible à toutes les associations qui le souhaitent de s’y joindre.

Pour lire les détails de l’appel lancé contre les becerradas et la participation de mineurs à ces actes d’une barbarie extrême, cliquer ici., puis ici pour un point d’avancement.

Associations espagnoles participant à la campagne :

Associations hors d’Espagne :

L’ex-maire de Carcassonne condamne les corridas

Jean-Claude Perez, maire de Carcassonne de 2009 à 2014 et député de l’Aude de 1997 à 2017 vient de prendre fermement position sur Facebook contre la tenue de corridas à Carcassonne, malgré son passé d’aficionado. Il appelle deux autres politiques à faire de même d’ici les prochaines municipales.

Nous attendons leur réaction avec impatience et espoir. Plus de détails en cliquant ici.

_______________________________________

Actions en France

No Corrida agit en partenariat avec d’autres structures anticorrida, soit en tant que co-organisateur, soit en relayant des actions de collectifs ou associations qui se mobilisent dans leurs régions. Ces informations sont rassemblées dans la section nommée Actions, qui est accessible directement sur la page d’accueil ou en allant dans le menu Agir.

Calendrier et comptes-rendus des actions annoncées sur le site

En raison à nouveau du très grand nombre d’actions dans la présente édition de notre lettre d’information, vous en trouverez la plupart des comptes-rendus détaillés en cliquant sur les liens indiqués dans le tableau ci-dessous.

On a marché sur la Prom’, Nice, 7/7/19

Le 7 juillet, lors d’une marche organisée par les Sans Voix Paca et le Groupe Anti Captivité, 175 militants motivés ont défilé, malgré la canicule, de l’emblématique Negresco de Nice, jusqu’à Roba Capeu pour une belle manifestation unitaire au sein de laquelle No Corrida avait pris sa place.

Stand anticorrida, Arles, 13/7/19

Nous étions à nouveau à Arles le 13 juillet pour notre présence mensuelle dans cette ville défigurée par la honte des corridas espagnoles. La chaleur était marquée mais le mistral soufflait heureusement pour rafraîchir l’atmosphère.

Non à l’organisation d’un rodéo sur taureaux à Pontarlier, 15/7/19

Par les associations DEFENSE ANIMALE BELFORT – D.A.B. et NO CORRIDA. Pétition adressée à Monsieur le Maire de Pontarlier, Monsieur le Préfet du Doubs. Plus de détails plus bas.

Stand anticorrida, Arles, 10/8/19

Notre prochaine présence mensuelle à Arles aura lieu le 10 août 2019, avec un stand d’information anticorrida au centre du marché, au niveau du 10 boulevard des Lices.

Stand FLAC aux journées d’EELV, Toulouse, 22-24/8/19

La FLAC tiendra un stand aux prochaines Journées d’été d’EELV à Toulouse, du 22 au 24 août. Compte tenu de leur excellent score aux dernières élections Européennes (troisième force nationale), de nombreuses personnalités de tous horizons seront présentes.

Grand happening et stand en pleine féria, Arles, 7/9/19

A l’occasion de la féria d’Arles, No Corrida organise une journée d’action anticorrida en deux parties : stand d’information le matin, rassemblement et grand happening l’après-midi sur le trajet des aficionados. Mobilisation maximale souhaitée.

Animal’s Pride, Bordeaux, 28-29/9/19

La 3ème édition de l’Animals Pride est programmée cette année les 28 et 29 Septembre 2019 à Bordeaux. Cette année encore, un village associatif organisé par l’association Vénus avec des stands pour les partenaires et les associations qui le désirent sera mis en place. Un stand No Corrida / FLAC sera tenu par Rosy Gonzalez.

Action contre les cirques avec animaux, Marseille, 7/12/19

Le collectif France Anti Corrida appelle à une action contre les cirques avec animaux, avec le soutien de No Corrida, à l’occasion de la venue du cirque Médrano à Marseille le 7 décembre 2019.

Action contre l’organisation d’un rodéo sur taureaux à Pontarlier

Cette action a été lancée à l’initiative de Défense Animale Belfort (DAB) et No Corrida, par Chantal Girot, avec le soutien de Humanimo, la SPA de Besançon et Combactive. Nous avons découvert avec sidération, l’annonce d’une manche de championnat de France de rodéo organisée le weekend prochain à Pontarlier avec épreuve de bull-riding sur taureau sauvage.

Les organisateurs expliquent que dans l’épreuve du bull-riding, “le cavalier doit rester sur un taureau déchaîné pendant huit interminables secondes.”

Mais qu’en est-il du taureau, cet être vivant doué de sensibilité comme le reconnaît l’article 515-14 du code civil ? S’il est déchaîné et aussi remuant, c’est parce que dans toute séance de rodéo, une sangle lui enserre le ventre et lui comprime les testicules, entraînant une réaction vive de douleur. Cette pratique cruelle dans ce divertissement inutile n’est pas la bienvenue dans notre région de Franche-Comté.

En effet, le rodéo sur taureau est un avatar de la tauromachie. Or les courses de taureaux ne sont pas autorisées en France dans les régions où une tradition locale ininterrompue n’existe pas, conformément à l’article 521-1 du code pénal. De plus les souffrances infligées à l’animal sont passibles de deux ans de prison ferme et de 30 000 euros d’amende.

Enfin l’article R.654-1 du Code pénal stipule “le fait sans nécessité, publiquement ou non, d’exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4e classe.”

Nos associations ont mis en ligne une pétition soutenue par plus de 35 000 signataires à ce jour, ont saisi les services de l’État. Malgré une interdiction à saluer de la Préfecture concernant la sangle, le spectacle a été maintenu. Nous suivrons de près les suites à donner à ce dossier.

Pétition à lire sur notre site en cliquant ici. Communiqué de presse à lire en cliquant ici. Entretien avec les organisateurs du rodéo en cliquant ici.

Campagne de l’UVTF “comme un appel au secours” (FLAC66)

La lettre qui suit a été envoyée par le FLAC66 à deux médias des Pyrénées Orientales, l’Indépendant et la Semaine du Roussillon. Elle exprime de façon parfaite ce qui scandalise tant dans la campagne d’affichage mensongère de l’UVTF que nous dénonçons depuis le 9 avril 2019.

Une campagne promotionnelle en provenance de l’association UVTF (Union des Villes Taurines de France), a vu fleurir sur des panneaux publicitaire la photo d’un taureau, bien vif, avec la mention « notre culture ». Cette campagne qui ne dit pas son nom a pour but de promouvoir la corrida. Effet boomerang, elle a eu pour effet de réveiller des consciences endormies chez nombre de nos concitoyens, ces derniers ayant été émus et scandalisés par une telle prétention. Ils nous en ont fait part, comme l’on fait par exemple les Écologistes de Bordeaux et Toulouse pour ne citer qu’eux. Effectivement, ces pratiques tauromachiques qui ont peur de se dévoiler aux yeux de tous, ne peuvent cacher leur origine espagnole, ( toutes les expressions qui en parlent en attestent), ne sont et ne seront jamais notre culture. La culture, pour les Catalans et toute personne pleine de bon sens signifie progrès, avancée, connaissance, un enrichissement de l’esprit, une élévation de l’être humain. Nous sommes loin de ce qu’est la corrida.

Rien sur les affiches ne précise que ce bovin, présenté là intact, est destiné à recevoir déchirures de piques, plantages de banderilles, coups d’épées et charcutage au poignard dans la nuque.

Lire la suite en cliquant ici. La lettre a été publiée dans son intégralité par les deux médias contactés.

La FLAC est née au lendemain des Journées Européennes Anticorrida

La FLAC est née au lendemain des “Journées Européennes Anticorrida” d’avril 1993 à Béziers. Elle concrétise la volonté des associations de Protection Animale de s’organiser en vue de l’éradication de la violence tauromachique. Le célèbre Journal des Notaires a offert une page de publicité à notre fédération, avec une interview de son président, Thierry Hély.

L’interview peut être lue dans son intégralité en cliquant ici.

Et en plus, ils s’ennuient

Faut-il vraiment sacrifier six animaux de façon atroce pour s’ennuyer ?

Bravo les Basques !

Magnifique article publié par MediaBask le 26 juillet 2019 : “La tauromachie, cette tradition dont on se passerait bien”, de Antton Etxeberri. “On est assez mal à l’aise à devoir expliquer la barbarie, la stupidité humaine, l’acharnement par la souffrance.”

Un extrait : “Avec aujourd’hui internet et les réseaux sociaux, avec aussi des militants de plus en plus présents et bruyants qui manifestent contre l’organisation de ces corridas, les plus jeunes ont accès, malgré eux, à des images qui les interpellent. Pourquoi tuent-ils les taureaux ? Des gens prennent plaisir à voir souffrir des animaux ? Quel est l’intérêt ?

Les enfants, curieux de nature, veulent apprendre. On a beau essayer de leur expliquer que pour certains, tout cela est organisé “au nom de la tradition”, les arguments manquent. Sans doute parce que l’on est assez mal à l’aise à devoir expliquer la barbarie, la stupidité humaine, l’acharnement par la souffrance. Sans doute aussi parce que justifier cette cruauté envers les animaux au nom de la “tradition” ancrera dans la tête de nos enfants que “la tradition, c’est nul et barbare, elle fait souffrir des animaux”.

Et voir certains prendre du plaisir à voir des animaux se faire torturer jusqu’à la mort est incompréhensible pour nos têtes blondes à qui l’on essaie d’inculquer d’autres valeurs, comme le respect de l’autre, de l’environnement, de la vie qui les entoure.”

La suite en cliquant ici.

Orthez, prosélytisme honteux visant des enfants de 4 à 14 ans

Une initiation entre autre à la tauromachie espagnole a été organisée à Orthez le 27 juillet. Elle s’adressait aux enfants âgés de 4 à 14 ans. La honte…

_______________________________________

Actions internationales

Campagne internationale “À Pampelune, le sang court à vos côtés”

Le 15 juillet 2019 à Madrid, Animal Guardians (USA) et la plateforme La Tortura No Es Cultura (Espagne) ont lancé une campagne internationale qui montre la terrible agonie des animaux qui participant aux courses de taureaux de Pampelune le matin et agonisent ensuite l’après-midi dans les arènes. No Corrida a pris une part active dans la réalisation et le lancement de cette campagne.

La vidéo diffusée montre sans ambiguïté la dureté du destin de ces taureaux que peu de gens soupçonnent, surtout hors d’Espagne (vidéo en français https://youtu.be/6CAxVUSjqh4). Avec les gros plans sur les animaux dans l’arène, leur lente agonie est révélée, avec des images très dures, telles que celles des larmes qui jaillissent de leurs yeux, la façon dont ils sursautent en raison de la douleur des piqûres des banderilles, la pression avec laquelle le bout du sabre émerge de l’un des côtés de l’abdomen de l’animal, le coup de grâce sanglant qui semble ne jamais se terminer avec un poignard, ou les taureaux aux yeux affolés qui vomissent du sang.

Les organisations qui lancent cet appel demandent aux citoyens de ne pas participer à ces spectacles cruels et écrivent à la municipalité de Pampelune pour éliminer les corridas lors des festivités de San Fermín. La campagne a été traduite en anglais, français, néerlandais, italien et allemand.

Contacts :

  • Marta Esteban, Animal Guardians, Espagne
    +34 606 300 906 (espagnol, anglais)
  • Carmen Ibarlucea, La Tortura No Es Cultura, Espagne
    +34 691 24 57 01 (espagnol)
  • Laura Moretti, The Animals Voice, USA
    +1 530 774 4634 (anglais)
  • Marius Kolff, CAS International
    +31 6 27023625 (hollandais, espagnol, anglais)
  • Roger Lahana, No Corrida, France
    +33 6 11 54 02 83 (français, anglais)
  • Sandro Zara, La Tortura No Es Cultura, Espagne
    +34 637 22 79 66 (espagnol, italien)
  • Martina Szyszka, La Tortura No Es Cultura, Allemagne
    +49 170 4873596 (allemand, espagnol)

La campagne a reçu le soutien de plusieurs médias de la presse internationale, parmi lesquels :

AnimaNaturalis a également lancé une campagne pour mettre fin aux corridas de Pampelune. À Pampelune, des dizaines de taureaux sont brutalement massacrés en public. Chaque jour de la fête de Sanfermín, ces animaux sont poignardés lors de corridas sanglantes. Tous les taureaux de la Sanfermín meurent lentement et atrocement dans une arène, tandis que quelques-uns profitent et applaudissent ce spectacle de douleur et de torture.

Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons abolir ce spectacle cruel qui fait honte à la grande majorité des citoyens et montre la pire image de l’Espagne au monde.

Le mouvement pour l’abolition de la corrida a progressé dans le monde entier, mais les fêtes de Sanfermín ont toujours lieu, le spectacle de corrida le plus célèbre et le plus suivi au monde. Signez notre pétition, diffusez la campagne sur les réseaux sociaux et partagez-la avec vos contacts. La vie des taureaux est entre nos mains !

La pétition peut être signée ici : https://www.animanaturalis.org/firma/sanfermin

Pas de corrida aux fêtes annuelles de Villanueava de la Cañada (Espagne)

Après plusieurs années d’actions anticorrida incessantes menées en particulier par Marta Esteban (La Tortura No Es Cultura, Animal Guardians), cette année, Villanueva de la Cañada où elle vit – près de Madrid – n’organisera pas de corrida ou d’autres événements taurins même symboliques, sous aucune forme. Le changement a été progressif : les corridas ont été pendant un temps remplacées par des novilladas (tout aussi barbares), puis par des capéas (démonstrations de maniement de cape), avant finalement de totalement disparaître du programme des festivités.

Ne manquez pas d’en remercier la mairie en allant sur la page officielle de la ville en cliquant ici.

Avec l’arrivée du parti Vox ouvertement procorrida, il existe un risque élevé que les corridas reviennent dans cette ville, donc toute aide et toute marque de soutien à la mairie seront appréciées.

_______________________________________

Autres événements marquants

Plusieurs autres sujets ont également été traités sur notre site ou nos pages sur les réseaux sociaux dans le mois qui vient de s’écouler :

  • Le lundi 1er juillet 2019, s’est tenu au Tribunal de Grande Instance de La Rochelle le procès du bourreau de Miette, petit Jack Russel de 2 ans. Notre administratrice Catherine Martin assistait à l’audience et en a fait un compte-rendu détaillé, que l’on peut lire en cliquant ici.
  • Merci à Zazie d’avoir d’avoir porté le message anticorrida dans les arènes de Nîmes le 1er juillet 2019 : “Elles sont belles, les arènes. On les préfère comme ça plutôt qu’avec les taureaux.” Voici deux ans, c’était Francis Cabrel et l’an dernier, Julien Doré… Aux suivants !
  • Info publiée sur notre page Facebook par Temple Geinjou : la ville de Quito (Equateur) va récupérer la gestion de ces arènes d’ici quelques jours. Il est prévu de les consacrer au sport et à la culture – et comme le maire nouvellement élu a rappelé que “la corrida ne mérite pas d’être reconnue comme un acte culturel’, c’est la fin de cette abomination dans la capitale de ce pays.
  • Aux dernières corridas de Mont-de-Marsan, les taureaux étaient dans un état tellement piteux que le public a hué le prétendu spectacle. Marie Sara, organisatrice de ces corridas, a reconnu que certains taureaux avaient perdu près de 100 kg en deux semaines. On imagine l’horreur que cela suppose au sujet de leurs conditions de transport. Ou alors, il y a eu une grosse arnaque derrière cette opération…
  • Le grand et talentueux Christian Laborde envoie du lourd sur RTL, radio la plus écoutée de France, contre les crétins arriérés des arènes à Nîmes à l’occasion du passage du Tour de France dans cette ville ! Merci Monsieur !
  • A peine 1300 spectateurs pour se régaler du plaisir sadique de la torture et mise à mort de 7 pauvres taureaux, dans les arènes de Méjanes ! Pas terrible pour les 80 ans du domaine Paul Ricard… Ça sent vraiment la fin, on s’en réjouit.

_______________________________________

Tous nos articles

Vous pouvez retrouver tous nos articles, rassemblés par thèmes, en suivant les liens ci-dessous :

Merci pour vos dons et adhésions, ainsi que pour les achats faits dans notre boutique, vous êtes notre seule source de financement et c’est ce qui nous permettra de poursuivre et de déployer de nouvelles actions dans les mois qui viennent.

L’équipe de No Corrida

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à contact@nocorrida.com

Facebook : No Corrida
Twitter : @no_corrida
Site officiel : http://nocorrida.com