Campagne de l’UVTF “comme un appel au secours” (FLAC66)

La lettre qui suit a été envoyée par le FLAC66 à deux médias des Pyrénées Orientales, l’Indépendant et la Semaine du Roussillon. Elle exprime de façon parfaite ce qui scandalise tant dans la campagne d’affichage mensongère de l’UVTF que nous dénonçons depuis le 9 avril 2019.

Une campagne promotionnelle en provenance de l’association UVTF (Union des Villes Taurines de France), a vu fleurir sur des panneaux publicitaire la photo d’un taureau, bien vif, avec la mention « notre culture ». Cette campagne qui ne dit pas son nom a pour but de promouvoir la corrida. Effet boomerang, elle a eu pour effet de réveiller des consciences endormies chez nombre de nos concitoyens, ces derniers ayant été émus et scandalisés par une telle prétention. Ils nous en ont fait part, comme l’on fait par exemple les Écologistes de Bordeaux et Toulouse pour ne citer qu’eux. Effectivement, ces pratiques tauromachiques qui ont peur de se dévoiler aux yeux de tous, ne peuvent cacher leur origine espagnole, ( toutes les expressions qui en parlent en attestent), ne sont et ne seront jamais notre culture. La culture, pour les Catalans et toute personne pleine de bon sens signifie progrès, avancée, connaissance, un enrichissement de l’esprit, une élévation de l’être humain. Nous sommes loin de ce qu’est la corrida.

Rien sur les affiches ne précise que ce bovin, présenté là intact, est destiné à recevoir déchirures de piques, plantages de banderilles, coups d’épées et charcutage au poignard dans la nuque.

Rien ne laisse présager qu’il sera lardé de coups de ferraille, que le sang coulera sur ses flancs et par ses naseaux . Une fois achevé, il sera traîné au sol comme une vulgaire serpillière, après avoir souffert de longues minutes devant des spectateurs réjouis. Et ce dans le déroulement de ce que certains osent appeler « spectacle culturel » !

Où est-elle, la Culture, comme les annonceurs ont l’impudence de l’inscrire au bas de l’affiche ?

D’ailleurs nos frères de l’autre côté de la frontière l’ont compris et la Catalogne du Sud a aboli cette pratique de son territoire depuis 2010.

Dans les P.O., les opposants ont recueilli 25 000 (vingt-cinq mille) pétitions anticorrida sur divers marchés, notamment Céret.

La fréquentation de la corrida est en baisse partout dans les régions du sud où elle se pratique encore, comme en Espagne, et dans ce pays c’est le Ministère qui en a la charge qui le dit lui même.

Le but de cette campagne est un comme un appel au secours. Un présage du début de la fin ?

La venue de Monsieur André Viard à Céret, chantre bien connu des amateurs, n’y changera rien.

Quant à l’UVTF, ne vous y trompez pas, association loi 1901, elle vit avec les subventions des villes protaurines, c’est à dire avec votre argent.

Jean-Pierre Dunyach, FLAC66, Perpignan