L’aficionado Ignacio González, ex-président de la communauté de Madrid, arrêté pour corruption

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

19 avril 2017 – Des agents de la Guardia Civil ont investi les locaux de la plus grand société publique de Madrid, Canal de Isabel II, dans le cadre d’un coup de filet visant des pratiques illégales de gestion de cette société et des détournements de fonds qui se sont produits à l’époque où Ignacio González, précédent président de la communauté de Madrid (Partido popular, droite), la dirigeait de 2003 à 2012.

gonzalez

Ignacio González a été interpellé et arrêté à son domicile, qui a également fait l’objet d’une perquisition. Onze autres personnes ont également été mises en garde à vue pour corruption, organisation criminelle, détournement de fonds, blanchiment, fraude, falsification de documents et corruption au cours d’opérations visant à détourner de l’argent public à des fins personnelles.

Ignacio González est également connu pour avoir été primé par l’Association Taurine Parlementaire. L’opération est coordonnée par le juge de la Cour Nationale Eloy Velasco.

Parmi les détenus se trouve le frère d’Ignacio González, le précédent directeur financier de Canal Isabel II et Edmundo Rodriguez Sobrino, homme de confiance de González et président de l’entreprise Inassa, filiale du groupe Canal de Isabel II chargée d’investissements en Amérique latine.

Des sources proches de l’enquête ont confirmé que les recherches se focalisent sur la stratégie déployée par ces gommes pour détourner de l’argent public à des fins d’enrichissement personnel, ainsi que la stratégie d’expansion de l’entreprise publique pour gérer l’eau de Madrid en Amérique latine. Il semble que les responsables de Canal de Isabel II aient acheté des entreprises pour une valeur plus haute qu’ils n’auraient dû.

gonzalez 2

Parmi les délits visés se trouve l’acquisition frauduleuse menée par Sobrino d’une entreprise d’ingénierie et de construction brésilienne, qui a été dénoncée le mois dernier par le PSOE (parti socialiste), Podemos et le parti Ciudadanos (Citoyens) de la communauté de Madrid. Cette acquisition ruineuse de 21,4 millions d’euros a été faite en trois paiements, dont sur un compte suisse de la banque royale du Canada et le troisième auprès de la banque portugaise Bradesco. Un an plus tard, l’entreprise ne valait plus que 5 millions d’euros.

Sobrino a été destitué lorsque son nom est apparu dans les Panama Papers, montrant qu’il occupait des postes de responsabilité dans trois entreprises de Hong Kong à une époque où ce lieu était encore un paradis fiscal. Ces entreprises ont été créées par le cabinet d’avocats Mossack Fonseca spécialisé dans le montage de sociétés-écrans,  selon le journal El Confidencial. Rodríguez Sobrino, actuellement PDG de l’éditeur du journal La Razón (média très critiqué pour ses articles à scandale montés de toutes pièces et son soutien affiché à la tauromachie), et d’autres anciens directeurs ont été accusés de corruption et de gestion malhonnête.

Les Guardes Civils ont également fait une descente dans les locaux de Subasta Segre, une entreprise dirigée par l’épouse d’Ignacio González, spécialisée dans le commerce d’objets de luxe.

Source principale en espagnol : Publico.es
Adaptation en français : RL

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit