LINC n°41 – Lettre d’information No Corrida – 1er juin 2020

Lettre d’information mensuelle de l’association No Corrida – N°41 – 1er juin 2020

No Corrida est une association 1901, membre de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC), du Réseau International Antitauromachie (RIA), du Collectif Animal Politique, du collectif Tauromaquia Es Violencia et de Convergences Animaux Politique

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à : contact@nocorrida.com

_______________________________________

A la une

Campagne européenne contre les aides à la tauromachie

A l’initiative de AnimaNaturalis (Espagne), une campagne européenne a été lancée contre les aides financières à la tauromachie sérieusement affaiblie par la pandémie de Covid-19. Cette campagne est menée par AnimaNaturalis en Espagne, la FLAC et No Corrida en France, CAS International aux Pays-Bas et Animal au Portugal. Elle a réuni à ce jour plus de 140 000 signatures et autant d’envois de messages aux ministres concernés des différents pays.

En France, il s’agit du ministère de l’Agriculture auquel diverses organisations pro-corrida ont demandé tout un ensemble de mesures de soutien, sans résultat pour le moment. Plus de 15 000 mails lui sont parvenus depuis début mai.

Votre participation est primordiale. Merci de contribuer à diffuser le plus possible ce lien pour accentuer encore plus la pression : https://www.animanaturalis.org/pasunsoupourlatauromachie

Pour en savoir plus sur les versions de la campagne dans les différents pays, cliquer ici.

Pour retrouver tous nos articles en lien avec le Covid19, cliquer ici : Covid19

_______________________________________

France

No Corrida agit en partenariat avec d’autres structures anticorrida, soit en tant que co-organisateur, soit en relayant des actions de collectifs ou associations qui se mobilisent dans leurs régions. Ces informations sont rassemblées dans la section nommée Actions, qui est accessible directement sur la page d’accueil ou en allant dans le menu Agir.

Calendrier et comptes-rendus des actions figurant sur le site

En raison de la pandémie de coronavirus, nous avons annulé toutes nos actions prévues de mars à juin. Notre première action de terrain aura lieu sur le pont de Caucadis (Vitrolles) le 25 juillet avec nos partenaires de France Anti Corrida.

Annulation de toutes les corridas en France jusqu’à fin août

Toutes les corridas prévues en France jusqu’à fin août ont été annulées. Les spectacles sont à nouveau autorisés à partir du 2 juin, avec une jauge maximale de 5000 personnes à la date de cette lettre d’information. La première corrida qui devrait avoir lieu a été annoncée pour fin octobre à Istres, sous réserve, bien sûr, que les conditions sanitaires n’évoluent pas vers des restrictions renouvelées pour les spectacles tenus en public.

Covid-19 et corridas en France – Non au renflouement de la tauromachie

Suite à l’annulation, dans les villes tauromachiques françaises, des corridas qui avaient été prévues depuis mars et au moins jusqu’en septembre, nous avons appris que les organisations taurines UVTF et ONCT ont sollicité le ministre de l’Agriculture et le ministère de la Culture en France pour des aides de diverses natures. Les régions concernées ont également été contactées, entre autres pour des aides directes et une modification de la destination des fonds de la PAC, avec prolongement des dotations suspendues pour 2020.

Nous demandons au gouvernement de fixer ses priorités sur les secteurs réellement utiles à l’économie du pays et non d’allouer des fonds ou d’accorder des facilités fiscales pour financer le sauvetage de la corrida, alors que bien d’autres domaines d’activité sont autrement plus utiles et urgents pour l’ensemble de la population du pays. Rien ne justifie que cette pratique cruelle, éthiquement inacceptable, soit soutenue à quelque niveau que ce soit.

Notre campagne a été relayée à grande échelle sur Yahoo News, ainsi qu’un article très complet dans la revue de 30 Millions d’amis et une édition des Puces totalement consacrée au sujet par Luce Lapin dans Charlie Hebdo, puis reprise sous une forme plus détaillée sur son site personnel, article reproduit sur notre site avec son autorisation amicale.

Pour écrire à Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, cliquer ici : https://www.animanaturalis.org/pasunsoupourlatauromachie

Relayez ce message sur les réseaux sociaux avec les hashtags
#AyudasTauromaquiaNO  #PasUnSouPourLaTauromachie

Campagne européenne lancée par AnimaNaturalis (Espagne), No Corrida (France), FLAC (France), CAS International (Pays-Bas) et Animal (Portugal).

Pendant la crise, les tortures d’animaux reprennent dès que possible 

Il ne sera pas dit que dans les “écoles” de tauromachie, des veaux ou taurillons échapperont à leur funeste sort. Crise sanitaire et économique ou pas, on s’entraîne à torturer, à tuer, une activité qui a repris dès le 23 mai à Nîmes et en juillet à Arles. Ce, avec la bénédiction de l’aficion qui pousse à la relève, des parents, des municipalités, agglomérations de communes, départements, régions etc.

Le COLBAC demande au maire de Béziers d’en finir avec les corridas

Lettre ouverte du COLBAC à Robert Ménard, maire de Béziers – “Monsieur le Maire,

Ce lundi 25 mai, lors de l’installation du nouveau conseil municipal, dans la salle Zinga Zanga, votre discours a retenu toute l’attention de notre association, le COLBAC, qui a pour objectif l’interdiction de la corrida à Béziers. Face à la pandémie Covid-19, vous avez souligné notre devoir d’humilité et l’importance de ne pas violer la nature, ni les lois de l’Humanité. Aux Biterroises et aux Biterrois, vous avez dit votre attachement à être leur porte-parole fidèle, loin des lobbys. […]

Nous vous demandons de saisir cette opportunité de changement : interdire définitivement les corridas à Béziers parce que la souffrance animale ne devrait pas être un spectacle; ne plus subventionner l’école taurine de Béziers parce qu’il est de la responsabilité des municipalités de protéger les enfants de la violence, et de véhiculer des valeurs de bienveillance à l’égard du Vivant.”

Lettre dans son intégralité en cliquant ici. Cette initiative a été reprise dans le Midi Libre.

_______________________________________

International

Espagne – Aucune mention d’aide à la tauromachie après le conseil des ministres du 5 mai 2020

Le Conseil des ministres espagnol du 5 mai 2020 a approuvé un décret-loi royal dans lequel il a annoncé un ensemble de mesures visant à soutenir le secteur culturel pour faire face à la situation résultant du Covid-19, pour un montant total de 76,4 millions d’euros. Malgré le fait que le ministre de la Culture, José Manuel Rodríguez Uribes, a souligné à plusieurs reprises lors de la conférence de presse qu’ils n’allaient “laisser personne derrière“, au moment de vérité, lorsque le ministre a commencé à citer et à remercier les secteurs soutenus, il a mentionné le théâtre, la danse, la musique, le cirque, le cinéma et la production audiovisuelle, les librairies et les beaux-arts dans tous les secteurs. Mais pas une trace d’aide aux corridas, qui dépendent pourtant du ministère de la Culture en Espagne. Comme si elles n’existaient pas.

Il s’agit là d’une attitude qui date du 2 avril, lorsque le ministre a annoncé le premier décret-loi royal pour le secteur de la culture, ignorant également le secteur de la tauromachie. Tout indique que ce n’est pas un oubli innocent. Les corridas n’auront aucun traitement de faveur (voir ci-après).

Tous les détails en cliquant ici.

Aucune aide spécifique à la tauromachie en Espagne, juste les mêmes prêts que les autres secteurs

Le ministre de la Culture espagnol, José Manuel Rodríguez Uribes, a finalement accepté de recevoir le 27 mai une délégation d’organisations procorrida, telles que l’ANOET et la FTL. Les taurins se sont pris une douche froide : la tauromachie ne bénéficiera d’aucune aide spécifique. Le secteur de la tauromachie pourra obtenir uniquement les mêmes prêts que n’importe qui d’autre en Espagne. Et il s’agira bien de prêts, qu’il faudra rembourser.

Certains chroniqueurs taurins ont tenté de faire passer cela pour une victoire, mais les partis politiques qui soutiennent les corridas en Espagne, Vox (extrême-droite) et le Partido Popular (droite), ne s’y sont pas trompés et ont exprimé leur fureur face à ce rejet humiliant pour le secteur.

La campagne menée par AnimaNaturalis a pesé dans cette décision du gouvernement. L’offensive qui va suivre sera déterminante pour l’avenir de la corrida en Espagne.

Tous les détails en cliquant ici.

Espagne – La ministre de l’Agriculture refuse d’accorder les aides demandées par les élevages de Valence

La ministre de l’Agriculture espagnole, Mireia Mollà, a rejeté toutes les aides demandées par les éleveurs de la Communauté de Valence.

Les demandes visaient uniquement et exclusivement une aide financière pour maintenir des fermes d’élevage, que ce soit pour les “fêtes” ou pour la production de viande, ce qui représente en tout 120 élevages.

Non, la corrida n’est pas le deuxième spectacle de masse en Espagne, mais le dixième

Contrairement à ce que prétendent les taurins, les corridas ne sont pas le deuxième spectacle en Espagne en nombre de spectateurs, mais le dixième, derrière le football, le cinéma, les monuments et les sites, les musées, les concerts de musique actuels et de musique classique, les expositions, le théâtre et les galeries d’art. La corrida est le spectacle qui obtient la note la plus basse par rapport à l’intérêt qu’elle suscite auprès des citoyens.

L’enquête sur les habitudes et pratiques culturelles en Espagne 2018-2019 est réalisée sur un échantillon de 16 000 personnes âgées de 15 ans et plus, résidant en Espagne. Les résultats de 2018-2019 indiquent que le cinéma est le deuxième spectacle qui rassemble le plus de personnes après le football (57,8%). Il est suivi par les visites de monuments (49,3%), les musées (40,5%), les concerts de musique actuels (30,1%), les expositions d’art (29,8%), le théâtre (24,5%), les événements archéologiques (21,8%) et les concerts de musique classique (9,4%), qui surpassent les spectacles de taureaux pour la première fois en public. La dixième place est partagée à égalité par les ballets, la danse et les corridas, avec 8%. Seuls l’opéra et la zarzuela sont derrière, avec 3,3 et 1,5%, la consultation des archives (7,1%) ou le cirque (7,3%).

Plus de détails en cliquant ici.

Les taurins s’indignent de ne pas avoir été prévus dans les aides à la Culture en Espagne

La Fondation Toro de Lidia (FTL) et l’ANOET (Association nationale des organisateurs de spectacles taurins, présidée par Simon Casas) s’indignent de l’absence de mesures spécifiques pour la tauromachie dans les annonces récentes faites par le gouvernement espagnol. Ces deux organismes, au nom du secteur taurin dans son ensemble, ont envoyé des lettres au ministère de la Culture exigeant un traitement similaire à celui des autres industries culturelles en Espagne.

Plus de détails en cliquant ici.

Lettre contre les aides à la tauromachie en Espagne signée par 500 associations

En parallèle de la campagne européenne lancée par AnimaNaturalis et sur une initiative de la plateforme La Tortura No Es Cultura et de Animal Guardians, une lettre a été envoyée en Espagne à Pedro Sánchez (Premier ministre), Pablo Iglesias (vice-Premier ministre), Jose M. Rodríguez Uribes (ministre de la Culture) et Luis Planas Puchades (ministre de l’Agriculture) pour demander que les aides destinées à relancer l’activité économique de l’Espagne ne soient pas allouées à la corrida.

Cette lettre a été signée par 500 associations, principalement espagnoles, mais aussi quelques-unes hors d’Espagne, comme No Corrida et la FLAC.

Tous les détails en cliquant ici.

Le secteur taurin appelle au retour des corridas au Portugal à partir du 1er juin

Lors d’une rencontre avec le président de la République du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, le 9 mai 2020, divers représentants de la tauromachie lui ont transmis une liste de 21 mesures souhaitées pour faire face à la crise de la pandémie, ainsi que la demande de pouvoir reprendre les corridas à partir du 1er juin.

Le 20 mai, le Premier ministre du Portugal a clairement déclaré que le gouvernement “n’avait pas l’intention d’apporter un soutien particulier à cette activité“, se référant à la corrida.  A lire en complément, un article de Rita SIlva, présidente de l’ONG Animal et membre d’honneur de No Corrida : “Hors de notre vue qui n’est plus en vue“.

Ce que les éleveurs de taureaux ne disent pas (un article de AnimaNaturalis)

Plus de 6 000 taureaux ont déjà été abattus depuis le début de la crise en Espagne et on estime que ce chiffre pourrait atteindre 10 000 avant la fin de l’année. Mais combien de taureaux dits “sauvages” (toros bravos – l’adjectif bravo est traduit de façon incorrecte par brave en français) sont envoyés chaque année directement à l’abattoir ?

Ce qu’aucun média ne dit, c’est que l’envoi de taureaux et de vaches à l’abattoir est une pratique courante pour ce type de bétail. Il s’agit d’une pratique fondamentale et c’est essentiellement la raison d’être de l’éleveur : sélectionner uniquement les spécimens qui ne lui font pas perdre d’argent.

Plus de détails en cliquant ici.

_______________________________________

Autres événements marquants

Plusieurs autres sujets ont également été traités sur notre site ou nos pages sur les réseaux sociaux dans le mois qui vient de s’écouler :

  • Le média en ligne espagnol El Salto a interviewé Aïda Gascón, présidente d’AnimaNaturalis, suite au lancement de la campagne contre le renflouement de la tauromachie.
  • Plusieurs organisations taurines espagnoles ont créé ensemble un “comité de crise” face à ce qu’elles nomment une “discrimination systématique que divers secteurs de l’administration tentent d’imposer à la tauromachie, l’une des principales industries culturelles d’Espagne”. L’initiative en revient au média taurin en ligne Mundotoro, qui a appelé à la création d’un tel comité dans un éditorial du 17 mars dernier.
  • Débandade à l’ANOET (Asociación Nacional de Organizadores de Espectáculos Taurinos), quatre organisateurs de corridas ont claqué la porte de son conseil d’administration présidé par Simon Casas. Il s’agit de Jean-Baptiste Jalabert (arènes d’Arles), Maximino Pérez, Alberto García (Toroemoción) et José María Garzón. “Le secteur est obsolète. Il doit y avoir une restructuration“. Le premier visé par les partants est Casas, qui est à la tête de ce qu’ils considèrent comme “la vieille garde“.

Pour retrouver tous nos articles en lien avec le Covid19, cliquer ici : Covid19

_______________________________________

Tous nos articles

Vous pouvez retrouver tous nos articles, rassemblés par thèmes, en suivant les liens ci-dessous :

Merci pour vos dons et adhésions, ainsi que pour les achats faits dans notre boutique, vous êtes notre seule source de financement et c’est ce qui nous permettra de poursuivre et de déployer de nouvelles actions dans les mois qui viennent.

L’équipe de No Corrida

Pour recevoir LINC par mail tous les mois, envoyer vos prénom/nom/email à contact@nocorrida.com

Facebook : No Corrida
Twitter : @no_corrida
Site officiel : https://nocorrida.com