Recul de 63% des corridas en Espagne depuis 2007

La tauromachie poursuit son recul inexorable dans tous ses formats en Espagne, des corridas aux fêtes populaires, en baisse de 6% en 2019 par rapport à 2018. Paradoxalement, le nombre de professionnels de la tauromachie enregistrés augmente, atteignant 9 993 inscrits, le nombre le plus élevé jamais enregistré.

García Navarrete, Novillada de La Quinta, Las Ventas,-02-04-17 – photo Paloma Aguilar

Selon les statistiques sur les corridas publiées fin mai 2020 par le ministère de la Culture et des Sports, les corridas ont baissé en Espagne l’an dernier de 63,4% par rapport à 2007. Depuis 2008, coïncidant avec le début de la crise économique, il y a eu une baisse progressive nette de ces spectacles. La Communauté de Madrid a été pour la première fois la région qui a reçu le plus de corridas (70 en 2019), après avoir dépassé l’Andalousie (65), qui occupait cette place continuellement entre 2003 et 2018. Suivent Castilla-La Mancha (53) et Castilla y León (48).

A l’opposé, les îles Canaries n’ont accueilli aucune corrida depuis 1984, comme Ceuta, qui n’a pas d’arène taurine, et la Catalogne, où depuis 2012 il n’y a plus eu aucun type de corrida dans les arènes. , grâce à l’ILP Prou ​​qui a réussi à les bannir. Malgré le fait qu’en 2016 la Cour constitutionnelle a levé l’interdiction suite à une plainte du Parti populaire, les seuls taureaux qui ont mis le pied en Catalogne sont les soi-disant “correbous”, pratiques sans mise à mort de l’animal réglementées en 2010. Les régions ou villes autonomes comptant le moins de corridas en 2019 étaient les Baléares et Melilla (avec 1), la Galice (2), les Asturies (4), la Cantabrie (5) et La Rioja (6).

Toutes les formes de corrida dans des arènes (corridas, novilladas, etc.) sont également tombées l’année dernière au plus bas historique en Espagne. Il y en a eu 1425, ce qui est le nombre le plus bas jamais constaté, avec 61% de moins qu’en 2007.

Les données officielles montrent que 1 947 corridas ont eu lieu en 2003. Le moment culminant s’est produit en 2007, avec 3 651 festivités taurines. Depuis lors, il y a eu une baisse annuelle de ces spectacles, à l’exception d’une augmentation en 2014, atteignant un minimum de 1425 en 2019, soit 61% de moins qu’en 2007. L’année dernière, quatre communautés autonomes (Andalousie, Castilla y León, Castilla-La Mancha et Communauté de Madrid) ont concentré 77,5% des corridas.

Paradoxalement, et malgré la baisse générale de la tauromachie, les statistiques gouvernementales font état d’une augmentation du nombre de professionnels pour une nouvelle année encore, puisque l’année dernière il y avait 9993 inscrits, le nombre le plus élevé jamais enregistré (en tenant compte de la méthodologie depuis 2018 ). Seulement 2,5% de ce total sont des femmes (245).

La motivation de cette augmentation des effectifs alors que les spectacles taurins sont en baisse est probablement d’augmenter le montant des subventions reçues, la plupart n’ayant aucune activité ou très peu. Une autre raison possible est que nombreux sont ceux qui se disent qu’il est important d’être enregistré dans ce milieu professionnel pour le jour où des aides seront accordées à ceux qui veulent se reconvertir du fait de l’effondrement économique du secteur.

Par catégories professionnelles, l’année dernière 761 toreros ont été enregistrés (7,6% du total), 2 672 novilleros avec ou sans picadors (26,7%) et 325 rejoneadors (3,3%). Le nombre de sociétés d’élevage de taureaux enregistrées l’année dernière était de 1339 (deux de plus qu’en 2018), tandis que le nombre d’écoles de corrida enregistrées était de 62 (comme en 2018).

Les écoles taurines et les élevages taurins sont fortement subventionnés par les différentes administrations. Les municipalités, les députations provinciales et les communautés autonomes distribuent de généreuses sommes d’argent public pour promouvoir la tauromachie parmi les plus jeunes, en payant en grande partie les écoles taurines. Quant aux élevages, ils reçoivent chaque année des millions de subventions de la PAC et des aides incluses dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage des gouvernements autonomes eux-mêmes.

Les revenus de l’aide de la PAC ont une incidence élevée sur le revenu total des élevages. Aujourd’hui, ces exploitations seraient pratiquement impossibles sans l’aide de la PAC. On estime qu’en 2018 quelque 200 exploitations agricoles ont reçu un total de 130 millions d’euros de ce fonds européen, une somme qui se maintient année après année.

Les aides financières de la politique agricole commune (PAC) sont certainement parmi les plus importantes des subventions européennes. Ce système est né dans les années 1950, à une époque où l’approvisionnement alimentaire n’était pas garanti et l’agriculture avait été dévastée et paralysée par la Seconde Guerre mondiale. L’accès à l’aide de la PAC pour le secteur taurin constitue une violation claire de la Convention européenne pour la protection des animaux dans les élevages, qui établit que les animaux “ne doivent pas souffrir, se blesser, avoir peur ou s’inquiéter”.

Le secteur taurin rencontre toutes les administrations afin d’obtenir d’importantes injections économiques dans les élevages. La vérité qu’ils cachent est qu’ils envoient chaque année les taureaux et les vaches qu’ils possèdent à l’abattoir.

Source : AnimaNaturalis (en espagnol)
Adaptation en français : RL