Colombie : trois corralejas annulées pour respecter le bien-être animal

Les corralejas (pratiques taurines sanglantes spécifiques à la Colombie) ont été annulées dans trois municipalités du pays, au motif qu’elles allaient “à l’encontre du bien-être humain et animal“. À leur place, il a été prévu des évènements culturels.

Les municipalités sont Sabanalarga, Usiacurí et Santo Tomás. Les corralejas ont été l’un des problèmes les plus controversés de ces dernières années, en ce qui concerne la question de la maltraitance des animaux, car si certains défendent ces événements en assurant qu’il s’agit d’un évnement culturel dans lequel personne n’est blessé, il y en a beaucoup d’autres qui ont démontré les dommages physiques et  psychologiques causés au taureau, juste pour en divertir quelques-uns.

En dépit du fait qu’il existe de nombreux endroits dans le monde qui l’ont interdite, cette tradition est toujours suivie en Colombie, bien que récemment elle se soit retrouvée dans l’œil de l’ouragan grâce aux défenseurs des animaux et de certains accidents qui ont également mis la vie de l’être humain en danger, comme ce qui s’est passé récemment, où quatre personnes sont mortes.

Pour cette raison et bien d’autres, la gouverneure de l’Atlantico (région de Colombie), Elsa Noguera, a ordonné l’annulation des corralejas prévues pour le second semestre 2022, suggérant de les remplacer par d’autres types d’événements culturels, ce que les maires de trois municipalités ont respecté. : Usiacurí , Santo Tomas et Sabanalarga.

«Nous célébrons les fêtes en respectant la vie humaine. La requête du gouvernement sera respectée avec un programme conçu pour que, pendant le week-end au cours duquel les corralejas auraient dû avoir lieu, ces municipalités continuent à recevoir du tourisme et à générer un dynamisme respectueux de la vie humaine et du bien-être des animaux », a déclaré Elsa Noguera.

Les trois maires ont informé la communauté de ce qui a été pris en compte pour prendre ces décisions, ainsi que des stratégies qui seront appliquées pour que le tourisme dans ces zones ne soit pas affecté, notamment en organisant des fêtes dans lesquelles ces événements taurins ne seraient plus présents, du fait qu’ils ne pouvaient plus être attractifs.

Katherine Pasos Zapata, maire d’Usiacurí, a assuré que là où se déroulaient les corralejas, un belvédère et un terrain sont désormais installés pour promouvoir d’autres activités. Tomás Guardiola, maire de Santo Tomás, a indiqué que d’autres mesures seront prises pour que ceux qui vivent de la tauromachie ne soient pas économiquement touchés, tandis que les valeurs et les activités qui sont vraiment importantes pour les municipalités soient préservées.

Nous allons travailler avec le gouvernement d’Atlántico et le gouvernement national pour que ces lieux soient consacrés à des manifestations culturelles et que la vie prévale“, a déclaré le maire Pasos, pour démontrer le travail conjoint en cours et donner de la tranquillité à la communauté.

Enfin, il y a Jorge Manotas, maire de Sabanalarga, qui bien qu’il ait admis que les corralejas ont lieu depuis plus de 100 ans dans cette municipalité, et donc y sont une tradition, assure que l’essentiel est de “prioriser la vie“, pour laquelle un travail de transformation culturelle est nécessaire.

Source (en espagnol) : Colombia.com
Adaptation en français : RL
Merci à Cazarrata de nous avoir signalé cet article.