Etat des subventions à la tauromachie en Espagne, janvier 2022

Les informations qui suivent proviennent du site Estolopagastu.info animé par La Marea Antitaurina. Les données ont été rassemblées par Marta Esteban et, pour la partie relative à la PAC, par Jose Enrique Zaldivar, président d’AVATMA (association des vétérinaires anti tauromachie et contre les maltraitances animales).

_________________

Les subventions publiques à la tauromachie en Espagne totalisent environ 500 millions d’euros par an, en additionnant celles provenant d’Europe et d’Espagne

_________________

D’où viennent ces chiffres ?

Le nombre total de subventions publiques est très difficile à connaître car elles proviennent de nombreuses sources, à la fois directement et indirectement, via le paiement des services qui entourent les festivités (vétérinaire, médical, infrastructure), la réduction des frais administratifs, la promotion dans les médias publics , billets gratuits, tarifs des arènes réduits ou inexistants… Et dans la plupart des cas, l’information la concernant est opaque, malgré l’insistance du public pour qu’elle soit révélée.

Ces subventions proviennent principalement des organismes suivants :

  • Les programmes PAC et CREA de la Politique Agricole Commune Européenne
  • Le ministère de la Culture espagnol
  • Le ministère de l’Agriculture espagnol
  • Les Communautés autonomes d’Espagne
  • Les Conseils provinciaux espagnols

Il existe des études qui estiment les subventions publiques à la tauromachie à environ 500 millions d’euros par an au total, en additionnant celles provenant d’Europe et d’Espagne.

De plus, le secteur reçoit des aides sous forme de subventions pour le secteur de l’élevage et pour le secteur « culturel », c’est-à-dire les professionnels de la tauromachie et les organisateurs de spectacles. En raison de la pandémie de Covid-19, le secteur a demandé à en recevoir encore plus.

Il est inacceptable qu’à une époque de grand besoin comme celle dans laquelle nous vivons, de l’argent public soit injecté dans une activité vouée à disparaître, dont l’acceptation sociale baisse chaque année et qu’il ne fait aucun doute qu’elle va disparaître, même parmi les les professionnels de la corrida.

Bien qu’ils ne soient pas les seuls, les partis politiques PP (droite), Vox (extrême-droite) et Ciudadanos (centre-droit) sont les partis qui soutiennent le plus les subventions à la tauromachie dans toutes les Communautés autonomes, Conseils provinciaux et mairies. Le PP est le plus important fournisseur de subventions à la tauromachie par le gouvernement central. Le PSOE la subventionne également dans certaines collectivités et municipalités, parfois de façon très importante, mais il y a moins de consensus au sein du parti et ses élus ont généralement tendance à s’abstenir.

L’affaire de la Fondation Toro de Lidia

La Fondation Toro de Lidia a reçu un total de 741 000 euros d’argent public entre 2020 et 2021. PP, Vox et Ciudadanos approuvent l’aide au lobby de la tauromachie avec l’argent de tous les Espagnols. L’engagement de Vox dans ce dossier a été spécial, ce qui a suscité la gratitude expresse du porte-parole de la fondation, Chapu Apaolaza. La Junta de Andalucía, la Junta de Castilla y León ou le Conseil provincial de Málaga sont quelques-unes des sources, mais aussi le ministère de la Culture qui lui a décerné le Prix national de tauromachie 2020 et lui a accordé une subvention de 35 000 €.

De plus, son président, Vitorino Martín, a reçu 1 474 997 euros de la PAC, dont une partie au nom de son épouse. Il semble donc que son rôle au sein de la FTL soit uniquement par « amour de l’art ».

Subventions européennes

Les élevages de taureaux destinés aux corridas reçoivent 31,6% d’aides de la PAC (Politique Agricole Commune). A cela s’ajoutent de nombreuses arènes construites ou réaménagées avec la contribution des fonds européens FEDER. Autrement dit, les Européens entretiennent la tauromachie avec leurs impôts. C’est pour cette raison qu’il est si important que la Politique agricole commune de l’Union européenne soit modifiée et que le contrôle des fonds FEDER soit renforcé afin que cela ne se reproduise plus.

Subventions de la PAC

D’après les travaux exhaustifs d’AVATMA, le montant total que nous avons obtenu s’élève à 442,5 millions d’euros pour un peu plus de 600 élevages de taureaux destinés aux arènes. Considérant que la charge salariale mensuelle des élevages n’atteint pas 6 000 euros, on peut comprendre qui sont les principaux bénéficiaires. Ce sont les empresarios (organisateurs de corridas), les familles et les particuliers déjà très riches de ce secteur d’activité, qui ne crée ni emplois ni prospérité.

L’utilisation de ces fonds européens pour la tauromachie viole l’objectif de la PAC. La PAC vise à fournir une alimentation de qualité aux Européens. Pour cela, elle verse des fonds par vache allaitante. Cependant, bon nombre de ces fonds vont aux vaches allaitantes qui ne fournissent pas d’aliments de qualité. Au contraire, ces vaches produisent des animaux qui finissent leur vie lors des festivités taurines. Cette viande “de combat” est non seulement loin de la qualité requise pour l’alimentation, mais présente également un risque très élevé de contamination bactérienne en raison des blessures que subissent les animaux lors des corridas.

Exemples de subventions de la PAC

Subventions FEDER

En plus de la PAC, les professionnels de la tauromachie reçoivent de l’argent de l’Europe via des fonds FEDER pour construire ou rénover des arènes. Cela pourrait être considéré comme un détournement de fonds, étant donné que ce fonds vise à renforcer la cohésion socio-économique au sein de l’Union européenne en corrigeant les déséquilibres entre ses régions, et non à financer les structures d’une entreprise en faillite avec un grand rejet social.

Une recherche rapide sur internet peut donner de nombreux exemples, nous en citerons un : les arènes de Aranjuez, à hauteur de 113 250 euros.

Subventions du programme CREA (Europe créative)

L’Europe finance les frais d’ouverture de dossiers des prêts bonifiés CREA annoncée par le ministère de la Culture à travers le programme Europe Créative. Total des prêts : 780 millions d’euros, 40 millions par branche. On ne sait pas si les spectacles taurins seront considérés comme une branche à eux seuls et auront accès à 40 millions ou s’ils devront répartir ces prêts avec d’autres domaines.

Subventions des Communautés autonomes

 
LES SUBVENTIONS PUBLIQUES A LA TAUROMACHIE EN ESPAGNE
10 330 000 euros
Andalousie 1 400 000 €, Valencia 1 170 000 €, Castilla la Mancha 2 800 000 €, Navarra 750 000 €, Castilla y Leon 1 500 000 €, Badajoz 950 000 €, Malaga 400 000 €, Extremadura 1 360 000 €, etc.

Subventions du Gouvernement de la Communauté de Madrid

A Madrid, où 490 000 personnes souffrent d’une grave exclusion sociale et 900 000 vivent dans une situation très précaire (Rapport Foessa, 2020), le gouvernement de la Communauté d’Isabel Díaz Ayuso a budgétisé 4 163 826 euros pour la tauromachie, avec un torero comme directeur général des affaires de la tauromachie recevant un salaire de 75 084 euros par an.

Le gouvernement de la Communauté prétend dépasser 2 800 000 euros de recettes pour les arènes de Las Ventas, mais la réalité, racontée par l’un de ses gérants, est que la gestion de la place n’est rentable que grâce au reste des activités non taurines (concerts , événements sportifs, etc.). On ne peut donc pas dire que ce montant est fourni par les corridas, qui font à peine un profit, puisqu’elles ne sont remplies que lorsque les toreros les plus célèbres viennent et que ceux-ci coûtent tellement qu’ils ne laissent guère de marge.

A cela s’ajoute que le gouvernement Ayuso allouera une aide supplémentaire de 4,5 millions d’euros dans le cadre de la crise sanitaire rien que pour 64 élevages de taureaux de combat (3 millions par l’Institut de Recherche et de Développement Rural, Agricole et Alimentaire, et 1,5 million par le Programme de Développement Rural. Par ailleurs, elle allouera 1 million d’euros d’aide à la tenue de 18 fêtes taurines.

Subventions du Conseil Municipal de Madrid

Avec le soutien du PP, Ciudadanos, Vox et l’abstention du PSOE, l’école de tauromachie Ventas del Batán a été remunicipalisée. L’école recevra 400 000 € plus ce qui est nécessaire pour une rénovation de la Venta del Batán, qui dépassera sans aucun doute les 700 000 €. Il s’agit d’une proposition de l’Espace gouvernemental de la Culture, du Tourisme et des Sports visant à modifier la manière de gérer le service culturel public et de promotion du tourisme qui soutient l’École de tauromachie.

L’objectif est de modifier la forme de gestion du service culturel public de l’école de tauromachie de Madrid, qui serait gérée directement par l’administration municipale, comme étape préliminaire au projet de redressement de la tauromachie qui comprend une étroite collaboration avec la Communauté de Madrid.

Au total, cela représente environ 1 million d’euros provenant des impôts des Madrilènes.

Dans cette école, les enfants à partir de 14 ans apprendront à se battre avec des animaux vivants et tueront leurs propres veaux de manière sanglante. Ainsi, l’intérêt de la tauromachie sera placé au-dessus de l’intérêt supérieur des enfants, ignorant les indications pour protéger les mineurs de moins de 18 ans de cette activité que le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a exprimé pour l’Espagne en 2018.

Autres Communautés Autonomes

Estrémadure

Subventions venant de la Communauté : avec 37,6 % de sa population (404 000) en danger de pauvreté (Source : « État de pauvreté 2019 »), dans cette communauté autonome, au moins 86 000 € ont été budgétisés pour 2020 pour aider la tauromachie.

Subventions du Conseil provincial de Badajoz: 950 000 € sont alloués à l’école de tauromachie par le Conseil provincial de Badajoz, où les enfants apprennent la maltraitance et la mort des bovins, pouvant le faire avec des bovins vivants à partir de 14 ans, contre les directives de le Comité des droits de l’enfant de l’ONU.

Subventions du Conseil provincial de Cáceres: 400 000 € seront alloués à l’aide au secteur taurin pour les pertes en cas de non-accomplissement des célébrations

Castille et Leon

Subventions du gouvernement communautaire : avec un rebond du risque de pauvreté en Castille-et-León, qui touche plus de 468 000 personnes (EAPN, 2019), le gouvernement régional a alloué 1 500 000 € pour atténuer les dégâts de la pandémie sur le secteur de la la tauromachie. A cela s’ajoute une aide directe à la Fondation Toro de Lidia pour un total de 326 000 €.

Subventions des Conseils provinciaux : 200 000 € sont alloués à l’école de tauromachie par Salamanque et 84 323 € par Palencia pour son école de tauromachie.

Total : 1 784 323 €.

Aragon

Subventions du Conseil provincial de Zaragoza : 83 000 € pour l’entretien de l’arène de la Misericordia. Gestion du lieu : 50 000 €. En juin 2021, une nouvelle aide aux élevages de taureaux de combat a été attribuée par le Conseil provincial de Saragosse pour une valeur de 500 000 €.

Le Journal Officiel d’Aragon a annoncé en novembre 2020 une aide aux élevages de taureaux destinés aux corridas pour un montant total de 200 000 €.

Le Conseil provincial de Teruel a également alloué une somme de 180 000 €.

Catalogne

Les municipalités de Catalogne allouent environ 1 000 000 € chaque année pour célébrer le correbous.

Andalousie

Subventions de la Communauté : avec 3,2 millions d’habitants menacés de pauvreté et d’exclusion sociale, PP et Ciudadanos se sont engagés avec Vox à subventionner les corridas, en payant jusqu’à 75 % du coût de toutes les festivités.

La Junta de Andalucía a budgétisé 1 420 000 € pour promouvoir la tauromachie, en 2019 pour 2020. En 2021, il y a un budget de 4 000 000 € d’aides différentes au secteur.

De plus, grâce à Vox, l’aide a été augmentée de 15 %, allouant 230 000 € à l’Association des écoles de tauromachie et une subvention à la Fondation Toro de Lidia de 372 500 €.

De plus, les frais administratifs seront réduits, c’est-à-dire que les professionnels paieront moins d’impôts.

Subventions des Conseils provinciaux : le Conseil provincial de Malaga a alloué 480 000 € à l’école de tauromachie et 50 000 € à la Fondation Toro de Lidia et le Conseil provincial de Cadix a alloué 20 000 €.

A l’initiative de Vox et avec le soutien du PSOE, des aides du Conseil provincial de Séville ont également été approuvées, dont on ne connaît pas le montant.

Le Conseil municipal de Cordoue a approuvé une motion visant à subventionner “les ressources jugées nécessaires” avec les votes du PP, de Vox et de Ciudadanos. Ils n’ont pas rendu le montant public.

Castilla La Mancha

Subventions de la Communauté : malgré le fait que plus de 678 000 personnes sont menacées de pauvreté et d’exclusion sociale en Castille-La Manche (EAPN, 2019), le gouvernement communautaire participe au financement de la tauromachie en consacrant 1 300 000 € à la diffusion des corridas via sa télévision régionale, CMME.

Subventions du Conseil provincial : de plus, le Conseil provincial d’Albacete alloue 75 000 € à l’école de tauromachie et à celle de Guadalajara, 8 000 € à la promotion de la tauromachie.

Communauté valencienne

Un Valencien sur trois est exposé à un risque élevé de pauvreté et 22 794 familles sont dans l’extrême pauvreté (INE, 2019). Cependant, le Conseil provincial de Valence a consacré 1 000 000 € à la promotion de la tauromachie et 170 000 € supplémentaires pour l’aide COVID aux élevages de taureaux destinés aux corridas. L’école de tauromachie de Castellón bénéficie de 241.000 €.

Le ministère de l’Agriculture, du Développement rural, de l’Urgence climatique et de la Transition écologique a alloué 850 000 € aux élevages de taureaux destinés aux corridas.

Région de Murcie

Avec 32% de la population murcienne, près d’une personne sur trois, menacée de pauvreté, cette Communauté alloue 150 000 € pour financer l’école de tauromachie et promouvoir la tauromachie, entre autres. Cette même école de tauromachie a dû fermer en raison d’abus sur mineurs.

La Communauté a également alloué 70.000 euros supplémentaires à la promotion de la tauromachie.

Navarre

Cette Communauté consacrera 750 000 € à l’aide à la lutte contre la pandémie pour les élevages de taureaux destinés aux corridas.

La Rioja

Les mairies de la Communauté allouent plus de 900 000 € aux fêtes taurines.

Pour sa part, la Communauté verse 18 354 € à la Fédération taurine de la Rioja et à deux élevages de taureaux pour 63 000 € supplémentaires.

Subventions des ministères

Ministère de la Culture

– Aide au chômage. Par exemple, pour 120 jours de cotisation en 2019, on peut recevoir entre 738,90 € et 2031,94 € par mois.

– Programme de financement du CREA pour des projets culturels. Ce sont des prêts bonifiés. Total 780 millions, 40 millions par branche. On ne sait pas si les spectacles taurins seront considérés comme une branche à eux seuls et donc s’ils auront accès à 40 millions ou s’ils devront les partager avec d’autres domaines. À ce jour, 717 demandes ont été soumises pour un total de 49 millions entre tous les domaines.

– Prêts à l’Institut du Crédit Officiel aux entreprises saines (qui ne sont généralement pas des élevages).

– Prix National de Tauromachie à la Fondation Toro de Lidia : 30 000 euros.

– Subvention à la Fondation Toro de Lidia : 35 000 €.

Autres ministères

Le ministère du Développement subventionne la reconstruction des arènes, comme celle d’Aranjuez, à travers le “1,5% culturel”. Il a consacré plus de 90 000 euros à cette arène.

Le ministère de l’Agriculture subventionne généralement les éleveurs de taureaux de destinés aux corridas. En 2011 environ 7,5 millions d’euros.

Les sources relatives aux différentes informations qui figurent dans cet article peuvent être trouvées dans sa version originale en espagnol en cliquant ici.

Adaptation en français : Roger Lahana. Remerciements à Jean-Paul Richier pour les corrections.

Marta Esteban et Jose Enrique Zaldivar sont membres du Comité d’honneur de No Corrida depuis sa création.