64 corridas annulées à Ronda (Espagne) en raison du virus

La traditionnelle Goyesque de Ronda, qui totalise 64 corridas et devait se tenir cette année le 29 août, a été suspendue par le gouvernement d’Andalousie. La raison en est l’absence de respect des règles de sécurité vis à vis du virus lors de précédentes corridas qui se sont tenues en Espagne, ce qui a eu pour conséquence un durcissement de ces règles rendant toute corrida intenable financièrement.

Le site taurin français Torobravo précise : “Désormais, la distance de sécurité entre les spectateurs est fixée à un mètre cinquante sur un même rang, et aucune personne ne pourra occuper une place située immédiatement au-dessus  ou au-dessous d’une autre. De plus, la jauge est fixée à 50 % de la capacité d’occupation des gradins. […] La nouvelle mesure de distanciation sociale dans les arènes réduit considérablement les possibilités de remplissage. Ainsi par exemple, la plaza de toros du Puerto de Santa Maria, d’une capacité d’accueil de 12 186 personnes, pouvait recevoir 5300 spectateurs avec les anciennes normes. Avec les nouvelles, elle ne pourrait en accueillir que 800. Les nouvelles normes mettent donc en péril la viabilité économique des spectacles. 

Ajoutons que d’autres corridas ont été annulées pour les mêmes raisons en Andalousie, dont celles de Séville.

L’homme d’affaires et lobbyiste procorrida Fran Rivera (droite) a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux. Avec un ton ému, il a dit : “Je suis désolé de communiquer cette très triste nouvelle, cette année la Goyesque ne va pas être célébrée“. Puis, d’un ton vindicatif “Nous nous sommes battus, nous avons tout essayé, nous nous sommes adaptés, les toreros ont fait des efforts“.

Rivera blâme la situation en critiquant ceux qui n’ont pas respecté les mesures de sécurité à la lettre et qui ont dépassé les limites : “Les coupables sont les organisateurs de corridas qui ne se sont pas comportés comme ils doivent se comporter, ils ont fait les choses comme il ne fallait pas les faire, ils ont abusé et maintenant nous en payons toutes les conséquences“.

Il a également critiqué la mesure prise par le gouvernement andalou et laissé entendre que cela pourrait signifier la fin de la saison en Andalousie : “Je pense qu’il ne sera pas plus possible d’organiser des corridas. […] Aujourd’hui est un triste jour pour ma ville et pour la corrida“.

Et un très beau jour pour la cause anticorrida.