Reconversion : un fabricant espagnol de capes de corridas utilise son tissu pour faire des masques

En pleine crise du monde de la tauromachie, la firme aragonaise Te Echamos un Capote réduit sa production de fournitures taurines et se concentre sur le marché des masques.

Nous avons considérablement réduit la production de capes pour la tauromachie et nous ne sommes pas assez pour coudre des masques. Le coronavirus a touché tout le monde, y compris la tauromachie. Toutes les corridas en Espagne et ailleurs dans le monde ont été suspendues. Logiquement, notre vente de capes a diminué mais nous vendons très bien des masques avec le drapeau de l’Espagne. Ce sont des masques en tissu de qualité supérieure, le même que nous utilisons pour les capes, avec une structure en satin, coton et polyamide, avec une finition imperméable de 35 mm d’épaisseur. Cela permet de respirer tout en empêchant la pénétration du virus“, a déclaré Eduardo Burgos, propriétaire artisan du la firme Te Echamos un Capote, une prestigieuse marque de fournitures taurines située au cœur du quartier Las Fuentes à Saragosse (Espagne).

Eduardo Burgos fait partie d’une dynastie commerciale navarraise qui se consacre à l’habillement. Son analyse de la situation actuelle va bien au-delà de la situation de la tauromachie en pleine pandémie. “Ma famille est de Cascante, en Navarre. Nous sommes dans le monde du textile depuis plus de 60 ans. Le paysage a beaucoup changé au cours des dernières décennies dans ce secteur. Premièrement, la Chine a commencé à produire des tissus à un prix beaucoup plus compétitif. Par la suite, des ateliers textiles espagnols ont commencé à se délocaliser au Maroc, en Ukraine, en Asie… Actuellement, la Chine est l’usine mondiale. Ils produisent alors que nous souffrons du virus. Le problème pour l’industrie espagnole et mondiale est très grave“.

La famille Burgos s’est installée dans la capitale aragonaise il y a un quart de siècle. Et depuis lors, ils ont exploité une niche de marché unique avec la corrida. “Nous avons quitté Cascante (dans la Ribera Navarra, terre de tailleurs d’art) et nous nous sommes installés à Saragosse il y a 25 ans. Nous nous sommes spécialisés dans la tauromachie. Et maintenant, depuis la rue Doctor Iranzo à Saragosse, nous vendons à toute l’Espagne, la France, le Portugal et l’Amérique latine“, a-t-il expliqué. “Avec le début de l’épidémie, nous avons commencé à fabriquer des masques originaux, des masques qui protègent et en même temps épousent notre modèle esthétique, avec notre propre tissu de cape et avec le drapeau de l’Espagne. Nous avons plusieurs modèles sur le marché. En ce moment, ce produit, le masque, concentre notre production, car la vente de capes a diminué faute de demande“, a souligné Eduardo Burgos.

Source (en espagnol) : Heraldo
Adaptation en français RL