Double succès pour l’exposition anticorrida « L’autre réalité de la corrida » à Béziers

L’exposition anticorrida itinérante « L’autre réalité de la corrida » a reçu un double succès lors de son installation à Béziers, les 26 et 27 octobre 2018. La première édition s’était déroulée à Bordeaux, suscitant des réactions enthousiastes unanimes.

DSC09586p

DSC0964p6

Pour cette nouvelle présentation, la FLAC, en collaboration active avec No Corrida, avait pris le risque de choisir la deuxième place taurine de France en terme de réputation, Béziers, et dans son lieu le plus prestigieux, le Palais des Congrès. Saluons l’attitude parfaite du maire de la ville, Robert Ménard, tout au long de cet événement alors qu’il subissait des pressions ahurissantes du milieu taurin local.

DSC09600p

DSC09621p

171250

Les aficionados biterrois se déchirent avec le maire en raison de notre simple présence

Ce pugilat étalé sur la place publique par médias interposés a constitué une première réussite pour nous : rendre les aficionados furieux du simple fait de notre présence, au point de s’en prendre violemment au maire qui est lui-même sans aucun doute procorrida, mais qui n’en oublie pas pour autant de respecter la liberté d’expression, ce qui est tout à son crédit.

Le lobby taurin a utilisé des mots d’une rare violence pour tenter de nous dénier ce droit pourtant garanti par notre Constitution, allant jusqu’à qualifier notre simple présence de « viol du sol de Béziers ». Relevons l’incroyable outrance ainsi que le mépris total pour la liberté d’expression et de circulation d’oser nous comparer à des violeurs, s’agissant d’une exposition de photos et de citations de personnalités anticorrida, aussi pacifique que légale, et prétendre que la ville de Béziers serait une sorte de mausolée au-dessus des lois dans lequel il est interdit, voire profanateur, de se trouver si on n’aime pas les corridas.

texte HB

Avouons-le, ces diatribes nous ont fait beaucoup rire tellement elles étaient boursouflées de bêtise, démesurées et délirantes. Nous les avons d’ailleurs affichées au sein de l’exposition.

La cérémonie de clôture a connu une belle fréquentation

Une bonne centaine de personnes se sont pressées à la cérémonie de clôture et il s’agit là du second succès de notre exposition qui a ainsi montré qu’elle pouvait obtenir une belle fréquentation, y compris dans un lieu aussi hostile à nos convictions. Dans un souci de dialogue, les principales figures taurines françaises ont été invitées à la cérémonie, et particulièrement les clubs taurins biterrois. Quelques rares aficionados sont passés lors des deux jours, mais aucun n’était là lors des prises de paroles et des discussions lorsque Thierry Hély, président de la FLAC, leur a proposé d’intervenir s’ils le souhaitaient. Pas sûr que nous aurions bénéficié des mêmes égards s’il s’était agi d’une manifestation procorrida.

DSC09670p

DSC09663p

Quoi qu’il en soit, après avoir fait beaucoup de bruit dans les médias et sur les réseaux sociaux en affirmant sur tous les tons qu’ils viendraient et seraient « vigilants », ils se sont déballonnés, comme toujours, en brillant par leur absence. Trois exceptions tout de même, pendant un moment creux où ils étaient les seuls présents : Hugues Bousquet, alias “le taure roge”, farouche défenseur de la corrida à Béziers, Stephan Guin, chroniqueur taurin au Midi Libre et, surtout, Benoît d’Abbadie, chargé des spectacles taurins à la mairie de Béziers, qui sont venus débattre avec nous.

DSC09653p

Pour l’anecdote, ce dernier, par exemple, dans son argumentaire, s’est complètement mélangé les pinceaux en admettant que le combat entre le taureau et le torero était effectivement “inégal mais loyal“. Ah bon ? lui avons-nous répondu, mais si c’est inégal, cela ne peut pas être loyal ? Il y a une nuance sémantique qui nous échappe ? Expliquez-nous ? Réponse : “Euh, oui, en effet, mais bon… on ne se comprendra jamais !“. Les échanges furent parfois un peu rudes, mais sont restés toujours respectueux.

DSC09642p2

DSC09672p

Des interventions riches d’informations

Lors des prises de paroles animées par Thierry Hély, David Joly et Roger Lahana – respectivement président, trésorier et secrétaire fédéral de la FLAC – divers sujets de fond ont été présentés et ouverts aux questions de l’assistance : le recul des corridas en France et particulièrement à Béziers, les techniques de financement des corridas y compris le recours massif à la fraude fiscale pendant plusieurs années (passionnante intervention de David Joly qui a décortiqué tous ces mécanismes avec précision, en particulier les agissements de Robert Margé, de la famille Jalabert et de Simon Casas), les relations entretenues par les dirigeants de la FLAC et de No Corrida avec les députés abolitionnistes, la question majeure de l’accès des mineurs aux tortures tauromachiques que ce soit en tant que spectateurs sur les gradins des arènes ou qu’apprentis tortionnaires dans les écoles taurines françaises dont celle de Béziers, financée grassement par la mairie année après année, et bien d’autres.

DSC09678p

DSC09682p

La chanteuse Stone, très engagée contre la corrida, avait tenu à être parmi nous et a fait une déclaration aussi énergique qu’émouvante sur le sujet. Parmi les personnes du public qui sont intervenues par leurs commentaires détaillés, citons Robert Clavijo, président du COLBAC, fin connaisseur de la tauromachie et du milieu taurin biterrois, et Denis Boulbès, fondateur du CAAC à Carcassonne, qui a relevé que les rares personnalités historiques mises en avant par les aficionados étaient toutes suicidaires ou gravement perturbées mentalement (Hemingway, Leiris, Montherlant, Cocteau, etc.).

DSC09697p

DSC09688p

Audrey Duton, conseillère municipale à Carcassonne venue en tant que simple citoyenne, a fait une intervention remarquée sur le scandale du comportement du président du Comité départemental olympique et sportif de sa ville.

DSC09701p

Des soutiens multiples et prestigieux

Nous avons projeté des soutiens vidéo envoyés par la députée Samantha Cazebonne (LREM, vice-présidente du groupe d’étude Condition animale à l’Assemblée) et l’eurodéputé Pascal Durand (EELV, énergiquement engagé depuis toujours contre toutes les formes de souffrances animales à commencer par la corrida).

DSC09673p

DSC09674p

Une interview vidéo du psychiatre Jean-Paul Richier a permis de mieux comprendre les mécanismes psychologiques de déni et de dissonance cognitive qui caractérisent les taurins, ainsi que le sadisme qui les habitent, au sens psychopathologique du terme. Il a également expliqué pourquoi il était impossible de dialoguer sur le fond entre anti et procorrida.

richier

D’où l’intérêt, dans nos efforts d’information, de nous concentrer avant tout sur le grand public et bien sûr les parlementaires à même de modifier la loi plutôt que de tenter de convaincre quelque aficionado que ce soit de changer d’avis (d’autant plus qu’ils sont devenus ultra-minoritaires en France).

vidéo TH

Enfin, une vidéo extraite d’un documentaire de Thierry Hély, « Juste pour le plaisir », a montré l’attitude effrayante et sans pitié du public des arènes au moment de la mise à mort, riant et applaudissant pendant que l’animal supplicié agonise, tombe et meurt. A ce moment précis, la démonstration précédente du psychiatre prenait tout son sens…

P_20181101_092021

Nous avions également reçu des soutiens écrits de diverses personnalités telles que Valérie Pécresse, Anne Hidalgo, Rama Yade, Yolaine de la Bigne, Corine Pelluchon, Walter Spanghero, Thyphanie Degois et d’autres. Citons également la présence de Frédéric Freund, président de l’OABA et secrétaire de l’Alliance anticorrida.

DSC09703p

Après les différentes interventions, l’artiste Tristan nous a interprété avec talent plusieurs chansons accompagné de sa guitare, dont bien sûr « La corrida » de Francis Cabrel et quelques compositions personnelles.

DSC09707p

La soirée s’est conclue par un buffet généreux – entièrement végétarien et végétalien – particulièrement succulent.

DSC09708p

Une exposition très demandée par plusieurs autres villes

Plusieurs villes nous ont déjà contactés pour nous demander de venir y installer notre exposition. Nous répondrons volontiers à ces demandes sympathiques au fur et à mesure de nos possibilités. N’oublions pas que nous sommes tous des bénévoles, que la logistique induite est significative et le coût conséquent – et nous, nous ne touchons aucune subvention à la différence des organisateurs de corrida, nos seules sources de financement étant nos adhérents associatifs et les dons que nous recevons.

A très bientôt ailleurs en France, dès que nous le pourrons !

Roger Lahana
Secrétaire fédéral de la FLAC, président de No Corrida

DSC09711p