Arles : les candidats procorrida pullulent

‌Les candidats aux législatives de la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône (Arles, Tarascon, Miramas…) manquent de courage quant à une prise de position sur la corrida ! La Provence Arles a interrogé 8 candidats sur les 10 sur le thème de la défense des traditions locales.

S’agissait-il d’avoir leur opinion sur le costume, la langue, la musique, la danse ? Non, uniquement sur la tauromachie et en particulier la corrida. C’est d’ailleurs ce qui leur avait été demandé : “Vous député, est-ce que vous défendrez les traditions locales qui font l’identité du territoire, notamment la course camarguaise et la tauromachie?”

Ah ? La course camarguaise n’est pas de la tauromachie ? Ou bien n’ont-ils pas osé écrire tauromachie ESPAGNOLE ? D’ailleurs, la une du journal représente un taureau de corrida entrant dans l’arène et la double-page des interviews des candidats des 15ème et 16ème circonscriptions est illustrée par une grande photo d’un paseo (entrée dans l’arène des toreros-assassins et de leurs aides).

Etonnant la corrida ESPAGNOLE perçue comme tradition LOCALE par ce journal !

Sur les 8 candidats, un seul (celui du Parti Animaliste) se prononce pour l’abolition.

Très étonnant, le candidat du Rassemblement National est opposé à l’interdiction alors que son parti la propose pour les mineurs.

Plus étonnant encore, le candidat désigné par la Nupes, est non seulement opposé à l’abolition, mais semble très procorrida vu sa page Facebook , alors que EELV et LFI sont pour l’abolition.

Est-ce que ces candidats représentent leur parti ou leur personne ?

D’autres se cachent derrière la course camarguaise pour englober la corrida, afin de refuser l’abolition de “la” tauromachie.

Et enfin, certains bottent en touche…

Peut-être ces candidats ne savent-ils pas que la population des villes et départements taurins est majoritairement favorable à l’abolition ? Ils croient  ainsi gagner des voix ou ne pas en perdre ?; ils se trompent…

Nous, anticorrida, les dénonçons ; et nous savons que nous ne pourrons que compter sur les autres députés de France.

Quant à moi, pour la première fois, mon vote de deuxième tour sera “nul”.

Dominique Arizmendi, administratrice de No Corrida