Une loi d’abolition de la corrida bientôt présentée au Venezuela

Le procureur général de la République, Tarek William Saab, a annoncé qu’une loi sera bientôt présentée au Venezuela pour protéger la vie des taureaux dits de combat et mettre fin à la pratique de la tauromachie dans le pays.

Il a expliqué qu’il avait tenu à exprimer son avis, et, du fait que le Venezuela est “un pays démocratique, il y a un débat et nous avons cette bataille d’idées qui est importante et qui n’a aucune connotation personnelle. Cela a à voir avec la défense de la vie“, a-t-il dit.

Un torture animale héritée du colonialisme espagnol au Venezuela

Selon les déclarations du procureur, cette pratique “fait partie d’un héritage du colonialisme espagnol, qui historiquement – c’est prouvé – ne fait pas partie de la tradition vénézuélienne, cela vient d’une autre culture“, ajoutant que “même dans diverses villes d’Espagne la corrida a été interdite.”

Il reste peu de pays où cette torture animale existe réellement“, a-t-il déclaré. “J’ai l’impression que le spectacle consistant à voir un taureau au milieu d’une arène, seul, se faisant petit à petit taillader, poignarder, puis être brutalement mis à mort, c’est un fait qui n’a rien à voir avec la tradition ou avec la culture vénézuélienne“.

Il espère bientôt mettre un terme à la lutte contre la maltraitance des animaux. “Bientôt, je suis sûr qu’au milieu de cette bataille qui se déroule, qui est une bataille éthique, la corrida sera abolie.”

Informations transmises par Roger Pacheco Eslava, AnimaNaturalis Venezuela, Réseau International Antitauromachie.

Roger Pacheco Eslava est membre du Comité d’honneur de No Corrida depuis sa création.