La Cour constitutionnelle du Pérou interdit les écoles taurines et les toreros mineurs

Selon la cour constitutionnelle de Lima, la préparation des mineurs au métier de torero et leur participation à des corridas les exposent à la violence de la tauromachie et à « une possible exploitation des enfants ». Il s’agit d’une décision en première instance qui peut encore être modifiée.

Après un processus de près de quatre ans, la deuxième Cour constitutionnelle de Lima s’est prononcée en première instance en faveur de l’interdiction au Pérou de la formation des enfants toreros et de leur participation aux corridas. La décision a été prise de protéger les mineurs « contre la violence » et « une éventuelle exploitation des enfants ».

L’histoire de ce processus a commencé en décembre 2017. Les avocats Milagros García Mattos et Sonia Córdova – qui à l’époque présidaient les Commissions pour la protection du droit de la famille et des études sur les droits des animaux du Barreau de Lima – ont déposé une requête demandant la conformité avec la recommandation 42 que le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies a faite à l’État péruvien en janvier 2016.

Cette instance internationale a demandé d’interdire la formation d’enfants et d’adolescents en tant que toreros, leur participation aux spectacles de tauromachie en tant que toreros et leur présence aux spectacles de tauromachie en tant que spectateurs, car la participation de mineurs aux corridas les expose à « un risque élevé d’accidents et [. ..] l’extrême violence de la tauromachie ».

Après avoir analysé l’affaire, dans la résolution judiciaire publiée le 30 juillet 2021, le juge Jonathan Valencia López a déclaré la demande fondée en ce qui concerne la formation de toreros mineurs et leur participation en tant que toreros à des corridas.

Il a également ordonné au ministère du Travail et de la Promotion de l’emploi (MTPE) de surveiller les corridas et, le cas échéant, d’appliquer des sanctions si “une sorte d’exploitation du travail des enfants est en cours“. Le ministère des Femmes et des Populations vulnérables (MIMP) a reçu l’ordre de lancer des projets et des programmes pour « éviter [chez les enfants et les adolescents] l’enseignement d’activités à contenu violent qui nuisent à leur développement mental et physique ».

Le tribunal a exhorté les deux entités à formuler un projet de loi tenant compte des recommandations du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (ONU).

En revanche, le tribunal a déclaré infondée la demande d’interdire aux enfants et aux adolescents d’assister à des corridas en tant que spectateurs, mais a recommandé aux parents de considérer « l’impact que la participation de mineurs à ce genre d’événements peut avoir, bien qu’ils aient été considérés comme culturels [arrêt de la Cour constitutionnelle], car ils peuvent avoir une influence négative sur leur développement ».

Ce jugement de première instance a fait l’objet d’un appel par les procureurs MIMP et MTPE, entités défenderesses. Il faut s’attendre à ce qu’une Chambre constitutionnelle à Lima analyse l’affaire et la résolve.

Quels étaient les motifs de la décision ?

Afin d’établir d’éventuels dommages psychologiques chez les enfants toreros, le juge Valencia López a cité une déclaration conjointe de l’American Academy of Pediatrics, de l’American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, de l’American Psychological Association, de l’American Medical Association, de l’American Academy of Family Physicians. et l’Association américaine de psychiatrie.

En 2012, sur la base de leurs études, ces organisations concluaient, entre autres, que « la violence en tant que divertissement nourrit la perception que le monde est un endroit violent et malveillant », que « les enfants qui observent beaucoup de violence ont tendance à la considérer comme un moyen efficace de résoudre les conflits et penser que les actes violents sont acceptables » et que « la visualisation de la violence peut conduire à une désensibilisation émotionnelle par rapport à la violence dans la vie réelle ».

La décision ajoute que “permettre la participation et l’enseignement des filles, des garçons et des adolescents à des spectacles qui promeuvent et encouragent un certain type de violence est contraire à l’éducation pour la paix et les droits de l’homme comme le requiert l’Unesco“.

Quels moyens de preuve ont été analysés ?

L’un des éléments analysés par le juge Valencia López était la vidéo d’un jeune torero connu sous le nom de « Goyito Morales », lors de sa participation à une corrida à Chalhuanca, Apurímac. Le mineur faisait face à un animal pesant 240 kilos.

À la minute 3:40 de ladite vidéo, on peut voir que le mineur nommé Brayan Morales fait face au taureau sans aucune protection et place une banderille sur le dos de l’animal, pour lequel ledit animal essaie de le percuter, le mineur devant se réfugier derrière un mur de bois sur le côté de l’arène.

Le tribunal ajoute ce qui suit à propos de cette vidéo : « A la minute 4:47, ledit mineur tombe devant le taureau qui a failli l’attaquer, actes qui sont applaudis par le public, sans considération pour le bien-être dudit mineur, un aspect qui pour ce tribunal dénote une forme d’insensibilité à la vie et à la maltraitance animale, voyant même à 11:34 une épée enfoncée dans le dos de l’animal  ».

Pour cette juridiction, si la tauromachie a été considérée par la Cour constitutionnelle comme relevant de spectacles culturels, cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas être réalisée sous certaines conditions, “a fortiori lorsque l’intérêt supérieur de l’enfant est en jeu. »

Concernant l’exploitation présumée d’enfants taurins, le tribunal a souligné que dans les spectacles qui encouragent la participation des enfants toreros et reçoivent des revenus économiques pour cette raison, il n’a pas été possible de déterminer si ces mineurs ont une assurance qui peut les couvrir contre toute blessure ou s’ils utilisent des équipements de sécurité adaptés à leur âge. Il faut déterminer, précise le tribunal, si le droit du travail permet à un enfant de développer un tel travail. Selon le jugement, dans la réponse du MIMP à la réclamation, il était indiqué que c’est le MTPE qui doit effectuer son travail de surveillance dans ce dossier.

Quelle est la réponse des représentants de la tauromachie ?

Fernando Rubio, de l’école de tauromachie de Lima, s’est dit opposé à cette décision parce que chaque enfant arrive à l’école avec l’autorisation de ses parents et parce qu’il existe des études montrant que « les enfants qui pratiquent ce passe-temps ne sont dérangés par aucune forme de violence ».

Il a expliqué que dans le cas des enfants qui commencent à apprendre les techniques de tauromachie, ils ne font pas face à un taureau. Ce n’est qu’à l’âge de huit ans qu’ils peuvent combattre un veau. “Cela dépendra de nombreux facteurs“, a-t-il expliqué, précisant qu’il y a peu d’enfants ou de mineurs qui affrontent un taureau.

Le média El Comercio a également contacté Jorge Luis Pérez, président de l’Association culturelle taurine. Dans sa réponse envoyée par courrier électronique, il a estimé qu’« interdire aux enfants et aux adolescents de fréquenter les écoles de tauromachie dans tout le Pérou est une aberration », car la tauromachie est une manifestation culturelle qui se transmet de génération en génération. Cette interdiction « les empêcherait de profiter de la transmission d’une manifestation culturelle de leurs parents dès l’enfance » […]

Les organisations anticorrida demandent plus d’interdictions

Rita Oyague, de l’Association Peru Antitaurino, a indiqué que cette décision était attendu puisque l’UNICEF en avait fait la recommandation depuis 2016. À son avis, le pouvoir judiciaire devrait également interdire l’entrée de mineurs en tant que spectateurs des corridas.

« Un enfant ne peut pas aller au cinéma pour voir un film sur la guerre ou la violence, et les programmes télévisés à contenu violent ne peuvent pas être diffusés pendant les heures de protection de l’enfance. Cependant, les corridas ne sont pas réglementées. Si la violence fictive a une réglementation, pourquoi pas une émission dans laquelle il y a de la violence explicite avec la mort d’un animal ou même celle d’une personne », a-t-elle commenté.

Sonia Córdova, l’une des avocates des plaignants, a expliqué qu’avec cette décision, le MIMP doit proposer l’approbation d’une règle qui réglemente la participation des mineurs à la tauromachie comme cela a été fait en Équateur, au Mexique et en Colombie. “C’est un point important car le bien-être des mineurs et leur développement affectif sont protégés“, a-t-elle conclu.

Source : El Comercio.pe (en espagnol)
Adaptation en français : RL