S’exprimer sur la voie publique, c’est un “déni de démocratie” ? Arles, le 7/8/21

En ce 7 août 2021, malgré le temps menaçant, No Corrida a tenu un nouvel happening pour l’abolition de la corrida. Notre objectif, en cette période de vacances, était d’informer les touristes, dans leur grande majorité français, de l’existence de cette barbarie dans notre beau Sud.

Au marché nous avons expliqué ce qu’est la tauromachie espagnole et nous avons répondu à toutes les questions que se posent nos concitoyens.

Elles ont été multiples : les écoles de tauromachie ; les subventions ; les sponsors ; le racolage des enfants et jeunes par l’aficion dans les écoles, centres aérés et quartiers ; depuis combien de temps y a-t-il des corridas à Arles et plus généralement en France ; combien de villes et départements taurins ; combien d’aficionados en France ; combien de Français favorables à l’abolition ; pourquoi ne pouvons-nous pas l’abolir malgré l’évolution des mentalités vis à vis de l’animal ; pourquoi la SPA n’a-t-elle pu gagner dans ses procès ; que peut-on faire auprès des politiques ; quelles différences entre la corrida et les courses camarguaises… Certaines questions sont restées sans réponse de notre part : comment peut-on aimer ça ; comment des jeunes peuvent-ils y aller ; comment peut-on parler d’art…

Nous avons recueilli de très nombreuses signatures à nos pétitions pour l’abolition et contre la présence des mineurs dans les corridas.

Nous avons eu également quelques remarques habituelles : et les abattoirs ? et le halal ? et les enfants qui meurent de faim ? Mais le plus amusant de la journée a été un monsieur très énervé par nos visuels qui nous a asséné que notre action était un “déni de démocratie”. Nous avons éclaté de rire. S’exprimer sur la voie publique, c’est un “déni de démocratie” ? Ce n’est pas plutôt vouloir nous en empêcher ? Est-ce que ce monsieur a lu une fois dans sa vie la Constitution ? Il était tellement ridicule… Il est parti en nous traitant de fachistes. Ben voyons, défendre les animaux c’est être fachiste.

Merci aux militants présents Dagmar, Estelle, Nathalie, Valérie, Dominique, Joël, Philippe, Jean-Claude, Roger, Fibus et Chance.

Prochain happening lors de notre grand rassemblement du 11 septembre, cette fois devant la gendarmerie, en raison de la corrida de ce jour-là.

Dominique Arizmendi

Photos : Roger Lahana.

Encore plus de photos, par Valérie Bijon, en cliquant ici.