Venezuela : rejet massif des corridas, héritage colonial de l’Inquisition

Un petit groupe d’hommes d’affaires, notamment issus du secteur de l’élevage, entend raviver la période dorée des corridas au Venezuela, ce qui remonte aux années 80-90 du siècle dernier. Ils veulent remplir des arènes de douleur et de souffrance, sous prétexte que cela fait partie de leur “tradition” et de leur “culture”. Face à eux, des millions de personnes défendent la vie, la dignité et n’acceptent pas que la mort soit un spectacle. Tel était le préambule de l’émission de radio Nevado du 28 mai 2021, animée par Maigualida Vargas, présidente de Misión Nevado.

L’un de ces nombreux défenseurs de la vie est l’activiste Roger Pacheco, représentant pour le Venezuela de l’organisation internationale AnimaNaturalis, qui a détaillé au cours de l’émission, les avancées qui ont été réalisées pour abolir les spectacles avec animaux au Venezuela.

Il a déclaré : «Malgré le fait que 94 % des pays qui composent l’ONU rejettent des activités telles que la tauromachie, le Venezuela fait toujours partie des 6 % qui la pratiquent, un fait inconcevable au XXIe siècle. La cruauté en tant que spectacle remonte au temps de l’Inquisition. Le courant actuel rejette totalement ces pratiques, les jugeant barbares ».

Allant dans le même sens, Maigualida Vargas a souligné l’importance de dissocier les spectacles animaliers des traditions culturelles, car la corrida est une tradition qui a été imposée dans ce pays à l’époque coloniale, par les envahisseurs européens. “En plus de profiter de la souffrance d’un être vivant, applaudir ces pratiques est synonyme de continuer à soutenir des traditions imposées“, a-t-elle expliqué.

A un pas de l’extinction

Roger Pacheco pense que ces pratiques sont sur le point de disparaître complètement au Venezuela, compte tenu du fait que dans les années quatre-vingt environ un millier de bovins étaient tués chaque année dans les fêtes taurines et que jusqu’en 2019, il n’y avait que quatorze événements taurins, avec un nombre d’aficionados qui n’a pas atteint 5 000 spectateurs, tout au long de l’année. « Cela nous fait conclure qu’ils vivent les derniers jours avant l’abolition. Ils brûlent leurs dernières cartouches », a-t-il déclaré.

Les bons sont majoritaires“, a conclu Maigualida Vargas, qui s’est également jointe à la répudiation de ces activités et, avec Roger Pacheco, a appelé le public à rejeter ces actes et les secteurs qui les promeuvent, afin que la vie prévale, au-dessus de la barbarie et des intérêts économiques de quelques-uns. “Ce que nous pouvons faire en tant que communauté, en tant que pouvoir populaire, c’est aller immédiatement vers les entités les plus immédiates que sont les Conseils municipaux et nous déclarer et dire que nous sommes contre tout événement qui maltraite les animaux.” a-t-il souligné.

Ils ont invité les citoyens à participer au débat du Congrès du bicentenaire des peuples sur la question animale, pour approfondir les nouvelles propositions qui seront le support d’une loi qui priorise et défend toutes les formes de vie sur notre planète.

Source : Ultimas noticias (Venezuela, en espagnol)
Adaptation en français : RL

Roger Pacheco est membre du Comité d’honneur de No Corrida depuis sa création.