60 eurodéputés demandent à l’UNESCO de ne pas accepter la tauromachie au PCI

A l’initiative de Francisco Guerreiro, eurodéputé, 60 eurodéputés ont écrit à Audrey Azoulay, directrice de l’UNESCO pour lui dire qu’il n’est pas possible d’accepter que la cruauté envers des animaux puisse devenir un héritage culturel. L’acceptation d’une telle demande serait inconcevable. “Cela signifierait que la violence et la cruauté sont acceptables si elles sont identifiées comme une culture par un groupe de personnes” est-il écrit dans cette lettre.

Il s’agit d’une réaction supplémentaire à la tentative de lobbyistes procorrida espagnols visant à faire inscrire la tauromachie au patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’Espagne. Ainsi que nous l’avons relaté récemment, cette tentative a échoué du fait que le gouvernement espagnol lui-même, au premier rang duquel le ministre de la Culture, a fait savoir à l’UNESCO qu’il s’oppose à cette inscription. Et c’est à la suite de la campagne de protestation sur Twitter à ce sujet que Francisco Guerreiro a eu l’idée de la lettre envoyée à Audrey Azoulay.

L’Association internationale de la tauromachie a déposé une demande le 7 juin pour désigner la tauromachie comme “un patrimoine culturel nécessitant une protection urgente“. L’UNESCO doit formellement débattre de cette demande en octobre.  «Les seuls qui ont un besoin urgent de protection sont les taureaux qui sont abattus au cours de cette activité barbare», ajoute Anja Hazekamp, co-signataire de la lettre.

La corrida est contraire aux valeurs de l’UNESCO. “La mission de l’UNESCO est d’instaurer la paix par la coopération internationale, l’éducation et la culture. Basée sur la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité. Cette solidarité doit s’appliquer à chaque être vivant”, écrivent les eurodéputés qui ont co-signé la lettre envoyée à Audrey Azoulay.

La photo ci-dessus a été prise lors d’une manifestation de CAS International devant le Parlement hollandais. Anja y tient l’image d’un demi-visage de taureau qui a été peint pour cette occasion.

En tant que membre du Parlement européen, Anja Hazekamp lutte depuis longtemps contre la corrida. En 2015, 2016 et 2018, elle a participé à des manifestations de masse contre la tauromachie à Madrid, aux côtés de dizaines de milliers d’autres manifestants. Le Parlement européen doit prochainement voter une nouvelle proposition de Anja Hazekamp visant à mettre fin aux subventions de l’UE pour l’élevage de taureaux de combat.