José Guirao : “Nous devons considérer les animaux égaux, mais égaux en tout”

Après la démission de Màxim Huerta en raison de soupçons de fraude, José Guirao a été nommé nouveau ministre de la Culture et des Sports du gouvernement d’Espagne, en charge, entre autres, de la tauromachie. Ses réflexions et son rejet manifeste de la maltraitance animale font de lui un allié pour la cause des droits des animaux. Mais soyez prudent avec les attentes.

Un article de Aïda Gascón, directrice d’AnimaNaturalis Espagne.

guirao

Celui qui a fini par être le ministre le plus éphémère de notre démocratie a ouvert des voies. A l’annonce de la nomination de Màxim Huerta au poste prestigieux de ministre de la Culture, les alarmes se sont déclenchées immédiatement dans le secteur de la tauromachie et, de notre côté, des espoirs de lutte pour l’abolition de la corrida en Espagne.

Cependant, Huerta a annoncé mercredi sa démission en tant que ministre juste une semaine après son entrée en fonction, en raison de soupçons de fraude pour un montant de 218.332 euros entre 2006 et 2008. Les réactions à l’idée de trouver un nouveau ministre ont été rapides et très précises, peut-être beaucoup plus rapides et plus précises que ce qui est devenu habituel chez les autres gouvernements.

José Guirao, un homme de culture et un animaliste

José Guirao a toujours été étroitement lié au monde de la culture, gérant des postes élevés dans les conseils provinciaux et des institutions remarquables du monde de la culture et des beaux-arts. Il a la réputation d’être un bon gestionnaire, ordonné et efficace. AnimaNaturalis a eu l’occasion de découvrir son côté le plus sensible, à la fois rationnel, visionnaire et en même temps réaliste.

C’était le 26 janvier 2016 à Madrid. José Guirao, parmi les représentants du monde de la culture et de la défense animale, a exprimé clairement sa position : “Nous avons besoin d’un changement anthropologique radical en tant qu’espèce, en relation avec la façon dont nous traitons les animaux et la planète que nous habitons“. Il a prononcé ces mots lors d’une conférence de presse à Capital Animal, une plateforme plurielle d’art, de culture et de pensée pour proposer, gérer et recevoir des projets centrés sur la sensibilisation aux droits des animaux.

Les trois promoteurs de l’événement ont participé à la présentation de Guirao : Rafael Doctor, Ruth Toledano et Concha López (éditeurs de El caballo de Nietzsche, dans le média en ligne ElDiario.es). Etaient également présents les illustrateurs Forges et Paco Catalán, Niño de Elche, et le directeur de La Casa Encendida, Lucia Casani.

“L’espèce humaine, dans son arrogance, a oublié tout ce qui la rend humaine”

Guirao a commencé son discours par une brillante réflexion: “L’espèce humaine, dans son arrogance, a oublié tout ce qui la rend humaine“. Il a continué en rappelant que, même si la majorité de la société n’en a pas conscience, nous utilisons les animaux pour les manger, travailler, s’amuser, les “tuer inutilement”…

José Guirao croit fermement que nous sommes confrontés à la nécessité d’un changement anthropologique. Mais il est aussi réaliste. Il reconnaît que le changement ne sera pas facile : «Je comprends parfaitement que lorsque l’espèce humaine essayait de survivre, de s’installer sur un territoire, elle rivalisait avec d’autres espèces comme cela se fait dans le règne animal. Mais si nous avons vraiment atteint un tel niveau de technologie, comment est-il possible que nous ayons encore des instincts si primitifs, si éloignés de la réalité du bien-être et des possibilités qu’a notre espèce de continuer à jouer un jeu si primitif ?

Contre la chasse

Guirao, directement affecté comme tant de gens par la communauté des chasseurs, qui jouissent de la liberté totale et de l’impunité pour entrer dans les terres privées avec leurs fusils et chiens de chasse, mettant en danger la vie des animaux ou même de votre famille, explique une expérience personnelle et une réflexion: “L’autre jour, dans un bar, j’ai rencontré des chasseurs que je connais, ils sont venus si fiers d’avoir tué je ne sais pas combien de chèvres à Gredos. Et l’explication est qu’il y avait une surpopulation de chèvres et qu’il fallait les tuer. Je leur ai dit qu’il y avait aussi la surpopulation humaine, et que, si nous suivions ce raisonnement, nous penserions qu’il est monstrueux, parce que nous devrions éliminer une partie de la population pour la rendre viable. Le mépris des animaux est tellement ancré en eux qu’ils y voient un aspect utilitaire, soit pour manger, soit pour travailler ou pour s’amuser, comme c’est le cas de la chasse. Eh bien je pense que le défi est immense, compliqué, difficile, mais c’est le défi : changer cette arrogance de l’espèce, qui se sent impunie avant tout, qui se sent impunie de maltraiter et d’utiliser tout ce qu’elle trouve dans la nature, les animaux, les plantes, les arbres, l’eau… Cela nous mène à la destruction.

Guirao non seulement attaque la chasse, questionne nos habitudes alimentaires ou critique l’utilisation des animaux comme une forme de divertissement, mais va plus loin, en totale harmonie avec l’esprit du projet Animal Capital et le mouvement pour les droits des animaux : “considérer les animaux égaux, mais égaux en tout – égaux en intelligence, en sensibilité, en droit à la vie“.

L’espèce humaine, prête à tout détruire sans savoir pourquoi

Dans la relation de l’être humain avec la planète, Guirao démontre une fois de plus avoir conscience de l’environnement, de l’empathie et de la sensibilité pour le monde qui nous entoure. Et il le fait à plusieurs reprises, de consternation et de tristesse, accusant la race humaine de fierté : « Nous avons besoin d’un changement anthropologique radicale, nous avons besoin d’une expérience humiliante pour cette espèce qui est prête à mettre fin à tout sans savoir pourquoi».

José Guirao a terminé son intervention par une conclusion énergique qui résume en quelques mots l’essence de ses déclaration, en clarifiant ses idéaux et en avertissant en même temps ceux qui ont des attentes trop élevées : “Nous devons faire face au changement, c’est un changement très compliqué, cela va à l’encontre de milliers et de milliers d’années de pensée et de pratique dans lesquelles l’espèce a essayé de survivre et cela ne doit pas être oublié“.

Un espoir encore fragile

Pour ceux d’entre nous qui rêvent de l’urgence de réaliser un monde sans violence ni mépris pour la vie animale, nous avons de la chance avec ce ministre qui est chargé de mettre de l’ordre dans tout ce qui touche à la culture et au sport en Espagne. Mais tout ne dépendra pas de cela, et nous ne pouvons pas nous attendre à de grands changements dans le court terme.

Le PSOE ne dispose que de 84 députés et le Partido Popular (PP) qui vient de perdre le gouvernement prépare une contre-offensive dure. La répartition des groupes politiques au parlement est complexe et variée. Nous espérons que la tauromachie va bientôt recevoir une poussée finale mais il est possible que la majorité reste conservatrice. En outre, nous ne savons pas combien de temps tiendra ce gouvernement : le PP vient de demander la démission de Pedro Sánchez et a ouvert la porte à une motion de censure.

José Guirao ne risque pas d’être harcelé sur Twitter par les aficionados, il n’y est pas présent. De notre point de vue, nous apprécions tout l’empathie qu’il a montrée et nous lui souhaitons tout le courage nécessaire pour faire face aux changements qui devraient être encouragés pour placer la culture là où elle devrait être, et ce n’est pas sur du sable ensanglanté.

Aïda Gascón, directrice d’AnimaNaturalis Espagne