La corrida vue par le Guide du Routard

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

Un extrait du Guide du Routard consacré à l’Andalousie en 2017 a été repéré par l’une de nos militantes. Il mérite d’être non seulement cité, mais chaleureusement applaudi :

La corrida 

Rite barbare ou art sublime ? Lors de toute tentative de réponse à cette question, il faut se souvenir que le taureau est un mammifère, donc un animal équipé d’un système nerveux développé du même type que celui de l’homme.

Comment croire un instant qu’un animal capable de déceler une mouche sur sa croupe et de la chasser d’un coup de queue ne ressente rien lorsqu’on lui enfonce 5 cm de métal dans l’échine, qui plus est à plusieurs reprises ?

La souffrance d’un animal peut-elle être érigée en spectacle ?

A cette problématique philosophique s’ajoutent des pratiques contestables (et illégales pour la plupart) utilisées lors de la préparation des animaux avant même les corridas. Taureaux mutilés par la pratique de l’afeitado : on repousse la partie innervée ( et donc vivante) des cornes vers la racine , à vif, afin de rendre les cornes moins dangereuses pour les toreros, et on maquille cette mutilation en reconstituant la pointe avec de la résine ; outre l’aspect douloureux de l’opération, l’afeitado prive l’animal d’une partie de ses repères spatio-temporels. Taureaux drogués aux tranquillisants, ou malades , et qui s’effondrent dès leur entrée dans l’arène.

On est bien loin du fantasme du « contrat à armes égales » dont se réclament les procorridas…

Enfin la vérité décrite au grand jour dans l’un des guides de voyages les plus répandus dans notre pays. Un très grand merci à la personne qui a rédigé ce passage et au comité éditorial du Guide du Routard pour l’avoir validé !

Guide-du-Routard-Andalousie (1)

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit