Renvoyons la tauromachie à la préhistoire

AnimaNaturalis et PETA ont organisé ensemble pour la 18e année consécutive une manifestation à fort impact contre la tauromachie à Pampelune. Un jour avant le chupinazo, la manifestation a réuni près d’une centaine de militants qui ont parcouru une partie du parcours traditionnel de la course des taureaux, de la Plaza Consistorial à la Plaza de Toros. 42 personnes déguisées en dinosaures, représentant les taureaux qui seront utilisés dans la course des taureaux, ont été poursuivies par une foule de Sanfermineros.

=========================================================================

Ce mode opératoire nous a rappelé la superbe vidéo réalisée en 2017 par l’agence BETC pour la FLAC, mettant en scène un raptor à la place du taureau face à un matador, vidéo qui avait totalisé des dizaines de millions de vues dans le monde.

=========================================================================

L’action contre la tauromachie fait partie de la campagne « Sanfermin Sin Sangre » d’AnimaNaturalis, qui a déjà dépassé les 260 000 signatures contre la tauromachie via son site Internet

Le débat sur l’avenir de la tauromachie en Espagne n’a jamais été aussi vif et les autorités ont le devoir de se positionner sur le sujet sans demi-mesure“, a déclaré Jana Uritz, représentante d’AnimaNaturalis en Navarre. “Nous exigeons le courage nécessaire pour dire s’ils sont favorables à la torture des animaux ou, au contraire, prêts à interdire une telle barbarie“, ajoute-t-il.

Bien que de grands efforts soient déployés pour revenir à la torture des taureaux à Pampelune, dans d’autres villes de Navarre comme Tafalla, il n’y aura probablement pas de saison taurine“, a expliqué Uritz. “Le désintérêt pour ce spectacle sanglant est palpable dans la société, et les gens dégoûtés par les traditions cruelles avec les animaux ne font qu’augmenter“, a-t-elle ajouté.

Selon les données officielles du ministère de la Culture et du secteur de la tauromachie analysées par l’association vétérinaire AVATMA, en 2018 – la dernière année normale avant la pandémie – il y a eu une baisse de 58,4% de la tauromachie par rapport à 2007 et de 2,1% par rapport à 2017 et aussi le nombre de courses de taureaux et autres fêtes populaires a diminué par rapport aux années précédentes.

Selon le même ministère de la Culture, seulement 9,5 % de la population a assisté à un spectacle taurin au cours de la période 2014-2015 (la dernière année où cette question a été posée dans l’étude annuelle de la consommation culturelle en Espagne) et 2 sur 10 des ces téléspectateurs l’ont fait avec un billet gratuit. Les données publiées montrent également que 90,5% des Espagnols n’ont assisté à aucune festivité taurine. Parmi les raisons invoquées pour ne pas le faire, 40% déclarent ne pas s’intéresser à la question et 20% ne pas la comprendre directement.

Selon la même étude, 80,96% des toreros, 82,8% des rejoneadores et 95,3% des novilleros inscrits comme tels n’ont participé à aucune célébration dans les arènes. Il montre également qu’une grande majorité des arènes n’ont pas programmé de corridas et qu’entre 66% et 77% des élevages taurins n’ont pas vendu un seul animal pour une corrida dans les arènes au cours de l’année 2018.

La même étude indique que 80% des spectacles taurins en Espagne sont concentrés dans les provinces de Madrid, Tolède, Salamanque, Ávila et Cuenca, et qu’il existe dix autres provinces où aucun n’a eu lieu.

Actuellement, deux communautés autonomes considèrent déjà la tauromachie comme étant abolie : la Catalogne et les îles Canaries. Et dans deux autres, la tauromachie est reléguée à un spectacle minoritaire et décadent : les îles Baléares et les Asturies.

Malgré cela, on estime que plus de 9 000 taureaux mourront et plus de 50 000 seront loués pour être exploités dans des fêtes populaires, dont le sort sera aussi la mort, cette année ou la suivante.

Source principale : AnimaNaturalis