Cozumel (Mexique) veut éliminer les corridas et autres divertissements cruels avec animaux

Le règlement en vigueur à Cozumel concernant les spectacles et divertissements n’a pas été actualisé depuis 1998. La conseillère municipale Ana Martin demande à le modifier, notamment les articles 3 et 6 qui désignent comme spectacles culturels et divertissements, la tauromachie, les combat de coqs et autres divertissements basés sur la souffrance animale.

Cozumel (« terre des hirondelles » en maya yucatèque) est une île de la mer des Caraïbes située au large de la côte orientale de la péninsule du Yucatán. Elle constitue l’une des neuf municipalités de l’État de Quintana Roo, au Mexique. Cozumel attire de nombreux touristes, notamment pour la plongée sous-marine.

Ana Martin souligne que l’île de Cozumel doit se mettre en conformité avec la Constitution politique de l’État de Quintana Roo, et a rappelé qu’il y a des années, le gouvernement avait entamé des discussions et approuvé l’élimination des corridas et que les cirques avec des animaux sont également interdits dans tout l’État.

Cozumel ne peut pas être la seule commune encore en retard et je ne le dis pas en fonction de mon ressenti ou de ce que peuvent dire les animalistes de l’île, uniquement avec des chiffres et des informations, puisque Mexico occupe la première place de maltraitance animale dans toute l’Amérique latine, main dans la main avec l’État du Yucatan, qui occupe la première place du pays. Des études montrent que les tueurs en série ont un passé de tortures animales, ce qui veut dire que les personnes qui assistent à de tels spectacles entretiennent une forme de régression pour les générations futures.”

La Commission des Spectacles et Divertissements se réunira avec des groupes de personnes intéressées par ces initiatives, afin d’aller vers des propositions qui seront présentées au conseil municipal en janvier ou février, “mais si la majorité des conseillers demandent que rien ne soit modifié, alors rien ne sera modifié” a conclu Ana Martin.

Source principale : Poresto.net (en espagnol).