Point détaillé sur le recul des corridas au Venezuela

La joie a envahi les protecteurs des animaux du Venezuela lorsqu’il a été annoncé que le ministère public avait émis une mesure de suspension du premier festival de tauromachie, qui devrait avoir lieu le 11 décembre à Maracay, dans l’État d’Aragua.

L’information a été publiée sur son compte Twitter du procureur général de la République, Tarek William Saab, qui a qualifié l’événement de massacre public de six taureaux. De plus, il a indiqué que la publicité sur l’événement avait été condamnée à être retirée.

L’affiche annonçait la participation des toreros Erick Cortés, Manuel Escribano et David Galán, avec six taureaux dans une arène démontable qui devait être installée dans le centre commercial Los Aviadores, situé à Palo Negro. Les billets pour l’événement étaient vendus 44 dollars vénézuéliens pour les places ombragées et 22 $ pour les places au soleil. Ils étaient proposés via le portail web megaboletos.com, sur lequel la corrida a été supprimée.

Excellente mesure“, “félicitations“, “non à la maltraitance animale“, tels étaient quelques-uns des messages postés aussitôt par les défenseurs des animaux sur le réseau social en réponse au message initial. “Le procureur ne permet pas à ces spectacles sanglants d’avoir lieu, ni les corridas, ni les coleos, ni les combats de chevaux ou de coqs“, a déclaré Aniuska Mujica. De même, Amparo Ramírez a écrit sur Twitter : « Suspension et interdiction de cette barbarie de torture de taureau. Les droits des animaux doivent être respectés ».

Législation

Au Venezuela, ainsi que dans sept autres pays (Espagne, Colombie, France, Portugal, Mexique, Pérou et Equateur), les corridas sont légalement autorisées.

Dans le cas vénézuélien, conformément à la loi pour la protection de la faune domestique libre et captive publiée au Journal officiel n° 39.338 du 4 janvier 2010, la réglementation des spectacles publics avec des animaux est laissée à l’autorité des maires.

L’article 14 de la loi stipule que « toute activité impliquant l’utilisation de la faune domestique à des fins d’exposition, de récréation, d’agrément, de compétition, de divertissement, de fête et de réconfort, où un public intervient quel que soit son nombre, sera considérée comme un spectacle public et par conséquent sa réglementation relève de la compétence du pouvoir public municipal, sans préjudice des réglementations établies dans la présente loi. Le pouvoir public municipal, à la demande des organisations sociales, déterminera les activités qui nécessitent une consultation publique pour leur réalisation, conformément aux ordonnances respectives ».

Parallèlement, l’article 17 indique que “l’autorité municipale sera chargée de surveiller les conditions auxquelles sont exposés les animaux domestiques qui habitent les zoos, les cirques et les foires, pouvant adopter les mesures de précaution nécessaires pour sauvegarder leur bien-être“.

Juridictions anti-tauromachie

Compte tenu de ce que dit la loi, certaines municipalités du pays ont promulgué des décrets qui interdisent la tauromachie.

Le 3 octobre 2008, le conseil municipal de Carrizal, dans l’État de Miranda, a déclaré la tauromachie et d’autres actes similaires illégaux avec l’approbation de l’ordonnance municipale pour la protection des animaux, ce qui inclut les corridas, les combats de coqs ou tout type de spectacle avec des animaux, ainsi que des publicités qui invitent à ces événements dans les communes voisines.

Le 21 avril 2009, dans la municipalité Libertador, la déclaration de la ville de Caracas en tant que municipalité anticorrida a été approuvée. De même, dans la capitale, le Nouveau Cirque est devenu un espace de culture et a relégué dans le passé les spectacles de cruauté envers les animaux.

Le conseil municipal de Valera, à Trujillo, a également arrêté les “fiestas bravas” avec l’interdiction des corridas, des combats de coqs et des chiens, conformément à l’article 8 de l’ordonnance sur la propriété et la protection des animaux, publiée dans la Gazette Municipale Extraordinaire n° 38, daté du 8 août 2011.

Dans la commune de San Felipe, dans l’État de Yaracuy, les corridas ont fait l’objet d’un veto par le décret n°005-2015, publié au Journal municipal extraordinaire n° 007 du 20 mars 2015, deux mois avant la tenue de la traditionnelle foire de San Felipe avec des manifestations taurines.

À Maracaibo, dans l’État de Zulia, le 21 décembre 2017, le maire Willy Casanova a promulgué le décret 001 portant interdiction des activités de tauromachie dans la municipalité. De même, le 6 octobre, le Conseil municipal a décrété la nouvelle Ordonnance pour la protection de la faune domestique, libre et captive.

Dans d’autres villes du pays, l’accès des mineurs a été réglementé, voire interdit. En 2007, à Mérida, un tribunal pour mineurs a pris des mesures interdisant aux mineurs d’accéder à ces spectacles violents. Pendant ce temps, à San Cristóbal, dans l’État de Táchira, en 2012, l’entrée des mineurs aux corridas de la Foire de Saint-Sébastien a été restreinte.

Loi en cours

Au Venezuela, une loi sur la protection des animaux est en préparation avec une vision dans laquelle le bien-être de ces êtres vivants est prioritaire. Lors de récents entretiens avec Últimas Noticias, la présidente de la mission Nevado, Maigualida Vargas, a indiqué qu’il y avait des réunions continues avec les législateurs de l’Assemblée nationale. “Nous tenons des réunions au cours desquelles sont débattues toutes les questions qui nous conduiront à la promulgation de cette loi de protection des animaux”, a-t-elle déclaré.

Parmi ces avancées, elle a souligné que le décret de la nouvelle ordonnance sur la protection des animaux de la municipalité Libertador de Caracas devrait bientôt être un fait. “L’une des décisions les plus marquantes a été la nécessité de reconnaître nos animaux en tant qu’êtres sensibles et sujets dotés de droits spéciaux“, a déclaré Vargas.

Source : Ultimas horas (en espagnol)
Adaptation en français : RL