Tractage et mini-happening, Arles, 6 février 2021

Avec l’action de sensibilisation de ce jour, nous sommes entrés dans la 8ème année de stands anticorrida au marché d’Arles. Déjà 7 ans que nous militons en faveur de l’abolition.

Pas de touristes, peu de clients au marché aujourd’hui : crise sanitaire ? météo menaçante ? En raison de la Covid, nous avons transformé notre stand habituel en happening. Pourtant, de fidèles Arlésiens s’approchaient pour demander à signer les pétitions.

Notre banderole et nos visuels n’ont pas laissé les passants indifférents. Certains détournaient le regard, d’autres semblaient mécontents. Nous avons entendu le leitmotiv habituel “si vous n’aimez pas la corrida, ne venez pas ici et vous devriez faire attention à vous” – sic ! – … Ah ?

Plus surprenant, pour la première fois une critique virulente comme quoi ce que nous faisons est «honteux» et que nous n’avons rien à faire là. Nous avons cru qu’il s’agissait des pauvres taureaux agonisants. Non, “celui-là va bientôt finir en saucisson”. En fait, c’est bien notre action qui est honteuse selon eux.

D’autres heureusement étaient très satisfaits et pour l’abolition. Une fois de plus, nous avons perçu le désaccord d’Arlésiens avec la corrida, le refus de la tauromachie espagnole qui, à leurs yeux, n’est en aucun cas une tradition et une culture arlésienne ou camarguaise.

Grâce à ces habitants, nous apprenons toujours des détails et précisions sur tout ce qui tourne autour de la corrida. C’est à croire que certains sont heureux de pouvoir enfin parler.

Remerciements aux 7 militants présents d’Arles (3), de Maussane (1) de Tarascon (1) et d’Avignon (2). Et non, malgré les dires de certains, nous ne sommes ni de Paris, ni de Belgique ou de Suisse, même si cela ne serait en rien un problème puisque, partout, la majorité des gens veut la fin des corridas.

Un album des photos réalisées par Julie peut être vu en cliquant ici.

Merci Viviane, Julie, Dagmar, Joël, Sarah, Pierrot, Dominique

Dominique Arizmendi