Le gouvernement espagnol crée la première Direction de la Protection Animale

Le nouveau gouvernement espagnol vient de créer la première Direction générale de la Protection Animale et en confie la responsabilité à notre ami Sergio Garcia Torres, membre d’honneur de No Corrida de la première heure.

Sergio, militant de longue date de Podemos, dépendra directement du vice-président Pablo Iglesias. Son premier objectif sera d’essayer de rassembler les compétences liées au sort des animaux, qui sont actuellement réparties entre quatre ministères. L’un des objectifs de la nouvelle direction générale sera d’incorporer dans l’organe juridique national les directives européennes sur la maltraitance et de mettre en oeuvre une loi sur le bien-être animal. Sergio a été nommé le 17 janvier directeur général de la protection des animaux. Cette nomination démontre l’importance que la coalition au pouvoir accorde aux questions animales.

L’objectif principal de la Direction générale sera de faire avancer les directives européennes sur le bien-être animal, expliquent les sources, comme une loi spécifique sur l’amputation de la queue et des oreilles des chiens. Le pacte gouvernemental entre le PSOE et Podemos prévoit, au point 3.16, que le nouveau gouvernement promouvra une loi sur le bien-être animal “qui garantit une relation respectueuse envers tous les êtres vivants“.

Avant tout cela – même si cela ne dépend pas des directives européennes – des négociations sont en cours pour mieux définir les pouvoirs de la Direction générale. Actuellement, en l’absence d’une agence centralisant ces politiques, quatre ministères sont impliqués et de plus, une bonne partie des compétences est transférée aux Communautés autonomes. L’objectif de la Direction générale de la protection des animaux sera de rassembler autant de pouvoirs que possible, tout en sachant qu’ils auront leurs limites. “Nous travaillerons avec les autres ministères de manière très fidèle et rapprochée pour éviter les problèmes” de coordination, expliquent les sources de la deuxième vice-présidence.

Un autre objectif de la Direction générale sera l’identification des animaux de compagnie “comme première étape vers l’abandon zéro. Nous devons unifier certaines choses en coordination avec les communautés autonomes. Par exemple, créer un registre d’État unifié, car à l’heure actuelle chaque région autonome a son  propre registre et si vous êtes de Madrid et que vous perdez votre chien à Tolède, il n’y a aucun moyen de le localiser“.

L’accord de programme signé par le PSOE et Podemos comprend également l’intention de modifier la fiscalité de certains produits d’origine animale. Le texte ne le précise pas, mais Unidos Podemos a précisé dans son programme (point 42) que l’objectif est de réduire la TVA des services vétérinaires de 21% à 10% et a ajouté une réduction des produits d’alimentation animale des 10% actuels à 4%.

La création de cette direction générale et de la loi qui en découle, pour aller de l’avant, sera l’aboutissement d’un travail que Podemos, et dans une moindre mesure aussi le PSOE, développe depuis des années. La question des animaux est particulièrement sensible pour cette formation politique et en particulier pour son leader, Pablo Iglesias, comme cela a pu être vu lors du débat qui a approuvé la ratification de la Convention européenne sur la protection des animaux de compagnie qui, entre autres, a interdit d’amputer la queue chez le chien, une coutume liée au monde de la chasse et à certaines tendances esthétiques chez certaines races de chiens.

Au cours de cette session parlementaire, le leader de Podemos s’est personnellement rendu à la tribune pour défendre la validation de l’accord, dans un geste qui a montré la pertinence que la coalition accorde à ce problème. Pablo Iglesias a reconnu la “motivation personnelle” que la matière implique et a défendu qu’une “société qui respecte ses chiens est beaucoup plus humaine, c’est mieux“.

En outre, lors de la première législature de Pedro Sánchez, le Congrès a approuvé une proposition de non-loi (NLP), donc non contraignante, pour modifier le Code civil et déclarer les animaux “êtres vivants”, une mesure qui visait à ne plus les considérer comme des «choses». Ceci est également inclus dans le programme de Podemos, qui explique que cela “offrira de plus grandes garanties à la fois aux animaux et à ceux avec qui ils vivent, par exemple dans des situations de crise familiale, dans lesquelles ils devront avoir une considération dans le cadre de la famille où ils sont, et dans une situation de protection, dans laquelle les personnes ne peuvent être contraintes de se séparer de leurs animaux.”

Enfin, parmi les propositions relatives aux animaux qui figurent dans le programme de Podemos figure également l’idée “d’éliminer les aides et subventions liées à la corrida et l’interdiction des spectacles qui impliquent la maltraitance d’animaux“.

Informations tirées d’un article de El Diario
Adaptation en français : RL