La nouvelle ministre de la transition écologique espagnole est animaliste

Teresa Ribera a montré ses opinions animalistes dans l’une de ses premières interventions

Dans une de ses premières interventions publiques, la nouvelle ministre de la transition écologique annonce un virage vers les postulats prohibitionnistes de l’animalisme et exprime son désir de durcir les lois de protection des animaux.

teresa ribera

Bien que le secteur de la chasse ait accordé un vote de confiance à la nouvelle ministre de la transition écologique, chargée des questions environnementales, le 8 juin toutes les alarmes ont sonné. La raison en est que Teresa Ribera, très proche de son prédécesseur Cristina Narbona, a fait une déclaration d’intention lors d’une interview dans l’émission Al Rojo Vivo sur la chaîne télévisée La Sexta. Elle a déclaré que “la conscience de la société concernant la protection des animaux a évolué“.

La conscience de la société concernant la protection des animaux a évolué

“Les problèmes liés aux animaux dans les cirques, ou les problèmes liés à la tauromachie ou aux aux autres divertissements avec animaux – y compris la chasse – sont des sujets qui méritent l’attention des institutions”, a-t-elle ajouté. Et elle a ensuite affirmé: “Je sais certainement que le niveau de protection en matière de bien-être animal est loin d’être atteint“, suggérant l’intention de renforcer la législation à cet égard.

Enfin, elle a fait allusion au temps restant jusqu’aux prochaines élections pour apporter les changements nécessaires en matière de droits des animaux, en disant : “Je ne sais pas jusqu’où nous pouvons aller dans le temps que nous avons devant nous.” Elle a précisé que, pour elle, la chasse ou la tauromachie ne sont pas synonymes de culture. “Pour moi, il est clair qu’il y a une différence entre les spectacles ou la culture et les êtres vivants.”

Le gouvernement de Pedro Sánchez assume ainsi les postulats de l’animalisme espagnol, caractérisé par son prohibitionnisme, et s’approprie les principaux aspects du Parti animaliste contre l’abus des animaux (PACMA).

L’intervention de Teresa Ribera n’a pas été la seule qui suscite des inquiétudes dans le monde rural. La nomination de l’animaliste anticorrida Màxim Huerta comme ministre de la Culture et du Sport a été accueillie avec joie par PACMA qui lui a demandé de retirer à la tauromachie son statut de protection culturelle, afin de l’abolir.

Le parti a également célébré la nomination de Fernando Grande-Marlaska à la tête du ministère de l’Intérieur, qui a été salué par le monde animaliste, convaincu de la nécessité d’une loi nationale sur la protection des animaux. En ce qui concerne Teresa Ribera, Silvia Barquero, présidente de PACMA, a déclaré hier: “Nous espérons également partager sa position sur la nécessité de déposer une loi générale sur le bien-être et la protection des animaux“. L’intervention de la ministre à Al Rojo Vivo a été une réponse très explicite.

Source : Jaraysedal (en espagnol)
Adaptation en français : RL