Procès pour l’achat de 400 places de corrida par la mairie de Muro (Baléares)

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

AnimaNaturalis a déposé plainte auprès du Ministère de l’Agriculture contre la commune de Muro (Baléares) pour financement illégal de corrida le 19 juin dernier. Les 400 places qui ont été achetées par la municipalité ont coûté 10 000 euros d’argent public.

AnimaNaturalis-49653

Le Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de la Pêche a ouvert un dossier répressif à l’encontre de la municipalité, du fait qu’aux Baléares, la loi interdit de financer des divertissements qui maltraitent les animaux. Les violations sérieuses des règles en vigueur sont punies d’une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 euros. Le gouvernement a requis dans ce cas précis une amende de 6000 euros.

La raison des poursuites est de sanctionner « le soutien économique à la corrida qui s’est tenue le 19 juin » à Muro, un fait « contraire à l’article 4.2 de la Loi sur la Protection des Animaux de 1992 » qui précise : « en aucun cas, les divertissements dans lesquels les animaux sont sujets à des maltraitances ne peuvent bénéficier de soutien ou de subventions venant d’institutions publiques dans les îles Baléares ». La législation considère le non respect de cette loi comme « très sérieux ».

Le maire de Muro, Martí Fornés, a déclaré que le Conseil municipal avait analysé au préalable si l’achat de ces 400 places était légal et avait conclu que oui. « La nouvelle loi (celle régissant désormais les corridas baléares) précise explicitement que les institutions publiques ne peuvent pas acheter des billet, ce dont nous avons déduit qu’ils pouvaient l’être avant son entrée en vigueur », a ajouté Fornés.

Le maire, qui interprète cette précision dans la nouvelle loi comme « une mesure de plus contre les corridas », rappelle que par ailleurs, la législation nationale autorise la participation d’institutions publiques dans l’organisation de corridas, ce qui constitue une contradiction entre lois nationales et régionales. Le maire a annoncé qu’il utiliserait cet argument pendant l’audience.

Source : AnimaNaturalis (en espagnol)
Adaptation en français : RL

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit