François de Rugy président de l’Assemblée, une chance réelle pour la cause animale

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

François de Rugy vient d’être élu président de l’Assemblée nationale. Cela fait de lui le quatrième personnage de l’Etat dans l’ordre protocolaire (le premier étant le président de la République, le second étant le président du Sénat et le troisième étant le Premier ministre).

Tous les sympathisants et militants de la cause animale connaissent – ou devraient connaître – le nom de François de Rugy. Il a été, dans la législature précédente, le président du groupe parlementaire EELV et, à ce titre, il a été le premier signataire de deux propositions de projet de loi anticorrida déposées par Laurence Abeille, l’une demandant l’abolition de la corrida (PPL n° 1448 du 10 octobre 2013) et l’autre l’interdiction d’accès aux corridas pour les moins de 14 ans (PPL n° 2714 du 8 avril 2015). En parfaite cohérence, il a également été signataire d’une pétition lancée par le professeur Hubert Montagner, membre d’honneur de la FLAC, demandant l’interdiction d’accès aux corridas pour les moins de 16 ans. Après Nicolas Hulot au gouvernement et membre du comité d’honneur de la FLAC, c’est une conjonction heureuse sans précédents.

Scan0346

Son engagement ne s’arrête pas là puisqu’il s’est clairement positionné en faveur des animaux dans quasiment tous les domaines qui les concernent : anti-chasse, anti-corrida, anti-fourrure, anti-élevage intensif, anti-divertissements avec animaux (zoos, cirques, etc.), en faveur de plus de droits et de protection pour les animaux. C’est ce que reflète son excellent score sur le site Politique & Animaux.

de rugy PA

Le fait qu’il se retrouve au Perchoir de l’Assemblée, avec entre autres pouvoirs celui de fixer l’agenda des projets de loi à mettre au débat, constitue une chance majeure pour la cause animale en général et le combat contre la corrida en particulier, dont, répétons-le, l’abolition ne pourra être obtenue que par un changement de la loi et donc par un vote majoritaire en ce sens à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Entre Nicolas Hulot, ministre d’Etat qui occupe la troisième place au sein du gouvernement actuel et veut ouvrir le débat sur la corrida au niveau législatif, et François de Rugy, titulaire de la quatrième place de l’Etat, il y a là une opportunité unique pour la cause des animaux. Nous comptons bien agir de façon appropriée pour que cela débouche sur une réelle avancée législative dans notre pays.

Roger Lahana

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit