Une pratique qui ne se transmet pas, vous appelez cela une tradition ?

“Jusqu’aux banderilles, ces horribles instruments de torture, qu’on orne de rubans de couleur et de je ne sais quelles cochonneries frisottées (tradition !) dignes d’un mirliton, dissimulant l’engin sadique sous l’accessoire de cotillon… Le jeune futur matador aux fesses bien moulées dans sa culotte à la con (tradition !) qui se dresse gracieusement sur la pointe des pieds pour enfoncer rituellement ses deux javelots enguirlandés dans la nuque offerte, et puis fait un non moins gracieux saut de côté pour éviter les cornes du « fauve », oh que je le hais !”

Voilà un excellent passage du non moins excellent Coups de sang écrit au début des années 90 par le regretté Cavanna, journaliste de talent s’étant illustré durant des décennies au sein d’Hara-Kiri puis de Charlie Hebdo, dont il fut l’un des fondateurs. Cet extrait est tiré d’un chapitre nommé L’habit de lumières, lui-même faisant partie de la section du livre baptisée Les assassins tranquilles. À l’époque déjà, Cavanna relevait de manière satirique l’argument fallacieux de tradition avancé depuis toujours par l’aficion afin de justifier le maintien de la barbarie des arènes.

Qu’est-ce qu’une tradition ? Si l’on se réfère au Larousse, il s’agit soit de l’ensemble de légendes, de faits, de doctrine, d’opinions, de coutumes, d’usages, etc., transmis oralement sur un long espace de temps, soit d’une manière d’agir ou de penser transmise depuis des générations à l’intérieur d’un groupe.

Avec la corrida, on s’inscrirait plutôt dans le cadre de cette seconde définition et sa légitimité découlerait donc d’une transmission intergénérationnelle à l’ancienneté avérée.

Mais combien de générations nécessaires pour obtenir cette recevabilité ? Une ? Deux ? Dix ?

Certainement beaucoup plus, puisque les traditions multiséculaires qu’étaient le bûcher, l’esclavage, le harcèlement sexuel, l’homophobie, l’incapacité civile des femmes, etc., n’en affichaient déjà pas assez pour ne pas échapper à leur interdiction par la loi.

Pourquoi ? Parce que, fort heureusement, la longévité de ces sinistres pratiques était un critère de leur maintien pesant bien moins lourd que la volonté générale d’élévation du degré de civilisation de notre société.

Alors la corrida, beaucoup plus jeune que toutes ses cousines susmentionnées et non moins horrible, ne dispose d’aucune raison pour ne pas subir le même sort.

Cependant, faisons œuvre pour une fois de charité intellectuelle et acceptons, le temps de quelques minutes, que cette tradition tauromachique existe bel et bien, et qu’elle s’avère recevable par le seul biais de son ancienneté. Nous sommes alors en présence d’une pratique tellement ancrée dans les mœurs qu’elle génère nombre de vocations parmi la population (soi-disant nombreuse) qui l’adoube.

Quel n’est donc pas notre étonnement à la lecture de cet article consultable depuis le 3 avril sur le site de France bleu Landes portant sur l’absence probable de corridas cet été dans le Sud-Ouest, et plus généralement dans le sud, en raison des mesures restrictives pour endiguer l’épidémie du coronavirus. On y apprend que tous les représentants de ce petit monde (organisateurs, gestionnaires d’arènes, membres de commissions taurines) soulignent que “la frontière espagnole fermée durablement, il est très difficilement imaginable d’envisager organiser une saison, même au cœur de l’été“.

Quel peut bien être le rapport entre cette frontière fermée et la tenue de corridas en France ? Puisqu’il s’agit d’une tradition implantée depuis la nuit des temps, elle n’a théoriquement besoin d’aucun élément venant de quelque pays que ce soit pour exister.

On nous donne la réponse quelques lignes plus bas : “Alors, des toros en France cet été ?… Il faudrait pour ce faire la fin du confinement espagnol, la réouverture de la frontière et la capacité à organiser dans des conditions qui seraient de toute façon très particulières. Quant à faire éventuellement avec du bétail français, dans l’hypothèse d’une fin de pandémie chez nous, la France ne dispose pas de vingt lots de toros à proposer.”

Mais où sont donc passés les centaines d’élevages français liés à cette activité ultra-florissante d’un point de vue économique selon ses adeptes ?

Et le meilleur est à venir : “Et avec quels toreros si les professionnels espagnols, matadors, banderilleros, picadors sont toujours confinés ?

Bon, là on nous dit clairement que le monde professionnel d’origine française lié à cette belle tradition soit se compte sur les cinq doigts de la main, soit est composé à 99 % de branquignols tellement talentueux qu’il est nécessaire d’avoir recours à de la main d’œuvre espagnole.

Si l’on fait une petite synthèse de cette noble activité selon l’analyse même du monde de l’aficion :

  • elle est vouée à disparaître si les ponts sont coupés avec l’Espagne ;
  • les éleveurs français savent fournir en victimes bovines à peine 2 % des corridas organisées ;
  • sans la participation des tortionnaires hispaniques, il y a pénurie quasi-totale de main d’œuvre.

Alors, tradition ? Non, importation devenue imposture.

David Joly
Trésorier FLAC et No Corrida