Le martyre des animaux enfermés vivants dans des poupées et piétinés

Le 16 mars 2019 a eu lieu la Mojiganga au Mexique, une “tradition” consistant à fourrer une poupée avec des animaux vivants, des êtres sensibles, qui sont jetés dans une arène où se déroulent des “festivités” en l’honneur du père Jesús del Tomatal. Une génisse est lâchée dans l’arène, avec une foule qui la tire par la queue, de sorte que, dans la panique, elle commence à écraser les poupées qui ont été jetées par terre. Sans aucune chance de s’échapper, certains des petits animaux sont broyés à l’intérieur de la poupée. Ceux qui survivent courent sans but, terrorisés : iguanes, opossums et parfois des rongeurs.

Dans leur fuite, terrifiés en tentant de sauver leur vie, quelque chose de pire les attend : ils reçoivent des coups de pied de la part d’énergumènes surnommés “cowboys”, des lâches qui les dirigent vers le public comme s’il s’agissait de balles, un public familial qui assiste à tout cela avec des enfants pour 200 pesos (9 euros). C’est le prix à payer pour inculquer comment tuer des innocents sans pitié. En fait, beaucoup d’animaux meurent, mais la grande majorité d’entre eux sont gravement blessés et agonisent peu à peu, se tordant de douleur sans que personne ne les aide. Pour compléter ce tableau sinistre, les droits des enfants sont violés, ceux-ci doivent grandir dans un environnement sain et exempt de violence, et cette pratique n’est pas un environnement physique ou mental sain pour eux.

Nous réclamons un châtiment exemplaire des autorités qui promeuvent ce type d’événements et des auteurs de ces actes criminels. Le Code pénal local de l’État de Guerrero et d’autres États criminalise les actes qui entraînent la mort d’un animal en utilisant des moyens qui prolongent leur agonie et en provoquent des souffrances, ainsi que l’incitation à commettre un crime par des enfants.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons que ces événements soient interdits dans toute la République mexicaine. Mutilés, décapités, ces animaux sont les victimes des mêmes divertissements sanguinaires et macabres qui placent les êtres humains à leur plus bas niveau de dignité et qui, malheureusement, sont plus courants que nous ne l’imaginions. On se demande pourquoi tant de violence …

Plus d’informations (en espagnol):

La Mojiganga una « tradición » que consiste en rellenar un muñeco tipo piñata con iguanas, tlacuaches, ranas y roedores vivos.

Pétition ici : PROHIBIR « piñatas » de/o rellenas de animales vivos

Avec le soutien du Réseau National Antitauromachie du Mexique.