12e Sommet du Réseau International Antitauromachie, Mexico, 16-18/11/18

Le 12e Sommet du RIA (Réseau International Antitauromachie) s’est tenu à Mexico, Mexique, du 16 au 18 novembre 2018. La France était représentée par Nathalie Dehan, de No Corrida, qui parlait également au nom de la SNDA, de la FAA et de la FLAC, organisations françaises qui ont soutenu financièrement cet événement majeur. Voici son premier compte-rendu. D’autres, détaillés par pays, suivront dans les jours qui viennent.

Du vendredi 16 au dimanche 18 novembre 2018 s’est tenu à Mexico, la capitale du Mexique, le 12e Sommet du Réseau International Antitauromachie.

CDMX 01

Ce sommet a réuni les représentants des huit pays qui, dans le monde, légalisent encore aujourd’hui les soi-disant “spectacles” qui consistent en la torture et la mise à mort d’herbivores, des taureaux, la mise en danger de chevaux et la mise en danger psychologique des jeunes enfants qui assistent à ces situations de violence et d’injustice extrêmes. Pour chaque participant du Sommet, ces pratiques légales sont illégitimes au regard du respect que les sociétés humaines doivent aux animaux et constituent en une honte et une infamie incompatibles avec son propre pays.

Ces trois jours ont permis à chaque groupe national de présenter la situation particulière de chaque pays, de créer de précieux liens, d’ébaucher des pistes de travail efficaces. Ce Sommet a aussi été l’occasion de repérer des points communs :

  • Une baisse générale et continue de la fréquentation des corridas.
  • Une majorité nationale écrasante contre les corridas.
  • Une méconnaissance généralisée de l’existence des corridas.
  • Un flou maintenu autour du financement des corridas.
  • Sans subventions européennes, nationales et/ou locales, municipales, départementales ou privées, les corridas ne pourraient pas se maintenir. Les férias n’ont aucun besoin des corridas pour vivre.
  • Les associations et les militants de chaque pays travaillent particulièrement sur les questions et les problèmes politiques, financiers et de protection de l’enfance que soulèvent ces pratiques indignes.

Pour résumer, la majorité des citoyens de chaque pays est contre les corridas, n’est pas au courant que des corridas existent dans son propre pays et ne va pas aux corridas, ce qui fait que le fait de ne pas abolir consiste en un déni de démocratie. En revanche, l’argent des citoyens sert à maintenir une pratique illégitime, violente, injuste et dangereuse pour les jeunes générations.

Ce Sommet a renforcé notre détermination collective à vivre dans un monde libre de violence tauromachique.

Chaque groupe fait un travail impressionnant d’information, de sensibilisation et de lutte contre ces pratiques violentes. Pour des raisons de sécurité, l’annonce de ce Sommet se fait le soir du dernier jour. Des comptes-rendus, vidéos et photos seront diffusés dans les semaines qui viennent. Ce Sommet a pu se tenir dans une ambiance studieuse, détendue, amicale et respectueuse du travail de chacun.

Nat MX 3b

Merci aux associations et aux personnes qui ont permis, ont soutenues et facilitées ce Sommet. Merci à chaque participant des pays suivants :

  • Pour l’Amérique Latine : Mexique, Venezuela, Equateur, Colombie et Pérou.
  • Pour l’Europe : Portugal, Espagne et France. La représentante de la France, Nathalie Dehan (No Corrida), parlait également au nom des trois associations françaises qui ont participé au soutien financier du Sommet : la SNDA, la FLAC et la FAA.

Nathalie Dehan, No Corrida