Deux courriers au maire et à l’Office du tourisme de Tarascon

Dans le cadre de notre campagne lancée début janvier contre les novilladas prévues à Tarascon le 8 juillet 2018, des milliers de messages ont été envoyés au maire et à l’Office du tourisme de cette commune pour leur demander de renoncer à ces pratiques ignobles, rejetée par une très large majorité de Français, y compris à Tarascon. En voici deux qui le font de façon complémentaire. 

novillo mourant viviane

Courrier envoyé par Jean-Paul Richier, psychiatre

A M. Limousin, au Conseil municipal, et à l’Office de tourisme de Tarascon-en-Provence

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Nous savons les difficultés auxquelles est confrontée la ville de Tarascon : problèmes économiques, chômage, insécurité, fermeture des commerces… Et nous mesurons donc l’importance des festivités et du tourisme pour la vie de la cité et des commerces.

Mais, autant l’ensemble des événements présentés dans le Guide des festivités 2018 peuvent attirer, autant la Féria de la Jouvènço risque quant à elle de rebuter la plupart des touristes. Ainsi d’ailleurs que la plupart des Tarasconnais, puisqu’une enquête d’opinion de 2017 montrait que 76 % des habitants des Bouches-du-Rhône sont opposés aux corridas, même si c’est une “majorité silencieuse”.

Et l’implication de l’École taurine Rhône Aficion dans la becerrada de samedi, et de l’École taurine du pays d’Arles dans la novillada non piquée de dimanche, est également contre-productive, puisque 84 % des habitants des départements dit taurins souhaitent interdire l’accès des arènes aux moins de 14 ans (le fait que les participants aux spectacles de ce week-end soient plus âgés n’enlève rien à cette question de principe).

Certes, Madame Laupies et sa liste du Rassemblement National, que vous affronterez probablement aux prochaines municipales de 2020, n’ose pas davantage que vous contrarier les lobbies locaux et remettre à sa place la tauromachie espagnole. Mais vous risquez au final de perdre des voix et non d’en gagner en soutenant et en subventionnant ces spectacles sanglants.

Pour rappel, lors des législatives de juin 2017, dans la 2ème circonscription du Gard, département voisin, M Macron a cru pouvoir opposer à Gilbert Collard, élu FN, Marie Sara Lambert, ex rejoneadora et délégataire des arènes de Mont-de-Marsan ainsi que des arènes des Saintes-Marie-de-la-Mer, à une cinquantaine de km de Tarascon. Du coup M. Collard a fait mine de prendre ses distances vis-à-vis de la corrida… et a été réélu, alors même que dans les 5 autres circonscriptions du Gard, LREM l’emportait largement contre le FN.

Avec mes salutations distinguées,

Dr Jean-Paul Richier

________________________

Courrier envoyé par Sophie Lavorel

M. Lucien Limousin, maire de Tarascon,

J’apprends avec atterrement l’information suivante : 10 taurillons vont être martyrisés dans les arènes de Tarascon (13150), au cours de 2 novilladas, dans le cadre de la “Féria de la Jouvenço”, soit la féria de la jeunesse. Au cours de la novillada du matin (11 h), 4 taureaux seront massacrés par les élèves de l’école taurine d’Arles, à laquelle le maire de Tarascon a alloué, grâce à l’argent des Tarasconnais, une subvention de 500 €, alors que cette honteuse “école” ne se trouve même pas sur sa commune.

Ce 8 juillet, à cause de votre entêtement criminel et de votre mépris pour la souffrance animale, des taurillons seront torturés et tués à Tarascon… par divertissement !

Et ça vous rend heureux et fier ?

Comment restez -vous sourd et aveugle face à tant d’ indécence et d’ injustice ? Pourquoi cette inconscience, bêtise, obstination stérile à refuser toute prise de conscience et toute évolution ? De quoi sont donc coupables ces jeunes mammifères, êtres vivants, innocents et sensibles, pour subir un tel supplice ? Pourquoi restez-vous indifférent à nos appels de bon sens et d’humanité ?

S’il vous plait, ouvrez votre conscience et annulez ce supplice infâme !

Sinon, comptez sur moi pour faire votre publicité :

TARASCON ? Ville sanguinaire à pointer du doigt et éviter car torturer un animal n’est pas une gloire, c’est une abomination totale.

TARASCON ? Une commune qui glorifie la torture de jeunes animaux dans le seul but d’en faire un divertissement.

Il semblerait qu’Alphonse Daudet avait de bonnes raisons pour choisir votre ville pour son Tartarin, ridicule héros qui se laisse berner par des sirènes. Car continuer à se réjouir, au XXIe siècle, du massacre d’animaux herbivores, piégés et non entraînés est vraiment une sordide et ridicule tartarinade.

Salutations de principe.

Sophie Lavorel, Gardoise anti-torture donc évidemment anti-corrida