Fin des « taureaux de feu » à Algemesi

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

bous embolat

Un communiqué de CAS International (11 avril 2017)

La municipalité d’Algemesi en Espagne n’organisera plus le spectacle cruel de « bous embolat » (taureau de feu). Lors de cette pratique, les cornes d’un taureau sont couvertes d’une substance combustible qui est enflammée. Le taureau est ensuite lâché avec ses cornes en feu et poursuivi par le public. Il y a été mis fin grâce à l’arrêt des subventions municipales qui finançaient cette activité. CAS International se réjouit de cette décision. En septembre 2016, l’organisation néerlandaise avait appelé ses adhérents à envoyer un e-mail à la municipalité d’Algemesi pour demander d’en finir avec la souffrance des taureaux. CAS a également soutenu plusieurs initiatives menées en Espagne dans le même but. Cette pratique était sujette à une forte controverse en Espagne.

Taureaux à la rue (bous al carrer)

En 2015, les becerradas (corridas avec des veaux âgés de moins de deux ans) ont été abolies à Algemesi. La municipalité progresse mais il y a encore beaucoup faire : la pratique des taureaux lâchés dans les rues (bous al carrer) persiste, grâce aux subventions versées par la mairie. Il y a également des novilladas à Algemesi (corridas utilisant des veaux ayant entre deux et trois ans). Depuis trente ans, la tradition est de mettre les taureaux morts dans la rue près de l’arène. Ils sont ensuite soulevés et chargés dans un camion. Avant le chargement, les enfants viennent s’amuser autour du cadavre, par exemple en le saupoudrant de fausse neige.

Protection des enfants

L’ONU a demandé au Portugal, à la Colombie, au Mexique, à la France et au Pérou de maintenir les mineurs éloignés de la violence des corridas et de changer les lois relatives à ce sujet. L’Espagne recevra probablement la même recommandation dans un avenir proche. Bien que l’ONU se soit déjà adressée clairement à plusieurs pays autorisant les corridas et malgré ses déclarations sur la violence mentale et physique inhérente aux corridas, l’Espagne et d’autres pays continuent à permettre aux enfants d’assister à des corridas et autres « fêtes » taurines.

De nouvelles actions en faveur des taureaux auront lieu dans l’année à venir pour continuer à faire pression sur Algemesi et d’autres villes tauromachiques.

Marius Kolff et Estefania Pampin Zuidmeer
CAS International

Crédit photo : PACMA
Marius Kolff et Estefania Pampin Zuidmeer sont tous deux membres du Comité d’honneur de No Corrida.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit