Un homme nationalisé espagnol parce que torero

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

torero nationalizarLe gouvernement espagnol vient d’accorder la nationalité espagnole à un torero de façon discrétionnaire en raison de « circonstances exceptionnelles ».

Le pouvoir exécutif a justifié sa décision par le fait que le matador péruvien Andres Roca Rey est « un défenseur et promoteur de la tauromachie ».

La naturalisation s’est faite en dehors de toute procédure normale, alors qu’environ 300 000 personnes attendent d’obtenir la nationalité espagnole.

Le Conseil des ministres a accepté d’accorder la naturalisation à ce matador né à Lima en 1996 parce que « il a développé sa carrière en Espagne » et qu’il est considéré comme un « défenseur et promoteur de la tauromachie ». Il a également fait valoir que le tueur de taureaux Roca Rey est « un grand connaisseur de la culture espagnole et a toujours montré harmonie et affection pour les valeurs culturelles et sociales de notre pays. » Cette décision a nécessité un décret royal.

Roca Rey a fait son premier paseíllo dans une arène au Mexique en 2008. Il est arrivé en Espagne en 2011 pour travailler à l’école de tauromachie de Badajoz et est devenu matador en 2013. Le gouvernement a rappelé que sa naturalisation ne l’oblige pas à renoncer à la nationalité péruvienne, selon la législation en vigueur concernant les citoyens des pays d’Amérique latine.

Cyberaction internationale

Une cyberaction visant spécifiquement le gouvernement espagnol a été lancée sur Twitter par La Tortura No Es Cultura pour protester contre ce passe-droit éthiquement inacceptable à bien des points de vue. Elle a été suivie par de nombreux participants situés dans divers pays avec des tweets en espagnol, français, anglais et allemand.

Les éléments mis en avant ont été que la corrida n’intéressait plus que 8% de la population espagnole, que de nombreux réfugiés attendaient en revanche leur naturalisation dans des conditions d’extrême précarité, que des scientifiques et autres personnes aux talents variés étaient également parmi les 300 000 personnes souhaitant devenir espagnoles avec des délais autrement plus longs et qu’il était inacceptable qu’un tueur de taureaux soit prioritaire sur qui que ce soit pour la seule raison qu’il pratique des tortures sur des animaux.

Comme l’a exprimé l’un des tweets largement repris, transpercer un animal jusqu’à ce qu’il meure suffit pour obtenir la nationalité espagnole.

Roger Lahana
Infos sur la nationalisation de Roca Rey isuues d’un article dans El Diario

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit