Colombie : le Conseil constitutionnel fait un pas de plus vers l’abolition

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

Dans un jugement récent, le Conseil constitutionnel colombien vient de faire un pas de plus vers l’abolition de la corrida. Il déclare en effet que les exceptions dont bénéficie la corrida aux lois de protection des animaux (alinéa 31 de l’article 5) sont inapplicables.

Jugement C-041/17 du 1er février 2017

Article second – Est déclaré inapplicable l’alinéa 31 de l’article 5 de la loi 1774 de 2016, qui ajoute l’article 339B au Code pénal. Cette décision prendra effet au plus dans un délai de deux ans, à compter de la notification de ce jugement, afin que le Congrès de la République puisse adapter la législation à la jurisprudence constitutionnelle. Si aucun ajustement n’est fait en ce sens dans la réglementation pendant cette période, l’inapplicabilité sera immédiatement mise en oeuvre.

En clair, la corrida sera automatiquement abolie dans deux ans en Colombie si elle ne l’est pas avant par le vote d’une nouvelle loi qui remettrait le Code pénal en accord avec la décision du Conseil constitutionnel. Rappelons qu’une telle loi doit être proposée par le ministre de l’Intérieur le 20 mars prochain, en coordination avec les organisations animalistes du pays, une information que nous vous donnions dès le 26 janvier dernier.

On rêverait de voir la même chose dans les autres pays tauromachiques, à commencer par la France où le Conseil constitutionnel a trouvé légal que les citoyens ne soient pas égaux devant la loi en fonction du lieu où ils vivent et où le ministère de l’Intérieur a toujours été ouvertement procorrida, au mépris de l’opinion publique largement en faveur de son abolition.

Roger Lahana

colombie CC 2

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit