Vers un manifeste commun des vétérinaires européens anticorrida

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

dscf9768-jez

Un article de José Enrique Zaldívar Laguía, président de l’AVATMA

Les spectacles taurins, que nous désignerons sous le terme générique « tauromachie », sont permis par la loi dans trois territoires du continent européen : sud de la France, Portugal et Espagne. En outre, ils sont encore présents dans quelques pays d’Amérique latine : le Mexique, l’Équateur, la Colombie, le Pérou et le Venezuela.

Il s’agit sans aucun doute d’une activité qui implique pour les animaux utilisés, dont la plupart sont des bovins dits « de combat », une maltraitance animale, car elle provoque une souffrance physique et émotionnelle intense. Il faut aussi mentionner les chevaux qui participent à certaines manifestations et peuvent également subir des lésions à des degrés divers.

En ce qui concerne l’Espagne, depuis 2008, il existe une association professionnelle de vétérinaires, qui compte actuellement près de 400 membres. Elle est née pour mettre en question la tauromachie, dans le but principal de faire comprendre aux citoyens l’anachronisme de l’existence d’une telle activité au XXIe siècle. Le chemin choisi par l’AVATMA a été l’argumentation scientifique, en obtenant de nombreux rapports, articles et thèses doctorales publiés par les vétérinaires sur la corrida et autres événements taurins, ainsi que par le visionnage de nombreuses manifestations, à la fois en direct et par les médias numériques et télévisuels.

L’AVATMA a également utilisé d’autres publications scientifiques sur la neurophysiologie chez d’autres espèces, pour armer nos arguments et en extraire une interprétation éthique de la considération morale de la société du XXIe siècle envers les animaux, et du rôle que les vétérinaires doivent jouer dans notre pays pour atteindre cette fin. Nous préconisons la prise en compte maximale de ce qui est connu comme le bien-être des animaux par l’application stricte des « cinq libertés » (voir note 1 à la fin de cet article), et en pratique, quant au sujet qui nous occupe, tout ce qui a trait à l’absence de peur, de frustration, d’angoisse, de douleur, de blessures, de faim et de soif.

Voilà pourquoi, en plus du travail d’information, l’AVATMA s’est employé toutes ces années à faire comprendre à la collectivité vétérinaire de notre pays que notre profession doit remettre en question une partie du rôle qui lui est attribué dans le monde de la tauromachie, en particulier la fonction que les vétérinaires assurent autour des arènes ou dans les endroits où des spectacles taurins sont organisés. Les règlements taurins précisent les tâches confiées aux vétérinaires avant, pendant, et après les spectacles, lesquels ne pourraient pas avoir lieu sans leur présence.

En Espagne, une partie de la profession défend la présence des vétérinaires dans les spectacles taurins afin d’assurer le bien-être des animaux, alors qu’il est clair que ce bien-être n’existe pas, conduisant de façon contradictoire à certifier qu’un bovin « de combat » est sain, intègre et d’allure adéquate, afin qu’il soit maltraité jusqu’à la mort.

Nous sommes conscients, au moins en Espagne, qu’il y a une majorité des vétérinaires en désaccord avec la tauromachie et avec la participation de vétérinaires en tant que complices de son maintien, mais nous sommes aussi conscients du fait que ceux qui l’expriment ainsi de manière publique ne sont pas la majorité. En outre, nous sommes également conscients que ce type d’activité est promue et défendue au niveau des organismes représentatifs de notre profession. Il est clair que le travail du COVAC et de l’AVATMA doit être de rassembler le plus grand nombre d’appuis pour changer cette tendance au silence, souvent interprétée comme de l’indifférence ou même comme participant au soutien de telles pratiques, et pour remettre en question la ligne officielle.

Un sommet international des vétérinaires anticorrida a eu lieu à Paris le 27 mai 2016. Cette rencontre historique entre le COVAC et l’AVATMA doit servir à définir des positions entre les deux associations sœurs. Il en est sorti un manifeste commun contre ce qui reste, de façon incompréhensible, toléré, promu et subventionné, qui est inclus dans le patrimoine culturel de l’Espagne, avec tout ce que cela implique, et qui en France a été également mentionné dans le cadre de son inventaire culturel (note 2) .

Le congrès du 27 mai 2016 servira également aux vétérinaires des deux associations à connaître de façon ouverte le positionnement des organes collégiaux de notre profession en France et en Espagne sur la question que nous traitons, et à voir la possibilité de créer une stratégie commune pour renverser la situation actuelle.

Nous comprenons que les collèges et les conseils vétérinaires (note 3) doivent accueillir en leur sein tous les domaines où notre profession se développe, mais il est clair qu’il faut prendre des mesures pour commencer à ouvrir un débat au sein de notre profession sur l’incohérence consistant à soutenir certaines pratiques en conflit direct avec le bien-être des animaux. La collectivité vétérinaire ne peut pas donner un statut différent, en fonction des espèces et de la qualification des animaux en leur sein, à des pratiques impliquant objectivement leur maltraitance et générant chez eux des souffrances importantes. On ne peut pas non plus justifier la tauromachie au motif qu’elle serait la seule raison d’être des animaux élevés pour cette activité dans ses diverses formes. Quand on parle d’éviter des « souffrances injustifiées », il est clair qu’on peut faire référence aux pratiques taurines, car la souffrance des bovins dits « de combat » peut et doit être évitée.

Nous pensons que le travail effectué par l’AVATMA en Espagne au cours des dernières années peut être repris et amélioré par le COVAC et vice versa, celui-ci ayant de nombreux membres, et de plus compte-tenu de la haute estime qu’ont pour leurs vétérinaires les citoyens français. Sans nul doute, nous, les vétérinaires, sommes les plus qualifiés pour expliquer et informer tous les groupes de la société sur la souffrance de ces animaux, et les premiers, dans l’intérêt de notre considération professionnelle, qui doivent oeuvrer à l’abolir.

De même, au niveau européen, la création d’un front commun de vétérinaires français et espagnols pour l’abolition de la tauromachie pourrait encourager nos collègues du Portugal, avec qui nous avons des contacts depuis longtemps, à se manifester publiquement contre cette activité. De cette façon, nous pourrions obtenir d’autres organisations professionnelles de vétérinaires européens, en dehors de la maltraitance des animaux impliquant la tauromachie, qu’elles présentent leurs observations.

Nous savons que l’Union européenne, par le traité de Lisbonne, a également fait de la tauromachie une exception à la maltraitance des animaux justifiée sur la base des traditions, des coutumes, et des rituels, mais elle pourrait changer d’avis si un grand nombre de vétérinaires en France, au Portugal et en Espagne se manifestaient en faveur de la modification de cette exception, et si nous avions de plus le soutien d’autres organisations professionnelles qui se sont déjà clairement positionnées pour le bien-être maximal des animaux et le strict respect du code de déontologie de notre profession, comme la Fédération vétérinaire européenne (FVE), soutien qui pourrait être étendu à d’autres organisations à l’échelle internationale comme la WSAVA (World Small Animal Veterinary Association).

Nous avons donc eu une rencontre entre des vétérinaires de l’AVATMA, venant d’Espagne à Paris dans la matinée du 27 mai 2016, et des membres de COVAC, pour examiner les sujets mentionnés ci-dessus, et ceux qui peuvent survenir, puis dans l’après-midi de ce même jour procéder à la présentation de nos deux organisations et à la lecture d’un manifeste commun.

Les sujets suivants ont été présentés dans le forum public :

  • La souffrance des bovins « de combat » dans les spectacles taurins. Arguments scientifiques qui certifient la souffrance des bovins « de combat » dans les manifestations taurines.
  • Contre-argumentation scientifique sur l’hypothèse selon laquelle les bovins « de combat » s’adaptent parfaitement au stress et à la douleur provoqués dans les spectacles où ils interviennent, et en particulier dans la corrida.
  • Pratiques dans les élevages de bovins « de combat » qui contreviennent à la réglementation européenne sur le bien-être des animaux.
  • Réalisations de l’AVATMA.
  • Réalisations du COVAC.
  • Lecture du manifeste commun.

Nous croyons que, sans qu’une structure temporelle rigide soit nécessaire, ce congrès servira à échanger des points de vue et des expériences dans nos pays, les réalisations en vue de l’abolition de la tauromachie à mettre au compte de nos associations, des propositions d’engagements futurs de collaboration, la relation avec les organes collégiaux (Ordre) de notre profession dans nos pays, des idées et des mesures à prendre à cet égard, des propositions de chacun des participants à la réunion, la prise de décision par consensus, et l’élaboration d’une déclaration d’intentions qui puisse être reprise dans un document ou manifeste.

José Enrique Zaldívar Laguía
Président de l’AVATMA

Notes

1 : Ces « cinq libertés » sont mentionnées au paragraphe 2 de l’article 7.1.2 du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE).

2 : L’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France a été  abrogée par la décision du 1er juin 2015 de la Cour Administrative d’Appel de Paris (voir articles de R. Lahana ou du COVAC).

3 : En Espagne, les Collèges provinciaux, les Conseils autonomes et le Conseil général des vétérinaires sont l’équivalent en France des Conseils régionaux et du Conseil national de l’Ordre des Vétérinaires.

Illustration : José Enrique Zaldívar Laguía (23 juin 2015, Lisbonne, photo Stéphanie Lahana)

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit