Ce que les éleveurs de taureaux ne disent pas

Plus de 6 000 taureaux ont déjà été abattus depuis le début de la crise en Espagne et on estime que ce chiffre pourrait atteindre 10 000 avant la fin de l’année. Mais combien de taureaux dits “sauvages” (toros bravos – l’adjectif bravo est traduit de façon incorrecte par brave en français) sont envoyés chaque année directement à l’abattoir ?

Un article de AnimaNaturalis

Ces jours-ci, nous lisons dans différents médias de nombreux articles qui expliquent comment les éleveurs de taureaux se plaignent d’avoir à envoyer leurs animaux dans des abattoirs. Ils se plaignent de ne pas pouvoir les voir «rendre des comptes» dans les arènes et démontrer leur «caste et bravoure» pour lesquels ils ont été génétiquement sélectionnés. En outre, l’UCTL (Unión de Criadores de Toros de Lidia) a remis au gouvernement une demande de dix aides directes pour permettre à ces élevages de sortir de la crise qu’ils traversent actuellement.

Selon El Español, plus de 6 000 taureaux ont déjà été abattus depuis le début de la crise, et on estime que ce chiffre pourrait atteindre 10 000 avant la fin de l’année.

Ce qu’aucun média ne dit, c’est que l’envoi de taureaux et de vaches à l’abattoir est une pratique courante pour ce type de bétail. Il s’agit d’une pratique fondamentale et c’est essentiellement la raison d’être de l’éleveur : sélectionner uniquement les spécimens qui ne lui font pas perdre d’argent. Ceux qu’il peut vendre ou louer plus tard et qui vont terminer la corrida sans laisser une mauvaise réputation à l’élevage, comme lorsque le taureau est sorti sans vouloir se battre, ou qu’il n’a pas suffisamment baissé la tête, ou qu’il n’a pas montré assez de férocité ou parce qu’il n’a pas montré les caractéristiques de caste et de bravoure du bétail en service.

Selon les professionnels du monde de la tauromachie eux-mêmes, la tienta est la tâche la plus fondamentale de l’élevage de taureaux destinés aux corridas. C’est ainsi qu’ils sélectionnent les futurs reproducteurs et vaches allaitantes, en fonction de la “bravoure” et de la force de chaque animal. Le processus consiste essentiellement à soumettre l’animal à ce qui serait une corrida mais à échelle réduite, et à observer ses réponses dans les différents cas de figure. La tienta est généralement effectuée lorsque les animaux ont entre 2 et 3 ans.

Et que se passe-t-il s’ils ne réussissent pas le test ? S’ils ne présentent pas les phénotypes et les qualités capricieuses attendus de la race et de l’encaste, ils sont rejetés, c’est-à-dire qu’ils sont envoyés directement à l’abattoir afin que l’éleveur puisse vendre sa viande au poids et ainsi réduire les coûts.

Les génisses sélectionnées serviront de mères et, en fonction de leurs caractéristiques, elles seront mises par les inséminateurs précédemment choisis dans l’élevage. Les vaches qui ne servent pas seront destinées aux usines de conditionnement de viande », explique Antonio García, producteur de taureaux dits de combat à Cundinamarca.

En fait, il y a des élevages, tels que Valdellán, qui élaborent de la viande de boeuf séchée à partir de la viande des déchets d’épicerie, des vaches et des taureaux qui sont improductifs pour la reproduction ou les combats.

La tienta n’est pas la seule cause qui envoie des taureaux à l’abattoir : endommager leurs cornes est une autre raison courante pour laquelle ils finiront par être de la viande de restaurant.

Quelques données officielles

Quel pourcentage de bétail est envoyé chaque année à l’abattoir pour ne pas avoir réussi les tests de sélection ? Il n’y a pas de chiffres officiels, étant donné que ce type d’élevage est traditionnellement caractérisé par l’opacité et le manque de transparence.

Selon le portail vétérinaire, on estime qu’une sélection rigoureuse n’approuve, en moyenne, qu’entre 15% et 20% des femelles tientées. Certains postes spécialisés dans le secteur taurin estiment qu’au total, les éleveurs envoient à l’abattoir entre 10% et 60% des portées. Chaque taureau peut engendrer entre 25 et 30 veaux par an.

Selon une étude réalisée en 2013 sur l’efficacité technico-économique de la lutte contre les élevages de taureaux pour l’École technique supérieure d’ingénieurs agricoles de l’Université publique de Navarre, la pression de sélection chez les femelles est généralement élevée, de l’ordre de 15-20 %, pour s’assurer que les femelles approuvées sont vraiment en forme et suffisamment “courageuses”. Dans le cas des taureaux, ceux qui sont tientés pour servir de reproducteurs seront également envoyés à l’abattoir s’ils ne réussissent pas le test de la muleta.

Même les taureaux qui ont été graciés lors d’une corrida seront à nouveau évalués par leur progéniture pour s’assurer que leur “bravoure” a bien été transmise. Si les veaux de la première portée qui suit la grâce ne sont pas jugés satisfaisants, leur géniteur part à l’abattoir avec eux.

Il ne semble pas y avoir de données officielles 2019 sur le nombre de bovins qui sont généralement envoyés directement à l’abattoir, mais selon les rubriques dédiées à l’élimination des déchets en 2017, 5697 bovins ont été concernés. Cela pourrait donc être un chiffre qui peut être pris comme référence.

Les subventions aux élevages de toros bravos

Les revenus des subventions de la PAC ont une incidence élevée sur le budget total des élevages. Aujourd’hui, ces exploitations ne seraient pratiquement pas viables sans l’aide de la PAC. On estime qu’en 2018 quelque 200 exploitations agricoles ont reçu un total de 130 millions d’euros de ce fonds européen, une somme qui se maintient année après année.

Mais qu’est-ce que la PAC ? Parmi les grands leviers financiers mis en oeuvre par l’Union Européenne, celui de la politique agricole commune (PAC) est certainement l’un des plus importants. Il est né dans les années 1950, à une époque où l’approvisionnement alimentaire n’était pas garanti et où l’agriculture avait été dévastée par la Seconde Guerre mondiale.

L’accès à l’aide de la PAC pour le secteur taurin constitue une violation claire de la Convention européenne pour la protection des animaux dans les élevages, qui établit que les animaux “ne doivent pas souffrir, se blesser, avoir peur ou s’inquiéter”.

Bibliographie

– Les chiffres qui expliquent l’amélioration du bétail sauvage. Juillet 2019. “La economia del toro”.
– Étude sur l’efficacité technico-économique de la lutte contre les élevages de taureaux pour l’École technique supérieure des ingénieurs agricoles de l’Université publique de Navarre. 2013
– Le «toricide» silencieux qui se déroule en Espagne: plus de 6 000 taureaux abattus. El Español. 2020
– La tienta, une pratique incontournable de la corrida. ContextGanadero.com. 2015

Source (en espagnol) : AnimaNaturalis
Adaptation en français : RL