Pétition (Mexique) : l’art et les artistes ne sont pas compatibles avec le sang des corridas

Cette demande citoyenne exige que M. Miguel Barbosa, gouverneur de l’État de Puebla (Mexique), ainsi que d’autres promoteurs de la violence, cessent de promouvoir radicalement les politiques publiques rétrogrades, d’exploitation et antipédagogiques telles que la corrida, les combats de coqs, les zoos sans perspective de sanctuaire, ou les cirques avec de nouveaux animaux, entre autres. En tant que société, nous rejetons leur empressement à nous déshumaniser pendant qu’ils agissent contre les animaux, pour des intérêts personnels.

Mexique, 15 février 2020.

Monsieur le Président des États-Unis du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, la communauté artistique, intellectuelle et scientifique du Mexique, et le peuple du Mexique disent que l’art et les artistes ne sont pas compatibles avec le sang répandu inutilement et pour s’amuser dans les corridas et autres divertissements cruels avec des animaux.

Nous nous permettons de nous adresser à vous de la manière la plus respectueuse dans le but de partager notre lutte concrète, qui consiste à bannir la violence du comportement humain ainsi qu’à promouvoir les droits des animaux. La violence doit être abordée sous toutes ses formes et de toutes ses origines. Des millions de Mexicains se sont exprimés dans les urnes le 1er juillet 2018, encouragés par un désir de paix. Cependant, l’hypocrisie prévaut toujours dans le gouvernement actuel où certains prétendent travailler pour un vrai changement.

D’une part, Monsieur le Président, vous encouragez les mineurs à se tourner vers l’art et la culture et à ignorer les armes. Vous leur donnez des instruments de musique et les motivez à entrer dans un conservatoire, jetant ainsi les bases d’une transformation réelle et profonde de notre pays, à travers une éducation sensible et artistique. En contraste, ils sont également motivés, dès leur plus tendre enfance, à assister à des corridas, les endoctrinant à la violence.

Rappelons que le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (ONU) a formulé, en juin 2015, une recommandation explicite adressée expressément à notre pays, le Mexique, pour protéger notre enfance des dommages causés par la tauromachie. Les droits des enfants doivent sans aucun doute être renforcés de plus en plus.

Or nous apprenons – consternés – que le gouverneur de l’État de Puebla, Luis Miguel Gerónimo Barbosa Huerta, présentera au ministère du Tourisme “le projet de ce qui sera la grande feria de Puebla, avec des corridas et des combats de coqs […] Nous allons commencer à construire les fondations de ce que seront les arènes de Puebla […] la ville ne mérite pas une arène de petites planches et de bâtons“.

Se pourrait-il que le gouverneur Barbosa soit de connivence avec la mafia et la tauromafia qui règne toujours au pouvoir, et dont on sait qu’elles sont étroitement liées depuis des décennies ? Ou est-ce que cet homme est responsable d’un processus rétrograde et anti-progressif qui trahit sans aucun doute les idéaux d’une transformation où règne l’État de droit et où la corruption est éradiquée?

La ville mérite mieux. Elle mérite des conservatoires et des instruments de musique pour chaque enfant, elle mérite des bibliothèques, des galeries, des théâtres, des cinémas, des ateliers, des lieux pour le développement de l’art, des loisirs, de la joie et d’une vie saine. Ce qu’elle ne mérite pas, ce sont des spectacles violents ou des instruments qui blessent et déchirent la chair des innocents jusqu’à ce qu’ils mettent fin cruellement à leur vie. Certains de ces instruments ont été spécialement conçus pour être utilisés par les enfants afin de devenir des «tueurs». De même, les enfants témoins, à leur tour, ne méritent pas des images brutales qui se reflètent dans leur psyché pour toujours, telles que celles d’un être sensible piqué, ensanglanté, humilié et blessé à plusieurs reprises, toujours vivant, tout en mourant de douleur.

Dans le cadre de cette horreur, les adultes pervers applaudissent pendant que les enfants apprennent et laissent derrière eux leur capacité d’empathie naturelle envers leur prochain. M. Barbosa montre ainsi son insensibilité à la torture et au meurtre d’un être vivant lors de fêtes et de rituels sanglants. Nous courons le risque que ce manque de sensibilité marque la manière dont il gouverne, en pouvant causer de la douleur et de la souffrance aux plus démunis et vulnérables. L’éducation ne vient pas exclusivement des écoles, mais de tout ce qui nous entoure.

Certains défendent la corrida comme moteur d’une expérience esthétique. A ceux qui répudient cette barbarie, ils disent “Si vous ne l’aimez pas, ne regardez pas“. Avec le même raisonnement vil et déséquilibré, tous les prédateurs de l’innocence défendent leurs perversions. Comme si l’art ne coexistait pas entre nous pour l’appréhender et nous émouvoir par sa beauté ; comme si la musique, la peinture, la poésie, la littérature, le théâtre, la danse et le cinéma n’avaient pas été créés pour émouvoir notre âme et notre cœur sans nuire à personne, bien au contraire, pour exalter l’esprit humain.

Ce que propose M. Barbosa est une insulte au peuple mexicain. Au lieu de provoquer plus de violence et de blesser les autres pour le plaisir, nous ferions mieux de prendre soin et de soutenir nos créateurs, une guilde solidaire et généreuse avec les meilleures causes, qui est aujourd’hui obligée de se battre pour recevoir une compensation juste et opportune pour leur travail. Nous sympathisons avec les artistes et les promoteurs culturels, dont beaucoup sont confrontés à la précarité et aux abus du travail, bien qu’ils soient toujours des acteurs de changement, de réflexion et d’enrichissement culturel. Ils offrent une image digne du Mexique en apportant leur talent et leur engagement. Ils méritent le respect, la reconnaissance, le dialogue et une réponse immédiate à leurs revendications et demandes des autorités.

Au lieu que les propriétaires de cirque soient les protagonistes de l’exploitation et de l’esclavage des animaux, ils feraient mieux de se tourner vers nos artistes de rue, qui avec leur créativité nous laissent en admiration pour leur talent dans l’art de jongler. Ils sont dignes des meilleurs cirques et scènes du Mexique mais ils manquent d’espace pour se présenter.

Nous en profitons et invitons les artistes, la communauté culturelle, scientifique et intellectuelle à se joindre à notre lutte abolitionniste de la tauromachie, symbole de la torture légalisée. Parce que tout ce qui est légal n’est pas éthique et parce que la philosophie qui soutient la lutte contre la tauromachie est vieille de huit siècles, du moins en Espagne, comme en témoigne l’historien et journaliste Juan Ignacio Codina.

Alors que les vrais créateurs d’art et de culture manquent de soutien et de financement, comment est-il possible que M. Barbosa – avec notre argent – veuille dépenser des millions de dollars pour ses goûts personnels, qui ne sont pas précisément des créations dont les gens peuvent profiter pour exalter l’esprit ? Comment est-il possible que M. Barbosa encourage la réalisation de combats de coqs devant un public d’enfants dans les gallodromes qu’il compte construire ? Il est évident que M. Barbosa ignore – et est par ailleurs cynique – la résolution de la première chambre de la Cour suprême de justice de la Nation, en session du 31 octobre 2018, qui stipule que « bien que les combats de coqs soient l’expression d’une culture particulière, aucune pratique impliquant la maltraitance et la souffrance inutile d’animaux ne peut être considérée comme une expression culturelle protégée par la Constitution. »

Nous espérons que le ministère du Tourisme ne sera pas complice de cette abomination, ni ne leur permettra de nous montrer au monde extérieur comme des barbares qui aiment les pratiques cruelles où des taureaux et des chevaux meurent lentement sous les coups de leurs bourreaux, avec des souffrances indescriptibles, dans les acclamations du public. Le peuple mexicain ne mérite pas que ses impôts, fruit d’un travail acharné, financent le goût de quelques-uns qui aiment le sang, la cruauté et la torture, en plus de chasser le tourisme sensible. Des enquêtes publiques professionnelles suffisantes ont montré que la plupart des Mexicains rejettent fermement les spectacles de sang tels que les corridas et les combats de coqs.

Existe-t-il une procédure plus sinistre que de verser du sang juste pour le divertissement ? Nous sommes d’accord avec vous qu’il est temps de stigmatiser les corrompus et les violents. Nous, le Mouvement de la Conscience, Fondation Internationale pour la Reconnaissance de la Conscience et des Droits des Animaux, nous l’affirmons et sommes d’accord avec vous, Monsieur le Président : une révolution des consciences est nécessaire et ne peut pas être reportée.

Nous devons aspirer à une société meilleure, nous allons l’obtenir et nous devons l’obtenir avec la participation de tous, nous devons arrêter et arrêter le bain de sang.  Nous devons tout faire pour aider, tourner le dos à la violence, rechercher la paix. Que ces valeurs soient renforcées. Ce n’est pas une pensée qui nous appartient exclusivement, Monsieur le Président, elle est à tous ceux qui ont combattu et à ceux qui se battent aujourd’hui pour une société plus juste et équitable pour tous, en harmonie avec la nature et tous ses habitants.

Des études scientifiques suffisantes et des faits établis corroborent que quiconque maltraite les animaux depuis l’enfance développera des comportements antisociaux. Si les valeurs de respect d’autrui ne sont pas inculquées à l’école primaire, tous les efforts pour pacifier le pays seront affaiblis, car, sans aucun doute,  en protégeant les personnes, nous protégeons les animaux et c’est en protégeant les animaux que nous protégeons le peuple.

Nous savons qu’il n’est pas facile d’assimiler un mouvement naissant tel que les droits des animaux. Ce n’était pas non plus le cas pour d’autres groupes opprimés qui devaient se battre pour leurs droits en tant qu’individus libres. Mais en tant que combattant social, vous savez mieux que quiconque que quelque chose commence et que ne pas abandonner est le seul moyen.

Site de la pétition : cliquer ici

Movimiento Consciencia – Fundación Internacional por el Reconocimiento de la Consciencia y los Derechos de los Animales.

movimientoconscienciamx@gmail.com

movimientoconscencia.com