Le tout est plus que la somme de ses parties

Depuis douze ans, le Réseau International Antitauromachie (RIA) facilite et permet de nombreuses interactions entre les huit pays qui ont omis d’interdire la corrida. Il se compose de plus de cent organisations et associations locales, nationales ou internationales de divers pays, notamment des huit derniers où la tauromachie se pratique encore.

btrhdr

Marius Kolff, cofondateur du RIA, directeur de CAS International

Lors du dernier Sommet du RIA, qui s’est tenu à Mexico, une des premières interventions a été donnée par Rita Silva, de l’association portugaise Animal et cofondatrice du RIA. En plus d’être une merveilleuse conteuse et d’être une narratrice hors pair qui nous emmène où elle veut avec des mots précisément ciselés, Rita est une authentique passionnée qui nous a beaucoup transmis de sa bonne humeur et de son énergie pendant toute la rencontre.

Rita a donc décrit comment le RIA peut se mettre au service des associations nationales antitauromachiques qui décident de s’unir, et comment il se met au service de la cause et du but ultime en facilitant les liens, en créant et réalisant des sommets internationaux. L’esprit est studieux, professionnel, généreux.

Ces Sommets sont l’occasion de rencontres humaines entre responsables et militants très actifs, et où se vérifie l’adage d’Aristote : « Le tout est plus que la somme de ses parties ». Pour nous, les représentants de chaque pays qui mettons un peu les pieds sous la table, l’organisation et le financement de chaque Sommet va de soi, mais nous réalisons vite la somme de travail accomplie pour y parvenir ! Le RIA nous permet de nous concentrer sur les éléments même de la lutte antitauromachique. Le RIA nous donne aussi l’occasion de dépasser des divergences, de communiquer, de discuter, de s’expliquer et à nouveau de se recentrer sur l’essentiel : l’abolition des corridas dans le monde.

Nous partageons parfois les mêmes difficultés, malgré des systèmes politiques, législatifs et culturels différents. En tout cas nous partageons le même rêve, la même volonté, comme en attestent nos nombreux points de convergence. C’est ainsi que la corrida a été imposée illégalement à la France, de même qu’au Mexique elle est aussi complètement étrangère à la culture indigène et locale du pays. Elle a été introduite violemment par l’envahisseur espagnol.

Il est d’ailleurs à noter que l’histoire de la corrida s’écrit toujours, dans chaque pays et sur chaque continent, dans l’illégitimité et la violence, c’est un dénominateur commun, malgré nos huit histoires et civilisations différentes. Venant d’assister à différentes présentations des États mexicains et Sud-Américains, j’en avais parfaitement conscience.

Le fait de présenter la situation de chaque pays devant les sept autres permet de repérer des points de convergences et de divergences, des points où l’on peut s’allier, des points où l’on peut s’améliorer, dont on peut s’inspirer. J’ai entendu deux collègues discuter : “Regarde la situation à Majorque, je trouve que cela ressemble beaucoup aux points de blocages chez toi, leur campagne antitauromachique ne pourrait-elle pas s’adapter aussi à ta situation nationale ?” Et toute la tablée s’est mise à débattre sur ce point précis. Des idées en sont sorties, et les discussions peuvent continuer longtemps après le Sommet. D’ailleurs, le lendemain du Sommet, lundi 19 novembre 2018, de nombreuses vidéos de soutiens ont été tournées les uns pour les autres pour de futures campagne nationales et locales.

La plupart des associations représentées au Sommet sont membres du RIA, certaines s’impliquent directement dans le bureau du RIA. Par exemple, la FLAC et No Corrida sont membres du RIA et Roger Lahana, secrétaire de la FLAC et président de No Corrida, fait partie du Comité de Coordination du RIA.

La solidarité et la bienveillance sont des valeurs essentielles pour permettre la sérénité des échanges pendant et hors des Sommets. Merci à la coordination du RIA qui soutient chacun d’entre nous dans cet esprit de partage si efficace.

Lequel de nos huit pays abolira en premier ? Lequel sera une source d’inspiration spéciale pour les autres ?

En attendant, nous nous scrutons les uns les autres, nous nous soutenons les uns les autres, nous nous inspirons les uns des autres car nous savons que nous appartenons à une même lutte. L’avancée d’une localité ou d’un pays fait évoluer tous les autres.

Nathalie Dehan
Responsable média de No Corrida
Représentant No Corrida, la FLAC, la SNDA et la FAA au Sommet 2018 du RIA

btrhdr

De nombreux leaders anticorrida membres du RIA sont également membres du Comité d’honneur de No Corrida.